Attac Paris XI - Projection débat « Du fer à la finance, l’empire Wendel »

Cinécroque Attac Paris 11

Maison des Métallos
94, rue Jean-Pierre Timbaud
(Métro Couronnes ou Parmentier, Bus 96 ou 46)

Mardi 14 avril 2015 à 19H30


"Du fer à la finance, l’empire Wendel"

Un film de Patrick Benquet
France / 60 mn

La dynastie Wendel, fleuron de la sidérurgie française au XIXe siècle, a survécu à tous les bouleversements économiques depuis la première révolution industrielle et a toujours su conserver un pied dans les affaires et un autre dans la politique.
Avec la crise de la sidérurgie dans les années 70, l’empire lorrain des Wendel est nationalisé, ses dettes rachetées. L’État, bon prince, lui laisse ses participations financières dans quelques entreprises rentables. La dynastie confie alors son destin à un de ses membres les plus influents, le baron Ernest Antoine Seillière. Il modifie radicalement la stratégie familiale et transforme le groupe industriel en un empire financier. Dans le même temps, il prend la tête du Medef et participe ainsi à tous les niveaux au mouvement de financiarisation de l’économie française.
Le groupe Wendel devient alors, un fonds d’investissement, qui va pratiquer ce qu’on appelle « l’achat avec effet de levier ». Il s’agit d’acheter une entreprise avec de l’argent prêté par les banques, de la restructurer en réduisant ses coûts de personnel et d’investissement, de vendre certaines de ses activités, d’utiliser les bénéfices pour rembourser les banques et finalement de la revendre en réalisant le maximum de profits.
Wendel investit ainsi dans des entreprises telles que Cap Gemini, Valeo, Biomerieux, Editis, Bureau Veritas, Legrand. Les profits explosent, mais les entreprises revendues sont fragilisé ;es par les plans de restructuration qui leur ont été imposés.
Les montages financiers et fiscaux se complexifient à l’extrême. Le rachat catastrophique de l’entreprise Saint-Gobain, qui a nécessité un endettement colossal, sonne l’alarme au sein de la famille. Ernest-Antoine Sellière démissionne en 2009 et cède la place à François de Wendel, troisième François du nom.

La projection sera suivie d’un débat. avec Frédéric Farah, professeur d’économie, spécialiste de la politique industrielle française du début des années 80 à nos jours et co-auteur, entre autres, de "TAF TA, l’accord du plus fort", aux éditions Max Milo (2014).

Comme d’habitude l’entrée est gratuite et la soirée se terminera par un repas partagé garni par tous les participants.



À propos du comité local organisateur

Attac Paris 11