Climat : on entre dans le dur !

lundi 6 novembre 2017, par Maxime Combes

Deux ans après la COP 21, les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) continuent à augmenter : +0,5 % en 2016 selon les dernières données disponibles [1] alors qu’il faudrait qu’elles diminuent de 3 % en moyenne, et de près de 5 % dans les pays historiquement les plus émetteurs. Une tendance qui n’est pas prête de s’inverser si l’on s’appuie sur les politiques climatiques menées par les États puisque des records mondiaux d’émissions pourraient être battus jusqu’en 2030 [2].

Chaque année l’Organisation météorologique mondiale (OMM) compile de nouveaux records (température mondiale, concentration de CO2 dans l’atmosphère, superficie des banquises, niveau des mers, etc.) qui devraient replacer la lutte contre les dérèglements climatiques au cœur des priorités tant ces records transcrivent une profonde déstabilisation du système climatique mondial. Déstabilisation confirmée par les nombreux phénomènes climatiques extrêmes dont les conséquences se font toujours plus lourdes.

Le réchauffement climatique se conjugue donc au présent. Tandis que les politiques climatiques, et notamment l’Accord de Paris qui porte sur la période post-2020, se conjuguent essentiellement au futur : beaucoup trop rares sont les actions d’envergure qui se substituent aux grands discours. Comme si l’accumulation de travaux et de savoirs scientifiques, dont les prévisions se confirment peu à peu, restaient sans effet sur les politiques publiques.

L’élection de Donald Trump est souvent avancée pour expliquer l’inertie actuelle des politiques climatiques internationales. C’est oublier un peu vite le peu d’ambition de la politique climatique européenne alors que la Commission européenne et les États membres soutiennent des investissements massifs dans la construction d’infrastructures gazières inutiles, mais aussi la ratification du CETA et sa mise en application provisoire.

C’est oublier aussi la volonté affichée par les architectes de l’Accord de Paris, au lendemain de l’élection de Donald Trump, de confier les clefs de la lutte contre les dérèglements climatiques aux multinationales et aux acteurs privés. Il est malheureusement peu probable que la COP 23, qui se tient à Bonn du du 6 au 17 novembre, permette d’infléchir notablement la situation. A nous de rendre plus lisible cet enjeu : entre le climat et l’approfondissement de la globalisation, il faut choisir.

#ParadisePapers : appel pour l’instauration d’une taxe globale sur les multinationales

8513 personnes se sont engagées !

Prochain objectif : 10000 signataires.

85.13%

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulgées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org