Rapports des institutions internationales : le rapport 2013 sur le développement de la Banque mondiale

dimanche 27 octobre 2013, par Jacques Cossart *

« World development report 2013 » dont la lourde version complète (422 pages) est publiée en anglais, est le rapport de la Banque mondiale sur le développement dans le monde de 2013, centré sur l’emploi.

On y trouvera nombre graphiques et tableaux, y compris (pages 340 à 373) une série consacrée à de nombreuses données relatives à l’emploi et au chômage qui indiquent, cette année, une comparaison portant sur 1995, 2005 et 2010.

On peut accéder aussi à un résumé en français intitulé aussi sobrement que le titre « Jobs » en anglais : « Emplois ». La Banque mondiale disait : « les emplois sont créés par le secteur privé » et « l’action publique établit l’environnement nécessaire ». Ainsi le plein emploi est sans doute garanti… La Banque entreprend de contester ce qu’elle appelle huit idées reçues :

  • Des stratégies de croissance ou des stratégies d’emploi ? La croissance est réputée indispensable, pourtant elle ne s’accompagne pas toujours de cohésion sociale, en particulier en faveur des femmes.
  • Est-il possible de promouvoir l’esprit d’entreprise ? Mettre fin aux privilèges des grandes entreprises est une raison de plus pour laquelle le succès des micro et petites entreprises revêt tant d’importance.
  • Les politiques peuvent-elles contribuer à la cohésion sociale ? Les programmes de travaux publics peuvent faciliter la participation des communautés et la collaboration entre les citoyens et les autorités locales. Les politiques peuvent alors viser non pas seulement le nombre d’emplois, mais aussi l’élargissement des opportunités de travail pour les groupes exclus.
  • Qualifications ou emploi — qu’est-ce qui vient en premier ? Les opportunités d’emploi peuvent donner forme aux compétences facilitant la vie en société et créer une demande d’éducation et de formation.
  • Un climat de l’investissement ciblé ? La fourniture d’un appui à la création d’emplois dans des secteurs employant une forte proportion de femmes, à l’accroissement de la productivité des petites exploitations agricoles, ou encore à des emplois associés aux chaînes de valeur mondiales, peut avoir d’importants impacts sur le développement, selon le contexte national.
  • Une concurrence pour les emplois ? Les politiques publiques peuvent avoir des répercussions sur les échanges, les investissements et les flux de migration internationaux et, de ce fait, avoir un impact sur la composition de l’emploi. Celles qui visent à améliorer le respect des droits, à s’attaquer au travail forcé et aux formes nuisibles du travail des enfants, fournissent en fait un bien public mondial.
  • Protéger les travailleurs ou protéger les emplois ? Il peut être justifié de protéger les emplois en période de crise systémique ou de vaste restructuration économique.
  • Comment accélérer la ré-allocation des travailleurs ? D’autres pays dotés de réglementations aussi restrictives sont parvenus à procéder à une ré-allocation de la main-d’œuvre, source d’efficacité en tirant résolument parti des retombées, en termes de productivité, d’emplois dans des regroupements industriels, des villes dynamiques ou des chaînes de valeur mondiale.

La Janus de Washington, par le choix des idées reçues qu’elle retient et certains des arguments qu’elle y oppose, montre la dualité permanente entre les exigences politiques de l’institution et ce que constatent, sur le terrain, ceux des quelque 10 000 agents de la Banque qui y enquêtent.

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulgées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org