Le 13 octobre, toutes et tous dans les rues et aux casseroles

jeudi 11 octobre 2012, par Attac France

Attac soutient la prochaine journée mondiale d’action le samedi 13 octobre, des mouvements Occupy / Démocratie réelle maintenant / Indignés ( globalnoise.net ), et s’associe à la manifestation proposée par le mouvement à Paris ( http://paris.reelledemocratie.net/node/1545 ). Nous invitons les adhérents et tous les citoyens à s’y joindre, avec leurs casseroles, pour dénoncer l’illégitimité des dettes publiques, issues du sauvetage des banques privées de la crise de 2008, des intérêts chèrement payés aux marchés financiers pour l’emprunt public et des cadeaux fiscaux aux plus riches depuis des décennies.

Rendez-vous est donné à 14h devant Goldman Sachs, 2 rue de Thann (M° Monceau). Nous marcherons ensuite, comme à Madrid le même jour, vers l’Assemblée Nationale. Une assemblée populaire à la fin de la manifestation permettra d’échanger sur les alternatives à la dette et les suites à la mobilisation. Nous relayons ci-dessous l’appel unitaire à la manifestation dont nous sommes signataires. Ensemble, avançons sur le chemin de la résistance internationale aux politiques néolibérales qui nous sont imposées au nom de la crise de la dette publique

Pour annuler la dette illégitime, dans les rues et aux casseroles citoyens !
La dette c’est du racket ! 

Fermeture d’écoles et d’hôpitaux, diminution ou suppression d’allocations sociales, hausse de la TVA, pénurie de logements sociaux... De telles politiques d’austérité appliquées depuis des années en Amérique Latine, en Afrique, le sont aussi maintenant dans l’Union européenne. Aucune population n’est ou ne sera épargnée, les plus précaires étant les premiers touchés. La situation est grave : réveillons-nous ! 

L’austérité serait légitime car la dette viendrait de dépenses sociales trop importantes... En réalité, la dette des États vient du sauvetage des banques privées depuis la crise en 2008 et des nombreux cadeaux fiscaux pour les plus riches et les grandes entreprises depuis des dizaines d’années. La dette résulte aussi des intérêts élevés que nous payons aux banques privées à qui l’État emprunte pour se financer, depuis que l’État ne peut plus emprunter à la Banque centrale.

La dette publique est odieuse quand on nous dit de la rembourser à ceux-là mêmes qui sont responsable de la crise et n’ont cessé de s’enrichir ces dernières années. La dette publique n’est pas légitime quand elle nous appauvrit, nous les 99% pour entretenir des rentiers indus et privés. 

Payer la dette publique ? C’est encore produire de la dette... privée  : celle des étudiants, des précaires mal-logés, des malades, des travailleurs, des chômeurs, des agriculteurs, des sans-papiers, toutes celles et ceux qui devront payer le prix individuellement du démantèlement des services publics et des solidarités. Continuer avec la croissance à tout prix imposée par le chantage de la dette, c’est aussi creuser notre dette écologique, qui, bien plus que la dette publique, est le véritable enjeu du XXIe siècle. 

Où est la démocratie si l’on ne peut dire NON à ce qui est dans l’intérêt des seuls privilégiés et quand la collusion règne entre eux et ceux qui nous gouvernent ? Où est la démocratie quand tout débat et toute politique à venir sont verrouillés par des traités européens, dont le dernier en date, dit traité budgétaire, est en cours de ratification par nos soit-disant « représentants » ? 

L’annulation de la dette illégitime doit aussi être soutenue dans les autres pays  : exigeons que l’État français cesse de racketter d’autres pays au nom d’une dette odieuse qu’ils ont déjà largement remboursée, alors que nous continuons à piller leurs richesses. Ne payons pas la dette illégitime, ni ici ni ailleurs ! La seule dette légitime que nous ayons c’est de répondre à l’appel de l’africain Thomas Sankara pour créer un front mondial contre la dette. 

13 octobre, journée mondiale d’action ! Paris debout, toutes et tous dans la rue avec nos casseroles, pour une grande manifestation unitaire depuis Goldman Sachs jusqu’au Parlement : stop au traité budgétaire européen, annulons la dette illégitime ici et ailleurs. Après la manifestation, rendez-vous en assemblée pour échanger sur les alternatives et construire des suites communes à la mobilisation. 

A l’appel de Démocratie réelle maintenant ! Paris (dit les indignés), Coordination des sans-papiers de Paris, Attac France, Attac Wallonie-Bruxelles, CADTM, Sud BPCE...

Soutenez nos actions : bloquons Amazon !

Avancement de la campagne : 24270 € sur 80000 € !

30.34%

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulguées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org