Nier les droits des migrants, c’est nier ceux de l’humanité

lundi 15 octobre 2007, par Attac France

Avec les derniers amendements du code d’entrée et de séjour des étrangers, un saut qualitatif dans l’inacceptable a été franchi. C’est la nature même de la société française qui est en jeu, ainsi que sa capacité à résister à la barbarie. Les lois se sont succédées depuis 1974, chaque fois plus restrictives et régressives afin d’habituer l’opinion à accepter ce qu’elle refusait auparavant. La dernière loi va plus loin dans la criminalisation et dans la sélection selon l’origine et la formation des immigrés, au seul profit des intérêts économiques dominants. Pour cela, le gouvernement français recourt :

  •  à l’arrestation et l’enfermement des sans papiers adultes et enfants dans les centres de rétention à l’intérieur et à l’extérieur de nos frontières ;
  •  à des expulsions massives – plus de 25 000 sont programmées – acculant au désespoir les clandestins, parfois jusqu’à la mort ;
  •  à la quasi impossibilité du regroupement familial, bafouant le droit fondamental de vivre en famille, en augmentant les critères de ressources, la durée de probation des mariages mixtes, et surtout en proposant les tests ADN pour prouver la filiation, réduisant la famille au seul sens biologique, avec toutes les dérives racistes qui peuvent s’ensuivre ;
  •  au déni du droit au logement pour les sans papiers en leur refusant l’accès aux centres d’hébergement d’urgence. Attac s’associe à la solidarité qui s’exprime dans l’opinion publique à travers le travail d’information et de résistance du RESF, de Migreurop, de l’UCIJ, du GISTI, de la Cimade, de la LDH et de bien d’autres. Les migrations actuelles sont à la fois une conséquence de la mondialisation financière par l’augmentation des inégalités qu’elle génère, et un instrument pour mondialiser le marché du travail et créer, par la fermeture des frontières aux personnes, une nouvelle catégorie de travailleurs sans droits, corvéables à merci et quasi gratuits : les travailleurs clandestins, esclaves du XXIe siècle. Attac rappelle que les migrants, avec ou sans papiers, sont avant tout des êtres humains, des citoyens de notre planète, qui ont les mêmes droits que les autres. Nier leurs droits, c’est nier ceux de l’humanité. Le 14 octobre Les adhérents d’Attac présents réunis en AG à Lyon

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulguées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org