Nouvelle initiative! Découvrez 👉 l'Observatoire de la justice fiscale 🔭

Eau source de vie, pas de profit !

mardi 13 mars 2012, par Attac France

Avec le soutien du gouvernement français, les multinationales de l’eau tiendront un Forum Mondial de l’Eau (FME) du 12 au 17 mars 2012 à Marseille. Ce FME est, en réalité, un forum des marchands d’eau, qui se retrouvent pour discuter des modalités de la privatisation d’un élément essentiel à la vie et du contrôle de grandes firmes sur sa distribution. Face à lui se tiendra un Forum Alternatif Mondial de l’Eau (FAME) du 14 au 17 mars, organisé par Attac et de nombreux partenaires, où les acteurs des mouvements de l’eau discuteront des alternatives à la marchandisation de l’eau ( voir le programme ). Partout dans le monde, la marchandisation de l’eau par les multinationales a aggravé la crise de l’eau. Il est désormais clair que les « objectifs du Millénaire », fixés par l’ONU en matière d’eau potable et d’assainissement, ne seront pas atteints. La principale raison n’est pas le manque d’eau, mais l’accaparement, le gaspillage et l’exploitation de l’eau par les multinationales selon le principe de maximisation des profits. Les géants de l’eau, dont les français Suez et Veolia, privilégient systématiquement la rentabilité des investissements et les technologies fortement consommatrices, au détriment de l’accès à l’eau pour tous, qui a pourtant été reconnu comme un droit humain fondamental par l’ONU. Ils utilisent leurs réseaux d’influence et des techniques de lobbying brutales pour obtenir gain de cause auprès des gouvernements et des collectivités locales contre l’intérêt du plus grand nombre. Contre la marchandisation de l’eau, il existe pourtant des alternatives. Il est désormais essentiel de lutter pour la préservation de l’eau comme un bien commun de l’humanité et pour une gestion commune et publique de l’eau. Cette lutte rejoint toutes celles contre la financiarisation des ressources naturelles, qui convergeront notamment au moment du Sommet de Rio + 20 pour dire non à l’économie verte qui nous est proposée. Cette lutte est globale : partout, en France, en Italie et jusqu’en Bolivie, des luttes populaires et des alternatives citoyennes démontrent que l’emprise des multinationales sur l’eau n’est pas une fatalité. Le FAME se présente ainsi comme un lieu où ces luttes pourront converger et où s’échangeront les expériences, afin que les peuples reprennent en main leurs biens communs. Attac France, Le 12 mars 2012 

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org