Pourquoi faut-il stopper l’expansion d’Amazon ?

jeudi 12 novembre 2020, par Attac France

Jeff Bezos et Amazon font partie des grands gagnants de la crise du Covid 19. Depuis le début de l’année 2020, les ventes du géant du e-commerce n’ont cessé d’augmenter et la fortune de Jeff Bezos a dépassé les 200 milliards de dollars.

Des gens cloîtrés chez eux, qui commandent nourriture, vêtements ou produits électroniques sur le site d’Amazon, qui regardent Amazon vidéo ou écoutent Amazon music, c’est le rêve pour Jeff Bezos. Et tant pis si cela se fait au prix de 20 000 salariés contaminés par le COVID, d’une explosion du nombre de produits importés et du recours aux transports les plus polluants, de la destruction de milliers d’emplois dans les commerces de proximité ou de l’artificialisation des terres pour construire 19 nouveaux entrepôts en France.

Cette vision du monde est en totale contradiction avec la profonde aspiration à une vie décente sur une planète vivable. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de mener des actions d’ici au prochain “Black Friday” le 27 novembre pour montrer au plus grand nombre la face cachée du monde que nous promet Amazon et l’urgence d’un moratoire pour stopper l’expansion du géant du e-commerce avant qu’il ne soit trop tard. Cette mobilisation sera aussi l’occasion de promouvoir des alternatives en matière d’emploi et de développement de la vie locale compatibles avec les enjeux climatiques et sanitaires.

A l’heure où le re-confinement contraint 200 000 commerces non-alimentaires à fermer leurs portes, les grandes plateformes de e-commerce comme Amazon accroissent leurs parts de marché et menacent plus que jamais les commerces de proximité.

Cette année, ces menaces n’ont jamais été aussi présentes. Les commerces de proximité subissent des faillites en cascade et 26 000 suppressions d’emplois sont annoncées en France dans la grande distribution à cause de la vente en ligne. Une étude de janvier 2020 montre qu’1 emploi créé chez Amazon est responsable de la destruction de 4,5 emplois dans le commerce traditionnel aux États-Unis.

Amazon veut pourtant ouvrir 19 nouveaux projets d’entrepôts Amazon en France d’ici à l’année prochaine. S’ils voyaient le jour, le bilan de destructions d’emplois de la multinationale pourrait atteindre plus de 100 000 emplois sur notre territoire. Ces entrepôts distribueront près de 2 milliards de produits importés supplémentaires en France alors que ces produits sont déjà responsables de plus de 10% de notre empreinte carbone et font partie des premiers secteurs d’émissions importées. De plus, alors qu’Amazon se vante de créer des emplois, non seulement ceux-ci sont de très mauvaise qualité, mais l’entreprise remplace progressivement ses salariés par des robots. Jeff Bezos s’est d’ailleurs fixé comme objectif d’avoir des entrepôts entièrement automatisés d’ici 10 ans.

En parallèle, les élus locaux acceptent des projets d’entrepôts Amazon sur leur territoire en se justifiant par les impôts locaux que cela leur permet de percevoir, alors qu’Amazon est un champion de l’évasion fiscale et de la fraude à la TVA. La multinationale paie proportionnellement beaucoup moins d’impôts que les commerçant·es. Son développement signifie donc une perte de recettes fiscales pour l’État, alors que la crise sanitaire a pourtant montré à quel point nous avons besoin de financer des services publics de qualité.

Malgré ces impacts, depuis 6 ans, Emmanuel Macron est l’un des principaux artisans de l’expansion d’Amazon en France, en tant que ministre de l’Économie puis comme Président. Dans les jours et semaines qui suivront le Black Friday, les discussions sur la loi “Convention Citoyenne pour le Climat” vont débuter à l’Assemblée Nationale et ce jusqu’en février. Emmanuel Macron est une nouvelle fois à la manœuvre. Il a fait en sorte que le moratoire visant à stopper les zones commerciales proposé par les membres de la Convention citoyenne pour le climat n’intègre par les entrepôts de e-commerce, notamment ceux d’Amazon, malgré la volonté des citoyen·nes.

Ce sera, pourtant, le dernier temps législatif que nous aurons pour réussir à stopper tous les projets Amazon en cours et à venir d’ici la fin du mandat. Ensuite l’occasion ne se représentera pas au niveau national et, sans luttes locales victorieuses, les projets en cours seront construits

Nous devons donc nous mobiliser pour montrer le vrai visage d’Amazon et empêcher la multinationale de doubler son activité en France, et d’asseoir son monopole.


Pour aller plus loin

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulguées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org