Les Possibles

jeudi 25 octobre 2018, par Rémi Sergé

Les Possibles

Revue éditée à l’initiative du Conseil scientifique d’Attac

N° 18, Automne 2018

Sommaire

Éditorial

Traversez la rue, vous serez dans la cour des miracles ! par Jean-Marie Harribey et Jean Tosti

Il n’aura fallu que quelques mois pour que la baudruche du nouveau monde promis par Emmanuel Macron se dégonfle. Le président a sans doute compris qu’il ne convainc plus grand nombre. Il multiplie alors les provocations cyniques, voire les agressions verbales. On savait qu’il appelait à ce que chacun devienne milliardaire, on ne se serait pas douté que, si on n’y parvenait pas, c’était à cause du « pognon de dingue » donné aux pauvres. Alors qu’il était si simple de traverser la rue pour trouver un emploi ! Doté d’un capital scolaire de très haut niveau – mais plus en économie financière qu’en économie sociale –, le président avait déclaré devant le Congrès à Versailles le 9 juillet 2018 : « la retraite n’est pas un droit pour lequel on a cotisé toute sa vie [mais] ce que les actifs paient pour les retraités ». Il est malin : il utilise un fait exact (les actifs paient pour les retraités) pour dénier un droit fondamental.

Dossier : la protection sociale


Les privatisations du soin par Philippe Batifoulier

Le secteur de la santé connaît une multitude de réformes sans que la situation des hôpitaux s’améliore et sans avoir éradiqué des restes à charge (ce qui reste à la charge du patient après remboursement de la Sécurité sociale) parfois catastrophiques pour certains patients. Ces réformes ne combattent pas la trajectoire de privatisation du soin. Elles la confortent. Elles accentuent dès lors les inégalités tout en étant coûteuses en finances publiques.

Pour une « nouvelle Sécu à 100 % ! par André Grimaldi

Le gouvernement poursuit le processus d’étatisation progressive de la Sécurité sociale : transfert des cotisations salariales vers l’impôt, retour à l’équilibre grâce à la diminution des prestations et à la mise en déficit des hôpitaux, et, plus récemment, remise en cause de la règle de séparation du budget de la Sécurité sociale et du budget de l’État et de la compensation par l’État des exonérations de cotisations sociales qu’il accorde aux entreprises…

Santé au travail : pas de prévention sans coercition, Premières réactions au Rapport Lecocq par Louis-Marie Barnier, Alain Carré, Selma Reggui

Aucune organisation du travail ne doit compromettre la santé et la sécurité des travailleuses et des travailleurs. Le gouvernement annonce vouloir réformer le système de santé au travail. Il propose que la négociation interprofessionnelle s’engage sur la base du rapport Lecocq qualifié de « base satisfaisante ». Il faut donc analyser ce rapport. Ces réformes se situent dans le prolongement de la disparition des CHSCT, de la réforme de l’inspection du travail, d’une réduction des budgets alloués aux organismes de prévention des risques professionnels (INRS, CARSAT), et d’une Loi Travail fragilisant les travailleurs et leurs organisations. Les travailleurs doivent s’emparer de ce débat pour défendre leur droit à la santé. Tel est l’objectif de notre contribution.

La Caisse accidents du travail-maladies professionnelles : une caisse basée sur le lien réparation/prévention par Marc Benoît

Le rapport Lecocq représente une attaque du droit à la réparation des accidents du travail et des maladies professionnelles en s’appuyant sur une fausse opposition réparation/prévention. Il remet en cause ce qui constitue le fondement de la Caisse accidents du travail-maladies professionnelles (AT/MP), ce lien entre une politique de réparation, définie par le code de la Sécurité sociale, et la capacité d’agir sur les choix des entreprises pour imposer des mesures de prévention des risques.

L’Unédic saisie par les droits fondamentaux des travailleurs, Sur quelques débats de fond concernant l’assurance-chômage par Louis-Marie Barnier

Le texte très complet de la Note de la Fondation Copernic (2003) décrivant les nombreux épisodes de la vie mouvementée de l’Unédic nous évitera de reprendre toutes ses évolutions. Rappelons simplement ici que l’Unédic a été instituée par un accord collectif du 31 décembre 1958, qui donne naissance à « un régime national interprofessionnel d’allocations spéciales aux travailleurs sans emploi de l’industrie et du commerce » (Art. 1). Cet accord tardif est provoqué par la prise de conscience de la nécessité d’avoir un instrument capable d’accompagner les restructurations industrielles, « lieu et instrument d’une régulation conjoncturelle  » (Copernic, 2003, p. 49). La France est, de plus, le seul pays du Marché commun naissant, avec l’Italie, à ne pas avoir de régime d’assurance chômage (Bec, 2014, p. 191).

Retraites des femmes, un enjeu décisif pour toute réforme par Christiane Marty

Les réformes passées des retraites ont été menées au nom de l’équilibre financier des régimes. Aujourd’hui que le déficit des caisses est en voie de résorption (moyennant la baisse programmée des pensions et le départ plus tardif en retraite), c’est la recherche de l’équité qui est la principale raison invoquée pour remettre à plat le système de retraites. Le projet est de le transformer en un système par points, qui aurait vocation à unifier les différents régimes. « L’objectif est qu’à carrière identique, revenu identique, la retraite soit identique » a précisé Jean-Paul Delevoye, Haut commissaire à la réforme des retraites. Quid alors des mécanismes de solidarité qui permettent de compenser - un peu - les aléas de carrière et les basses pensions ? Quid des inégalités de pension entre les femmes et les hommes ?

Politique familiale : quels objectifs et quels principes ? par Christiane Marty

Depuis juillet 2015, les allocations familiales, réputées être le premier outil de politique familiale, sont modulées en fonction des revenus du foyer. Auparavant, toutes les familles avec deux enfants ou plus percevaient, quels que soient leurs revenus, la même somme pour le même nombre d’enfants. Les allocations n’étaient toutefois pas vraiment universelles du fait qu’une famille avec un seul enfant n’en percevait pas, et du fait que le montant de l’allocation par enfant était bien plus important (multiplié par 2,5) à partir du troisième enfant.

Les droits de propriété intellectuelle : un danger pour la santé par Joan Rovira

Les effets négatifs des droits de propriété des actifs incorporels (DPI) sur l’accès aux médicaments et le droit à la santé sont un sujet de préoccupation récurrent pour les citoyens et les responsables des systèmes de santé. Au cours des dernières années, les médias ont mis l’accent sur les problèmes d’accès aux médicaments de traitement de l’hépatite C, non seulement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, comme c’est l’habitude dans ces cas, mais aussi dans les pays les plus riches.

Débats

André Gorz, philosophe anticapitaliste, critique du travail et précurseur de l’écologie politique par Françoise Gollain

L’œuvre d’André Gorz est riche, complexe, marquée par des ruptures. Sa cohérence lui vient de son adhésion à la philosophique existentialiste qui représente le point d’ancrage de ses réflexions socio-écologiques.

  • Le camp progressiste doit se préparer à la prochaine crise financière par Cédric Durand
  • Entretien réalisé par Romaric Godin pour Médiapart le 1er août 2018 dans le cadre de la série « Penser avec Marx (2/6) ». Entretien avec Cédric Durand sur la vision marxiste de la financiarisation de l’économie. Selon lui, elle n’est pas un moyen de régler les contradictions du capitalisme, mais de les déplacer dans le temps.

Marx et l’immigration : mise au point par Jacques Bidet

Entretien inédit pour le site de Ballast, octobre 2018, par Julien Chanet. Socialismes et immigration : les divergences ne sont pas seulement d’actualité. En 1845, Engels avançait que l’immigration irlandaise a contribué, en Angleterre, à «  abaisser le salaire et avec lui la classe ouvrière elle-même  »...

Migrations, puisqu’on en parle par Samy Johsua

Est-ce que les migrant-e-s divisent la classe prolétaire, permettant au Capital de baisser les salaires ? Est-ce que « personne » ne quitte son pays natal volontairement ? Sur le moyen terme, l’immigration est-elle « une chance » pour le pays qui l’accueille ? Et enfin, pourquoi s’interroger sur ces questions conduirait-il obligatoirement à l’injonction de chasser les migrant-e-s et à fermer les frontières ?

La Campagne Boycott, désinvestissement et sanctions par Imen Habib

La Campagne BDS a été lancée en 2005 par plus de 170 associations de la société civile palestinienne, un an après l’avis de la Cour internationale de justice demandant la démolition du mur de l’apartheid en Palestine occupée.

Dépasser la propriété productive par Benoît Borrits

Je tiens tout d’abord à remercier Thomas Coutrot et Jean-Marie Harribey de leur travail de recension de mon dernier ouvrage Au-delà de la propriété, Pour une économie des communs publié aux Éditions La Découverte. Ce travail participe de notre volonté commune de reprendre le contrôle sur notre devenir et donc, de se débarrasser du pouvoir de la propriété productive caractéristique du capitalisme. C’est dans cette perspective que j’entends ici répondre à ces deux textes pour à la fois préciser les points d’accord ou de divergence et bien souvent d’incompréhension dont je porte forcément une part de responsabilité en tant qu’auteur.

La nature de la propriété des moyens de production génère des différences de démocratie par Thierry Brugvin

Une des caractéristiques centrales du capitalisme réside selon Marx dans la propriété privée des moyens de production, avec l’accumulation, le marché, le profit... Marx explique que « c’est toujours dans le rapport immédiat entre le propriétaire des moyens de production et le producteur direct (…) qu’il faut chercher le secret le plus profond, le fondement caché de tout l’édifice social  ». Le dépassement du capitalisme suppose notamment un changement dans la nature de la propriété, qui est intimement lié à la démocratie économique. En fonction notamment du type de propriété dominante, il existe aussi différents types de système : capitaliste, socialiste, communiste. Il faut y ajouter ensuite d’autres critères, l’orientation de la production régulée, planifiée, les formes de la démocratie, etc.

Sur l’indépendance de la Catalogne, En réponse au texte de Txetx Etcheverry par Caroline Knez Fernandez

Je viens de lire l’article intitulé « Catalogne : construire de la base ce que le sommet nous refuse » de Txetx Etcheverry, publié dans Les Possibles, n° 15 (automne 2017). Cette question du « processus » indépendantiste catalan me tient à cœur car je suis d’origine espagnole. J’ai de la famille en Catalogne, où j’ai passé toutes mes vacances d’été durant mon enfance et mon adolescence. Mes grands-parents ont émigré d’Andalousie en Catalogne à la fin de la guerre civile parce qu’ils étaient pauvres et « rouges », donc repérés comme dangereux et indésirables : c’étaient donc ce que l’on appelle des « charnegos » en catalan (le terme n’est pas anodin). Ma préoccupation n’est pas seulement affective, bien sûr. Un engagement bien à gauche fait partie de ma carte d’identité, or l’émergence des nationalismes et de l’identitarisme, relayés et soutenus par une partie de la gauche que certains appellent « identitaire », questionne de plus en plus profondément cet engagement.

Revue des revues

par Jacques Cossart

Les pauvres ne sont-ils pas responsables de leur sort ? On serait tenté de le croire à écouter le président de la République. Pourtant, d’un bout du monde à l’autre, les constats sont édifiants. Que l’on regarde les travaux de l’INSEE en France ou bien ceux du Fonds monétaire international (qui n’arrête pas de manger son chapeau sur bien des sujets), pauvreté, précarité et inégalités sont le lot de tous ces pauvres (ir)responsables. Tandis que, de sommet en sommet, les gouvernants… observent… le réchauffement du climat, la pérennité des paradis fiscaux et autres amusements mondiaux ou mondains, on ne sait.

À l’attention des lecteurs, note sur le statut de la revue Les Possibles

La revue Les Possibles a maintenant cinq ans d’âge et sa diffusion progresse régulièrement. Nous rappelons qu’elle fut créée à l’initiative du Conseil scientifique d’Attac pour être un lieu de débat théorique sur la nécessaire transformation de la société, aujourd’hui minée par le capitalisme néolibéral. Dès lors, ouverte à toutes les personnes qui s’inscrivent dans cette perspective, elle est indépendante de l’association Attac, le contenu des articles est de la responsabilité de leurs auteurs et n’engage pas l’association. La diversité des sujets, des auteurs et des disciplines témoigne de la volonté de garantir le pluralisme des idées. Le choix des thèmes et le respect des règles du débat scientifique et démocratique sont assurés par un comité éditorial dont la composition figure à la fin du sommaire.

Le comité éditorial

Adresse

Attac, 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris

Directeur de la publication

Jean-Marie Harribey

Secrétariat de la rédaction

Isabelle Bourboulon, Jacques Cossart, Jean-Marie Harribey, Esther Jeffers, Frédéric Lemaire, Christiane Marty, Pascal Paquin, Jeanne Planche, Dominique Plihon, Jean Tosti, Aurélie Trouvé

Responsables techniques

Edgard Deffaud, Serge Gardien, Sophie Lambert-Evans, Éric Le Gall, Wilfried Maurin, Pascal Paquin, Tom Roberts, Rémi Sergé, Olivier Tétard

Comité éditorial

Sylvie Agard, Christophe Aguiton, Verveine Angeli, Paul Ariès, Geneviève Azam, Daniel Bachet, Jacques Berthelot, Catherine Bloch-London, Martine Boudet, Isabelle Bourboulon, Thierry Brugvin, Thierry Brun, Alain Caillé, Claude Calame, Christian Celdran, François Chesnais, Francoise Clement, Pierre Concialdi, Jacques Cossart, Thomas Coutrot, Christian Delarue, Vincent Drezet, Cédric Durand, Guillaume Duval, Mireille Fanon-Mendès-France, Daniel Faugeron, David Flacher, Fabrice Flipo, Pascal Franchet, Bernard Friot, Jean Gadrey, Susan George, Jérôme Gleizes, Gérard Gourguechon, André Grimaldi, Janette Habel, Nicolas Haeringer, Jean-Marie Harribey, Michel Husson, Esther Jeffers, Isaac Johsua, Pierre Khalfa, Serge Le Quéau, Frédéric Lemaire, Christiane Marty, Gus Massiah, Antoine Math, Dominique Méda, Georges Menahem, Denise Mendez, Pascal Paquin, René Passet, Évelyne Perrin, Dominique Plihon, Thierry Pouch, Daniel Rallet, Jean-Claude Salomon, Catherine Samary, Denis Sieffert, Vicky Skoumbi, Jean-Louis Sounes, Daniel Tanuro, Bruno Tinel, Michel Thomas, Jean Tosti, Éric Toussaint, Stéphanie Treillet, Aurélie Trouvé, Patrick Viveret

Contact avec la revue et soumission d’articles

Les propositions d’articles nouveaux ainsi que les contributions répondant à des textes publiés dans les numéros précédents de la revue doivent être adressées au secrétariat de la revue : revue-cs-secretariat@list.attac.org

La revue a noué un partenariat avec Mediapart à travers une « édition » créée sur ce site : http://blogs.mediapart.fr/edition/la-revue-du-conseil-scientifique-dattac. À chaque parution trimestrielle de la revue, un des articles sera mis en ligne sur Mediapart.

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulgées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org