Dans les méandres des négociations

mardi 6 décembre 2011, par Geneviève Azam

Pour comprendre la situation actuelle des négociations à Durban, le mieux est de donner la parole aux entreprises. GDF Suez, présente à un événement organisé par la Banque mondiale pour promouvoir deux nouveaux fonds pour lancer la finance carbone chez les plus pauvres (sic), a résumé la situation : le prix du carbone est instable, il s’effondre sur le marché européen, et nous avons trop d’offres de crédits par rapport à la demande.

C’est pourquoi l’Union européenne s’active ici pour prolonger le protocole de Kyoto : elle satisfait ainsi la demande du G77 et la Chine, celle de l’Afrique du Sud qui ne peut assumer ici l’enterrement du protocole de Kyoto, tout en imposant l’idée d’un « nouveau mandat » qui prendrait effet en 2020, mandat qui inclurait tous les pays, notamment les pays émergents. La Chine a déclaré ne pas être hostile à cela. Les États-unis se trouvent ainsi isolés, avec le Canada, pendant que la Russie et le Japon, a priori hostiles à tout nouvel engagement, cherchent maintenant des accommodements. Maintenir le principe d’objectifs contraignants est en effet la seule manière de relancer la demande de crédits au moment où l’inclusion des forêts et des sols dans la finance carbone promet l’afflux de nouvelles offres de crédits sur le marché. Mais il faut préciser ce que signifie désormais contraignant : il ne s’agit plus d’un traité international contraignant mais de contraintes et promesses fixées par chaque pays. Et les textes qui circulent actuellement, qui préfigurent ce que pourrait être ce nouveau mandat, montrent comment la vérification des promesses est lourde pour les pays du Sud et quasiment vide pour les pays industriels.

Sauf clash des pays les moins développés, alliés aux pays latino-américains de l’ALBA, le protocole de Kyoto sera « sauvé », vidé de ce qui pouvait en faire un outil de redistribution entre les pays du Sud et ceux du Nord, réduit à une structure institutionnelle de mise en place des marchés carbone.

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulguées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org