Nouvelle initiative! Découvrez 👉 l'Observatoire de la justice fiscale 🔭

Plus de 250 groupes disent NON aux Solutions Fondées sur la Nature !

mercredi 3 novembre 2021, par Collectif

Dans une déclaration publiée le 2 novembre, 257 organisations, réseaux et mouvements de 59 pays disent non aux « Solutions Fondées sur la Nature », un concept que le gouvernement britannique, les plus grandes entreprises pollueuses du monde et l’industrie de la conservation colportent à l’occasion de la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP26) à Glasgow, en Écosse.

Pour afficher la déclaration en plein écran, cliquez sur ce lien.

 

La déclaration met en garde contre les « spoliations fondées sur la nature » et des pratiques néfastes comme les plantations d’arbres en monoculture et l’agriculture industrielle qui se cachent derrière un front commun autour des « Solutions Fondées sur la Nature ».

Des sociétés comme Shell, Eni et Total affirment qu’avec des « Solutions Fondées sur la Nature », elles peuvent réduire à zéro leurs émissions de gaz à effet de serre et continuer à tirer des profits de l’extraction des combustibles fossiles. Des entreprises comme Microsoft, Unilever ou Delta Airlines ont lié leurs promesses de zéro émission nette et de neutralité carbone à la compensation de leurs émissions à travers des projets de « Solutions Fondées sur la Nature ».

La demande des entreprises pour des « Solutions Fondées sur la Nature » conduira à la mise en clôture à très grande échelle des espaces de vie des peuples autochtones, des paysans et des communautés forestières. Le plan « zéro émission nette » de la plus grande entreprise alimentaire du monde, Nestlé, pourrait à elle seule avoir besoin de 4,4 millions d’hectares de terres par an pour ses compensations. Ce n’est qu’un parmi/qu’un exemple parmi des centaines d’engagements d’entreprises en faveur du « net zéro » qui risquent de conduire à la mise en clôture des territoires des populations des pays du Sud.

La déclaration appelle les mouvements pour le climat, l’environnement et la justice sociale à rejeter catégoriquement les « Solutions Fondées sur la Nature » et tous les programmes de compensation car ils ne sont pas conçus pour résoudre la crise climatique. Pour éviter un chaos climatique catastrophique, il faut mettre un terme à la destruction des réserves souterraines de carbone fossile, et les communautés de première ligne opposées à l’extraction des combustibles fossiles et aux pipelines montrent la voie.

Les gouvernements réunis à Glasgow ne doivent pas laisser les « Solutions Fondées sur la Nature » les détourner de l’adoption d’un plan assorti d’échéances précises visant à laisser dans le sol les réserves restantes de charbon, de pétrole et de gaz. Il est trop tard maintenant pour accepter de dangereuses « diversions fondées sur la nature » !

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org