Nouvelle initiative! Découvrez 👉 l'Observatoire de la justice fiscale 🔭

Participer à l’opération “On colle Amazon !”

mercredi 17 novembre 2021, par Attac France

L’action proposée est très simple et il suffit d’un geste accessible à toutes et à tous pour agir : d’ici au Black Friday, le 26 novembre prochain, trouver un Amazon Locker près de chez vous pour y coller une affiche au format A4 avec deux morceaux de scotch. La force de ce geste, c’est qu’il peut être reproduit tout le week-end, partout en France.

Comment participer ?

Faites le savoir

La réussite de cette action dépend de notre capacité à diffuser via Internet et les "réseaux sociaux", que les actions réalisées partout en France.

Quand vous réalisez votre action, pensez à vous prendre en photo en affichant, ou pas, votre visage et/ou à réaliser une courte vidéo.

Postez vos photos sur les « réseaux sociaux » en utilisant les #JusticeFiscale et #StopAmazon et/ou envoyez un mail à action@attac.org accompagné d’un descriptif du déroulé de votre action.


Quelle attitude avoir pendant l’action ?

Nous vous invitons à mener vos actions avec calme et détermination, dans un esprit de construction et de résistance. Faites également en sorte de garantir la sécurité de l’ensemble des personnes présentes sur place.

En cas de tensions, adoptez une attitude de désescalade et ne participez pas à la surenchère en cas de provocations.


Quels sont les risques ?

Aujourd’hui, des multinationales comme Amazon, BNP Paribas, McDonald’s ou Total présentent un danger imminent pour les peuples et la planète. C’est ce qui nous pousse à passer à l’action pour ne plus laisser faire en libérant toujours plus de monde de leur emprise néfaste.

Coller ces affiches sur un Amazon locker pourraît être considéré comme une « dégradation volontaire du bien d’autrui causant un dommage léger ».

Que dit la loi ?

La destruction, la dégradation ou la détérioration d’un bien
Selon l’article 322-1 du code pénal, « la destruction, la dégradation ou la détérioration d’un bien appartenant à autrui est punie de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende, sauf s’il n’en est résulté qu’un dommage léger.  »

Un dommage léger ?
Selon l’article R 635-1 du code pénal, il s’agit de « la destruction, la dégradation ou la détérioration volontaires d’un bien appartenant à autrui dont il n’est résulté qu’un dommage léger, punies de l’amende prévue pour les contraventions de la 5e classe ». Le montant de l’amende peut atteindre un maximum de 1500 euros. Dans les faits, le risque est très limité et nous nous engageons à prendre en charge vos amendes.

Par contre, nous vous invitons à ne pas réaliser de dégradations ou de détériorations matérielle qui pourraient être considérées comme irréversibles.

Pour justifier nos actions, nous nous appuyons sur deux notions :

  • La désobéissance civile est le refus assumé et public de se soumettre à une loi, un règlement, une organisation ou un pouvoir jugés iniques par celles et ceux qui le contestent, tout en faisant de ce refus une arme de combat pacifique. La désobéissance civile s’envisage comme une action collective.
  • L’état de nécessité est une notion juridique, indissociable de celle de désobéissance civile, qui consiste à autoriser une action illégale pour empêcher la réalisation d’un dommage plus grave. Selon l’article 122-7 du code pénal, « n’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace ».

Le jour J, en cas de problèmes suite à une intervention de la police, vous pouvez contacter ce numéro : 01 56 06 43 69. Pour les autres questions, vous pouvez nous contacter par mail : hors-service@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org