TTF : Une équation avec encore de nombreuses inconnues

mardi 9 octobre 2012, par Attac France

Onze pays de la zone euro viennent d’annoncer leur volonté de mettre en place une taxe sur les transactions financières par le biais d’une coopération renforcée. C’était nécessaire pour surmonter la résistance du Royaume-Uni qui refuse toute atteinte à la rentabilité de son industrie financière.

Attac se félicite de ce pas supplémentaire dans ce qui constitue depuis deux ans un véritable parcours du combattant : aucun prétexte institutionnel ne peut plus retarder la mise en place de la taxe. Les taux évoqués dans le projet de la Commission européenne (0,1% pour les transactions courantes, 0,01% sur les Produits dérivés) permettraient de réduire fortement la spéculation, notamment le trading à haute fréquence, et de dégager des ressources substantielles.

Cependant des inconnues majeures subsistent :

  • cette taxe inclura-t-elle vraiment les produits dérivés ? Si ce n’est pas le cas (à l’image de la « TTF Sarkozy »), ce sera un coup d’épée dans l’eau, car l’immense majorité des transactions financières porte sur les produits dérivés.
  • cette taxe inclura-t-elle les transactions de change ? Le projet de la Commission européenne les exclut, sans aucune justification, alors même qu’elles représentent environ la moitié des transactions financières en Europe.
  • à quoi serviront les fonds recueillis ? Certaines sources indiquent qu’ils pourraient financer un fonds de sauvetage pour les banques en difficulté. Ce serait inadmissible : ces ressources doivent servir à financer la lutte contre la pauvreté et pour une transition écologique, notamment dans les pays du Sud.

Cette taxe sur les transactions financières, qu’Attac réclame depuis 1998, est urgente mais insuffisante. La grave crise qui frappe l’Europe exige de désarmer les marchés financiers, en socialisant le secteur bancaire, en refondant démocratiquement la BCE et en lui permettant de prêter directement aux États-membres, en interdisant la licence bancaire aux établissements ayant des filiales dans les paradis fiscaux...

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulgées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org