François Hollande en Grèce : cynisme social et écologique

mardi 19 février 2013, par Attac France

En poussant la Grèce à acquérir des frégates françaises pour explorer des gisements d’énergie fossile en mer Égée, François Hollande fait d’une pierre deux coups : il confirme que l’austérité est sélective et torpille un peu plus la crédibilité de son discours sur la transition énergétique.

Lors de son voyage en Grèce ce mardi 19 février, les appels de François Hollande à la « solidarité » envers la Grèce et ses critiques de l’austérité n’ont pas fait illusion : le Conseil européen vient d’amputer de 30% les aides structurelles à la Grèce dans le prochain budget européen et la France soutient fermement le mémorandum imposé au peuple grec par la Troïka (BCE, Commission, FMI).

Non, si François Hollande était présent en Grèce, c’était pour faire des affaires. « La Grèce a décidé un programme de privatisation. Les entreprises françaises seront présentes ». 

Car en Grèce tout est à vendre : les services publics et tous les biens communs à disposition - eau, énergie, œuvres culturelles, îles, fonds marins … Mais pendant ce temps le budget militaire continue à enfler avec l’augmentation des contributions à l’OTAN (+ 50% en 2012) et des dépenses courantes (+ 18% en 2012), pour atteindre un record mondial après les USA, 3% du PIB. C’est une des raisons pour lesquelles nous demandons, en Grèce et ailleurs, un audit des dettes.

François Hollande a aussi relancé la vente de deux frégates françaises pour rechercher du pétrole et du gaz dans la mer Égée. Loin des plages françaises pour lesquelles le gouvernement précédent avait dû reculer suite à une forte mobilisation.

Alors que la conférence énergétique et le débat public annoncés s’enfoncent chaque jour un peu plus dans l’insignifiance, cette visite en Grèce confirme le cynisme qui imprègne les orientations du gouvernement français aussi dans ce domaine.

L’austérité pour la Grèce (et la France), l’expérimentation des gaz de schistes pour l’Algérie, le pétrole pour la mer Égée, la sécurisation militaire de l’uranium pour l’Afrique, les ventes d’EPR et d’avions Rafale pour l’Inde : le changement, c’est pour quand ? La grève générale ce mercredi en Grèce, et les mouvements sociaux qui montent en Europe et se retrouveront à Athènes pour un Altersommet les 8 et 9 juin, sauront remettre les pendules à l’heure.