Monsieur Hollande, opposez vous au coup d’État financier

samedi 27 juin 2015, par Attac France

En convoquant un référendum pour ou contre les exigences de l’Eurogroupe, Alexis Tsipras fait preuve d’un véritable courage démocratique. Depuis six mois le gouvernement grec a fait de multiples concessions mais refuse toujours de frapper les catégories populaires, déjà épuisées par cinq années d’austérité brutale. Depuis six mois François Hollande a participé au chantage contre la Grèce tout en prétendant jouer en coulisse le médiateur. Ce week-end à l’Eurogroupe la France doit enfin prendre position contre les mesures iniques et dévastatrices - hausse de la TVA et des cotisations sociales, baisse des retraites... - que l’Eurogroupe exige du gouvernement grec. Pour redonner à l’Europe sa boussole, la démocratie.

La convocation du référendum donne leur véritable dimension aux négociations entre la Grèce et les institutions et gouvernements européens : la démocratie a-t-elle encore un sens en Europe ? Les Grecs, comme les Espagnols, les Italiens et tous les peuples de l’Union européenne, sont très majoritairement attachés à l’idée d’une construction européenne. Mais comme l’a dit Alexis Tsipras dans son allocution de vendredi soir, « une Europe sans démocratie est une Europe qui a perdu sa boussole ». En voulant imposer au gouvernement grec, au nom de la dette, de nouvelles mesures réduisant les revenus et les retraites des classes populaires, qui ont déjà chuté de 25% depuis cinq ans, la Troïka et l’Eurogroupe organisent en fait un coup d’état financier. Car Syriza s’est engagé devant les électeurs à interrompre le cercle vicieux déflationniste dans lequel les créanciers ont plongé la Grèce : un renoncement signerait le discrédit et la probable chute du gouvernement.

Les créanciers font miroiter la reprise des financements (qui ne serviraient qu’à rembourser... les créanciers), tandis que pour renforcer la pression, la BCE menace de couper les financements à court terme qui maintiennent les banques grecques à flot dans cette période agitée.

Comme l’a montré la Commission pour la vérité sur la dette grecque [1], cette dernière est insoutenable et très largement illégitime, voire illégale pour toute la partie contractée du fait des mémoranda imposés illégalement par la Troïka. Elle doit être immédiatement restructurée, pour que la Grèce retrouve les moyens de financer son économie et de se réformer profondément dans un sens égalitaire, écologique et citoyen.

Comme l’a dit Alexis Tsipras hier, « l’Europe est la maison commune de nos peuples, une maison qui n’a ni propriétaires ni locataires ». Les Grecs se battent bien sûr pour eux-mêmes mais en même temps, et ils le proclament, pour tous les peuples européens soumis aux absurdes politiques d’austérité imposées par la finance. Si l’Eurogroupe de ce week-end débouchait sur un projet inacceptable pour la Grèce, le peuple grec aurait toute légitimité à le refuser et à en appeler à l’intervention des autres peuples d’Europe. Dans les jours qui viennent Attac sera partie prenante de toutes les initiatives de soutien à la Grèce et nous consacrerons la plénière d’ouverture de notre Université d’été, le 25 août à Marseille, à ce combat européen [2]