Marches contre Monsanto

Le 21 mai 2016, pour la 4e année consécutive, des citoyens du monde entier feront converger leurs luttes contre Monsanto et les multinationales de l’empoisonnement (pesticides, OGM, etc) lors d’une journée mondiale de marches et d’actions. Plus d’une trentaine de villes françaises se mobilisent encore cette année.

Notre santé avant leurs profits

Ces rassemblements sont l’occasion de dénoncer collectivement une agriculture intensive, usant de semences génétiquement modifiées (OGM) et dépendantes de pesticides toxiques (Roundup), sous la coupe de multinationales s’appropriant le vivant (brevet sur les semences) et menaçant la souveraineté alimentaire des peuples.

Les citoyens sont également préoccupés par les conséquences sanitaires qui pèsent sur eux et leurs enfants, du fait de la dispersion incontrôlée de milliers de molécules chimiques dans l’environnement (pesticides, perturbateurs endocriniens). La situation est d’autant plus alarmante que la France est le 1er utilisateur européen de pesticides et le 3e au niveau mondial. Cela ne peut plus durer, la protection de la santé publique doit primer sur les profits de l’industrie chimique.

Faire pression pour une agriculture relocalisée et écologique

Nous demandons une agriculture relocalisée, écologique et productive, capable d’assurer aux agriculteurs un revenu juste, et aux consommateurs des produits sains et accessibles à tous les budgets. Nous réclamons une agriculture transparente et sans OGM, ni dans les champs, ni dans l’alimentation animale, grâce à un étiquetage adapté sur tous les produits alimentaires, y compris les œufs, les produits laitiers et la viande issus d’animaux « Nourris aux OGM ». Nous réclamons également les plus stricts critères de transparence sur les Nouveaux OGM cachés, comme par exemple ceux issus de la mutagenèse.

Autant de réformes qui ne pourront être mises en place si la France, et l’Europe, persistent dans leur volonté de signer des accords de dérégulation commerciale avec les États-Unis (TAFTA ou TTIP) ou avec le Canada (CETA). Nous réaffirmerons donc notre opposition à ces traités qui soustraient le pouvoir des mains du peuple pour le placer dans celles des multinationales qui exploitent les Hommes comme le vivant. Aucun traité ne devrait pouvoir engager notre destin collectif sans recours à un référendum.

Afin d’exprimer toute notre détermination, nous ne nous contenterons pas de marcher le 21 mai : nous mènerons aussi des actions d’interpellation directe, qui placeront multinationales, distributeurs, producteurs et élus, devant leurs responsabilités.

Aux graines citoyens !

Informations sur : http://www.combat-monsanto.org

JPEG - 1.9 Mo