Rapport Moreau : une « réforme » irresponsable

vendredi 14 juin 2013, par Attac France

Après des mois d’un pilonnage médiatique en bande organisée (Medef, Cour des comptes, Bercy, Banque de France…), le gouvernement s’apprête à réduire encore davantage les droits à la retraite. Cette décision s’inscrit pleinement dans le cadre des « réformes structurelles » néo-libérales et des politiques d’austérité qui dévastent l’Europe et menacent la démocratie. À ce titre, elle est parfaitement irresponsable.

Dans ses recommandations du 29 mai 2013, la Commission demande à la France de "prendre des mesures d’ici à la fin de l’année 2013 pour équilibrer durablement le système de retraite en 2020 au plus tard, par exemple en adaptant les règles d’indexation, en augmentant encore l’âge légal de départ à la retraite et la durée de cotisation pour bénéficier d’une retraite à taux plein et en réexaminant les régimes spéciaux, tout en évitant une augmentation des cotisations sociales patronales ".

Ces mesures composent le menu du rapport remis par Mme Yannick Moreau, dans lequel le gouvernement va puiser pour préparer le projet de loi qu’il présentera dès septembre au Parlement, sans laisser le temps au large débat citoyen qu’une telle réforme mériterait.

La réforme vise à ramener le déficit public à 3% du PIB d’ici à 2015 en comblant le déficit de 20 milliards des régimes de retraite.

Mais d’où vient ce déficit, trois ans à peine après la dernière réforme ? Aucunement de la démographie, et entièrement de la récession.

 Et cette récession, d’où vient-elle ? Précisément, des politiques d’austérité menées depuis trois ans en Europe par les gouvernements et la Commission. Cette nouvelle réforme contribuera à nous enfoncer encore davantage dans la dépression.

Dans de nombreux pays d’Europe, notamment au Sud, des réformes répétées des retraites ont réduit drastiquement les pensions, reculé l’âge de la retraite, paupérisé les retraités, contraint les seniors à rester sur le marché du travail dans des conditions dégradées, tandis que le chômage des jeunes a explosé.

Dans de nombreux pays d’Europe la montée du chômage et des inégalités renforce les courants de droite extrême et d’extrême droite et menace la démocratie.

Le gouvernement ne peut donc ignorer l’impasse dans laquelle il engage les salariés, les retraités et toute la société. Il ne brandit la rhétorique de l’« équité » que pour opposer les salariés du privé à ceux du public et désarmer ainsi les résistances.

Mais où est l’équité ? Dans la dégradation parallèle des pensions du public et du privé par la désindexation et par des mesures fiscales contre les retraités ? Dans l’allongement de la durée de cotisation qui va une nouvelle fois dégrader les retraites des femmes, de ceux qui ont eu des carrières courtes ou discontinues comme les chômeurs et les précaires, des jeunes générations qui entrent plus tardivement dans l’activité professionnelle ?

Pour desserrer l’étau de la machine à interdire la pensée, nous avons besoin de démocratie, de débats politiques, nous avons besoin de mobilisations qui tracent un autre avenir que la désespérance dans laquelle nous enferment les politiques d’austérité et qui ne peut que mal finir. Ce n’est pas d’une réforme des retraites que nous avons besoin aujourd’hui, mais d’un sursaut décisif contre le chômage et les inégalités. Ce sera au mouvement social et citoyen de l’imposer, et Attac prendra ses responsabilités pour y contribuer.

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulguées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org