Nouvelle initiative! Découvrez 👉 l'Observatoire de la justice fiscale 🔭

EDITO - Préparons la rentrée militante à l’Université d’Été des Mouvements Sociaux et des Solidarités : du 24 au 28 août 2021 à Nantes !

mercredi 18 août 2021, par Annick Coupé, Aurélie Trouvé

La crise sanitaire liée au COVID sanitaire qui a éclaté est aussi la crise d’un système. Elle a révélé la mise à mal des services publics et notamment de l’hôpital et du système de santé. Les enseignant·es ont été livrés à eux-mêmes avec trop peu de moyens pour répondre correctement aux besoins des élèves et des étudiant·es durant les périodes de confinement. La recherche publique délaissée depuis des années au profit des labos privés n’a pu répondre aux besoins découlant de cette pandémie.

Un système qui a cassé les services publics, conduisant à des dizaines de milliers de morts qui auraient pu être évitées avec des hôpitaux publics en meilleur état, laissant les enseignant·es gérer avec trop peu de moyens, empêchant la recherche publique de mieux pouvoir prévenir et répondre à cette pandémie… Un système qui a laissé la main aux multinationales pour décider de nos vies, y compris pour définir qui peut bénéficier d’un vaccin, quand et à quel prix.
Un système qui a augmenté les inégalités sociales et internationales, laissant la crise frapper en particulier les plus pauvres, les populations les plus fragilisées, les premier·es de corvée et le monde du travail…
La crise a révélé à quel point le capitalisme, productiviste et néolibéral, dans lequel règne toujours le patriarcat et des racismes systémiques, est destructeur de l’humanité, du vivant et de la planète.

En France, la crise sanitaire a été l’occasion, pour le gouvernement, non pas d’un changement de cap pourtant indispensable au « jour d’après », mais d’un approfondissement des politiques néolibérales et de son néolibéralisme autoritaire.
Les libertés publiques ont été encore davantage étouffées, avec une série de décisions et lois liberticides, de celle sur la « sécurité globale » à celle sur les « séparatismes ».
Alors que les plus riches et les entreprises du CAC 40 ont vu leurs richesses augmenter pendant l’année 2020, il s’agit une fois encore de faire payer cette crise non pas aux plus riches mais aux chômeurs et chômeuses, et retraité·es, et globalement au monde du travail.

Heureusement, des solidarités locales et internationales se sont multipliées.
Les mobilisations sociales et écologiques avaient été stoppées, coupées en plein vol quand la crise sanitaire a explosé (manifestations féministes, mobilisations contre la réforme des retraites, marches pour le climat…).
Mais petit à petit, nos mouvements réoccupent l’espace public… petit à petit, nous retrouvons la joie de militer et l’espoir d’une transformation écologique, solidaire et démocratique du monde.

L’année dernière, à cause des contraintes sanitaires, l’Université d’Été des mouvements sociaux n’avait pu avoir lieu.
Mais cette année, nous avons rendez-vous à Nantes.
Elle va enfin se tenir ! Ce sera un moment essentiel pour nous retrouver enfin physiquement et non plus derrière nos écrans. Pour aborder ces grands enjeux du moment, nous informer, nous former, échanger, converger, construire des mobilisations, reprendre espoir, faire la fête... parce que le changement passe par la vitalité militante et intellectuelle de nos collectifs.
Cette Université d’été sera ainsi particulièrement vigilante et proactive contre toute forme d’oppression et accueillante pour tou·tes.

Plus de 1500 personnes sont attendues du 24 au 28 août pour participer à près de 200 activités : on y retrouve des temps forts communs ; plus d’une centaine d’ateliers, séminaires, modules de formation ; des activités culturelles, festives et conviviales, en soirée notamment ; des visites et rencontres « hors-les-murs » à la découverte des acteurs et actrices du territoire qui nous accueille ; des réunions de réseaux et espaces collectifs prévus sur des temps spécifiques.
Plus de 440 associations, syndicats, collectifs se sont mobilisés ensemble pour construire ensemble cet événement.

Cette UE sera aussi placée sous le sceau des émancipations et de l’internationalisme.
Elle accueillera donc des représentant·es de luttes actuelles venus de différents pays à travers le monde : des représentant·e·s zapatistes, kurdes, des peuples premiers des Amériques ou encore des mouvements en lutte d’Afrique contribueront ainsi à apporter une lecture internationaliste, solidaire et plus globale aux grands enjeux de notre temps.

Nous vous attendons nombreuses et nombreux pour ce moment clé pour préparer la rentrée militante et les mobilisations à venir !

Programme complet :
https://s.42l.fr/ProgrammeUEMS

Inscriptions :
https://s.42l.fr/InscriptionUEMS

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulguées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org