Le G20 face à la crise financière : les éléphants, la souris et les peuples

mercredi 10 novembre 2010, par Attac France

Les G20 qui se sont succédé depuis le début de la crise financière ont proclamé leur volonté d’en tirer toutes les leçons et de refonder un nouvel ordre économique mondial. Attac publie aujourd’hui une note qui vise à évaluer l’action du G20 depuis 2008 et les enjeux du G20, dont la France prend la présidence le 12 novembre prochain pour un an.

Nous le montrons en détail : qu’il s’agisse de la rémunération des traders, du contrôle des opérations spéculatives, du démantèlement des institutions « trop grosses pour faire faillite », de la suppression des paradis juridiques et fiscaux ou de la taxation de la finance, le G20 a échoué. Certes le Congrès des États-Unis a voté le « Dodd Frank Act », qui comporte quelques mesures ouvrant la voie à une plus grande transparence des opérations financières, notamment sur les produits financiers dérivés. L’Union européenne s’est mise à la remorque, et prévoit même de limiter les abus récemment observés dans la spéculation contre les États européens endettés. Mais ces mesures, prises sans concertation internationale, ne contestent pas réellement la toute-puissance de l’industrie financière, et n’empêcheront pas la prochaine crise dont les conditions se préparent sous nos yeux. Déséquilibres abyssaux des balances commerciales, politiques monétaires laxistes, spéculation débridée : la bulle qui enfle annonce déjà de nouveaux krachs.

La rhétorique démagogique de Nicolas Sarkozy n’y changera rien. A mesure qu’on s’éloigne du tremblement de terre de septembre 2008, où les dirigeants de la planète ont vu le sol se dérober sous leurs pieds, le poids des lobbies, les rivalités entre puissances et les calculs de court-terme l’emportent sur la nécessité de la coopération. Nicolas Sarkozy lui-même n’a cessé de mener une politique économique et sociale au service exclusif des actionnaires et des grandes fortunes. Ses fanfaronnades sur la régulation et la moralisation du capitalisme, contre la dictature de la finance et du court terme, ne feront pas illusion. La société civile en France va se mobiliser pour dénoncer son double langage et son irresponsabilité. Les récentes annonces de la Réserve Fédérale américaine montrent le danger croissant d’une guerre monétaire débouchant sur une aggravation de la crise financière, aux conséquences sociales incalculables. Il est de plus en plus urgent de mettre au pas la finance et de construire une véritable coopération économique et monétaire mondiale. Ce rapport vise à mettre en avant des alternatives crédibles que des institutions internationales démocratiques pourraient porter. Les urgences sociales et écologiques ne peuvent plus attendre, la mobilisation des peuples est la seule façon de les faire avancer.

En 2011, Attac mettra son énergie au service de cette mobilisation, en particulier face au G8 en juin 2011 et au G20 en novembre 2011. Et d’ores et déjà, elle participe pleinement aux mobilisations de cette semaine à Séoul face au G20 qui se tient les 11 et 12 novembre. Attac France, Paris, le 10 novembre 2010