Nouvelle initiative! Découvrez 👉 l'Observatoire de la justice fiscale 🔭

Pas une voix pour M. Le Pen, l’ennemie des femmes

jeudi 21 avril 2022, par Attac France

L’élection de Marine Le Pen (MLP) constituerait une grave régression pour la situation des femmes, un recul de leurs droits et de leurs acquis. Partie depuis quelques années à la chasse à l’électorat féminin, historiquement très faible pour l’extrême droite, elle ose mettre désormais en avant une supposée défense des femmes. Or sa conception de la société reflète davantage l’idée de « complémentarité » entre les hommes et les femmes, bien loin de l’enjeu de l’égalité.

Comme pour Zemmour, la préférence nationale constitue le soubassement de toutes ses positions et propositions. Pour elle, l’ennemi des femmes ce sont les immigrés et il s’agit de défendre les femmes non pas contre le patriarcat, mais seulement dans certains cas comme le harcèlement de rue, les mariages forcés, qu’elle associe aux immigrés et/ou à l’Islam.

MLP compte interdire aux femmes de porter le voile dans l’espace public, sous peine d’amende. Cette politique ouvertement raciste nourrit sa position face aux violences subies par les femmes. Elle compte durcir les sanctions contre les personnes condamnées pour outrage sexiste en les inscrivant au fichier des criminels et des délinquants sexuels qu’elle considère essentiellement être des immigrés. Elle a osé déclarer que « 54 % des viols étaient attribués à des étrangers » alors que les études montrent que leurs auteurs sont représentatifs de l’ensemble de la population.

MLP s’est opposée à la loi de 2016 pour l’abolition de la prostitution, considérée comme « moraliste », et aux aides pour les femmes étrangères en situation de prostitution.

Pour MLP, la famille représente le pilier de la société « dans une optique de continuité de la nation et de la transmission de « notre civilisation grâce à notre modèle familial ». Il s’agit d’inciter les familles, mais françaises seulement, à faire plus d’enfants, sans bien sûr prévoir plus de places en crèche. Elle promet de doubler l’allocation aux mères isolées élevant des enfants mais…seulement aux françaises et veut réserver les allocations familiales aux familles dont au moins un des parents est français·e.

Sa vision de l’école est conservatrice : l’école doit se limiter à l’apprentissage des fondamentaux (mathématiques et français) et les jeunes doivent être plus tôt et en plus grand nombre orientés vers des formations professionnelles courtes. Par contre, rien n’est envisagé quant à l’éducation sur la sexualité.

Son programme ne consacre pas une ligne aux inégalités salariales Femmes/Hommes : elle considère qu’il existe une loi et qu’il revient aux syndicats de la faire appliquer en saisissant la justice. À noter qu’au parlement européen, MLP s’est opposée à un renforcement de l’application du principe d’égalité des rémunérations hommes-femmes pour un même travail ou un travail de même valeur. Elle veut encore plus « flexibiliser » le droit au travail en mettant fin au malus sur certains contrats courts ou à temps partiel, pénalisant particulièrement les femmes en accroissant la précarité.

MLP prétend défendre le droit à l’IVG tout en critiquant les « IVG de confort » ! Pourtant, en 2015 elle s’était opposée à la loi de modernisation du système de santé facilitant l’accès des femmes à l’IVG en supprimant le délai de réflexion de 7 jours et autorisant les sage-femmes à pratiquer des IVG par voie médicamenteuse. Récemment, elle s’est opposée à la loi votée par l’assemblée nationale début 2022 allongeant le délai de 12 à 14 semaines, considérant qu’il s’agit « d’une dérive purement idéologique » et compte le ramener à 12 semaines. Ce n’est qu’un premier pas. En effet, en 2020 les eurodéputé·es RN ont voté contre une résolution condamnant la nouvelle réglementation polonaise interdisant l’IVG.

Enfin MLP s’est déclarée contre la PMA (Procréation médicale assistée) et le mariage pour tou·te·s. Les député·es FN puis RN se sont, au cours des dernières législatures, opposé·es à toutes les lois renforçant les droits des femmes, qui répondaient en partie aux fortes mobilisations des féministes. On ne peut donc espérer aucune défense de ces acquis de la part d’un gouvernement RN.

P.-S.

Crédit photos : Tiphaine B. © .

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org