Fin du monde, fin du mois, même combat !

jeudi 21 février 2019, par Attac France

La multiplication d’événements climatiques extrêmes le montre : le réchauffement se conjugue au présent et ici, pas uniquement au futur et ailleurs. Vouloir le contenir en deçà de 1,5°C, comme le propose le dernier rapport des experts du climat, le GIEC, devrait être notre feuille de route : 10 millions de personnes supplémentaires seront touchées de plein fouet par la montée des eaux avec 2°C de réchauffement. Comment en est-on arrivé là ?

La catastrophe climatique en marche

Le réchauffement climatique puise sa source dans les politiques de concurrence généralisée, d’exploitation des ressources naturelles, de croissance sans limite qui contribuent par ailleurs à aggraver les inégalités sociales et à multiplier les injustices économiques et fiscales... L’industrialisation massive, la combustion des énergies fossiles – charbon, pétrole, gaz -, l’extraction exponentielle de minerais, l’agriculture industrielle et la déforestation ont fait exploser les émissions de gaz à effet de serre (GES) et la pollution des océans, qui sont les deux principales sources du changement climatique. La globalisation économique et financière et la croissance accélérée de pays dits émergents qui empruntent la voie du développement productiviste et consumériste, accélèrent encore cette tendance. Depuis des années, alors que les scientifiques tirent la sonnette d’alarme, les chefs d’État et PDG de multinationales se limitent à verdir leurs discours, tout en refusant de transformer en profondeur un système économique devenu proprement insoutenable.

L’inaction climatique est en marche

Trump, Bolsonaro et leurs compères climato-négationnistes ne doivent pas cacher l’inaction de tous les autres États, y compris l’Union européenne et la France. Au point que les émissions de gaz à effet de serre sont reparties à la hausse (+3,2% en France en 2017). En France, la mobilisation des gilets jaunes a montré qu’une politique climatique ambitieuse ne pouvait se résumer à une fiscalité carbone inefficace et injuste socialement. Le tout alors que l’on continue à construire des autoroutes, signer des accords de libre-échange et subventionner le kérosène et le fioul lourd. Si cela ne suffisait pas, le gouvernement envisage de remplacer un objectif précis et chiffré (diviser par 4 les émissions de GES d’ici à 2050) par un objectif imprécis et non chiffré (la neutralité carbone) qui pourrait ouvrir la porte à la géo-ingénierie et à la capture et au stockage du carbone, autant de promesses technoscientifiques dangereuses et illusoires. Non seulement les objectifs déjà insuffisants ne seront pas atteints mais les reculs sont annoncés.

Nos propositions pour la justice climatique

Plutôt que de faire payer les plus pauvres, des propositions existent qui permettraient, si elles étaient mises en oeuvre, d’orienter les politiques vers une réelle transition écologique. Attac porte 14 propositions concrètes pour lutter contre les dérèglements climatiques :

1. Mettre fin aux exonérations de taxe carbone pour les pollueurs industriels, le transport aérien et maritime (kérosène, fioul lourd), les sites industriels soumis au marché carbone européen.

2. Garantir les lignes ferroviaires du quotidien, rouvrir les gares et lignes permettant de réduire l’usage des véhicules individuels et développer le fret pour réduire le nombre de camions sur les routes.

3. Abandonner les sept nouveaux projets d’autoroutes (GCO, A69, etc) et basculer les financements sur les transports collectifs du quotidien et mobilités douces, notamment en milieu rural et péri-urbain.

4. Financer un vaste plan de rénovation et d’isolation des bâtiments existants en mettant la priorité aux matériaux produits localement et/ou biosourcés et en privilégiant les ménages modestes touchés par la précarité énergétique.

5. Financer un vaste plan de création d’emplois publics pour assurer la transition énergétique et écologique et assurer les droits des travailleurs touchés par cette transition.

6. Introduire un moratoire sur tout nouveau projet d’étalement urbain en matière résidentielle ou commerciale (centres commerciaux, grands projets inutiles) afin de ne pas encourager de nouveaux déplacements et de mettre fin à l’artificialisation des terres.

7. Rapprocher les services publics et les activités économiques des lieux d’habitation, notamment en milieu rural et péri-urbain et mettre en place une politique d’encadrement des loyers et du foncier afin de permettre aux ménages les plus modestes de pouvoir vivre dans les centre-villes

8. Limiter l’utilisation des pesticides et des engrais et mettre fin à l’agriculture industrielle pour la remplacer par une agriculture paysanne en développant l’emploi agricole, en réorientant les subventions vers le bio et local. Prescrire le bio et/ou local et la réduction des gaspillages dans la restauration collective.

9. Planifier la politique énergétique afin d’arrêter le nucléaire le plus rapidement possible, de donner la priorité à la sobriété énergétique et au développement des énergies renouvelables

10. Stopper immédiatement les investissements publics dans les énergies fossiles et dans les fausses solutions technologiques qui visent à pérenniser le gaspillage.

11. Annuler les autorisations de forage délivrées pour Total en Guyane et mettre fin au projet d’exploitation aurifère de la Montagne d’or.

12. Flécher réglementairement l’argent de l’épargne populaire vers les seuls projets contribuant à la transition énergétique, écologique ou sociale

13. Stopper l’application provisoire du CETA, jugé non climato-compatible, et ne pas le ratifier.

14. Œuvrer pour une politique climatique de l’UE plus ambitieuse, en terme de réduction d’émissions de gaz à effet de serre, de développement des énergies renouvelables et de sobriété énergétique

Sans attendre, vous pouvez agir !

Décrétons l’état d’urgence climatique

Construisons un mouvement massif pour la justice climatique, dans nos villes, nos quartiers, sur nos lieux de travail, dans nos universités, nos lycées,... De Notre-Dame-des-Landes aux Gilets jaunes, collectivement nous sommes capables de renverser le cours des choses : luttes de territoire, marches et grèves pour le climat, combats pour les droits sociaux et contre la pauvreté, exigences de justice fiscale… faisons converger nos colères car d’autres mondes sont possibles !

Attac a également publié 12 propositions pour la justice fiscale : https://www.attac.org/l/6py
Stoppons l’impunité des multinationales, signez la pétition : https://www.attac.org/l/6px

Passez à l’Attac

Fondée en 1998, Attac est une association qui milite pour la justice fiscale, sociale et écologique et conteste le pouvoir pris par la finance sur les peuples et la nature. Nous basons notre travail sur deux piliers : l’action citoyenne et l’éducation populaire. Rejoignez-nous !

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulgées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org