Notre-Dame-des-Landes : une consultation biaisée et illégitime pour un projet climaticide

lundi 27 juin 2016, par Attac France

Depuis hier soir tournent en boucle les propos selon lesquels la démocratie a parlé, le projet est légitimé, la ZAD va être expulsée et un nouveau « développement » va submerger la région en même temps que la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Il n’en est rien.

Le résultat de cette consultation biaisée (périmètre géographique, question posée, campagne aux moyens disproportionné, etc.) n’est pas la voix de la démocratie. Attac poursuit le recours déposé conjointement avec la Confédération paysanne, l’Union syndicale Solidaires et la Confédération paysanne, contre l’ordonnance qui l’a permise, laquelle autorise des consultations locales sur des projets d’État.

Les mensonges sur le projet d’aéroport n’ont pu être que partiellement démontés, par une campagne exemplaire des partisans du « non » : il demeure destructeur de terres agricoles, de fonds publics, symbole d’une fuite en avant productiviste et climaticide, en contradiction avec les engagements de la France lors de la COP 21.

Si certain·e·s ont répondu, non pas à la question posée, mais à celle : « voulez-vous que la ZAD soit expulsée ? », les mensonges concernant la ZAD ont été en partie mis à mal. Le vote « non » des communes à proximité de la ZAD, comme le vote à 100 voix d’écart de la ville de Nantes, montrent bien que les descriptions d’exactions supposées par les zadistes n’ont pas suffi a convaincre malgré la pression médiatique. Pas plus que les cataclysmes annoncés en termes de dangerosité de l’actuel aéroport et du bruit subi par les nantais.

Le vote « oui » du nord du département, zone rurale frappée par la précarité et le chômage, délaissée par les politiques publiques, exprime les attentes en termes d’emploi d’une population qui risque d’être fort déçue...

Les grands gagnants seront les bétonneurs en connivence avec un certain nombre de responsables politiques. Leurs profits vont exploser. Du moins l’espèrent-ils, car l’union et la détermination des opposants, toutes composantes confondues, demeurent intactes : rien n’a changé quant à la légitimité de la lutte. Attac soutient totalement cette résistance, telle qu’exprimée dans le communiqué commun et dans l’immédiat, appelle tou·te·s ses militant·e·s à participer massivement au rassemblement des 9 et 10 juillet à Notre-Dame-des-Landes.