Le siège de la BNP Paribas pris par les faucheurs de chaises

300 personnes ont pris le siège de la BNP Paribas ce matin à Paris !

300 personnes étaient réunies ce matin à 10h devant le siège de la BNP Paribas, 16 boulevard des Italiens à Paris, accompagnées des porte-paroles d’ANV-COP 21, Amis de la Terre, Attac et Bizi ! et de nombreuses personnalités pour rappeler en pleine COP 21 que l’argent pour le climat existe, il est dans les paradis fiscaux !

Les Faucheurs de chaises, accompagnés de Claude Alphandéry, José Bové, Eric Coquerel, Jean-Baptiste Eyrault, Pierre Larrouturou et Patrick Viveret, étaient réunis ce matin en masse au 16, Boulevard des Italiens, au pied de BNP Paribas, obligeant le siège central de la plus grande banque française à fermer ses portes pour la matinée. 6 agences étaient également fermées aux alentours.

5 caïmans gonflables tenus par les militants étaient là pour symboliser les 5 filiales et succursales des Iles Caïmans, dont la fermeture est demandée fermement par les Faucheurs de chaises depuis le début de la mobilisation. Un panneau « Banque fermée pour cause d’évasion fiscale » a été accroché aux grilles de l’agence centrale et de nombreux panneaux « Cessation d’activité aux Îles Caïmans », « Qui vole qui ? » étaient aussi portés par la foule.

Alors que la prise du siège central se tenait Boulevard des Italiens, un groupe de 23 faucheurs de chaises réquisitionnait 6 chaises à l’agence BNP de la Bastille, 12 boulevard Beaumarchais. Trois de ces sièges ont été remis en plein rassemblement par des militants ANV-COP 21 aux représentants du DAL, d’ Attac et des Amis de la Terre.

« Nous demandons la fermeture de l’ensemble des filiales de la BNP Paribas dans les îles Caïmans, véritables trous noirs de l’économie mondiale. Ces places financières opaques jouent un rôle intolérable dans la crise économique et financière tout en rendant service aux réseaux mafieux et criminels » dénonce Dominique Plihon d’Attac

« Alors que les décideurs laissent entendre qu’il manque quelques dizaines de milliards d’euros pour financer la lutte contre le dérèglement climatique et permettre l’adaptation des pays les plus vulnérables, il y a aujourd’hui pas moins de 20 000 milliards de dollars perdus dans les paradis fiscaux, avec la complicité de banques françaises ! Depuis plusieurs mois, un mouvement populaire non-violent de réquisition de chaises prouve la détermination des citoyens à rétablir la justice climatique. Nous savons où est l’argent de la transition sociale et écologique : il est dans les paradis fiscaux ! » affirme Txetx Etcheverry, de Bizi !

« Il est scandaleux que l’un des sponsors de la COP 21, la BNP Paribas, maintienne ses filiales dans les paradis fiscaux et poursuive son soutien à des activités climaticides, comme les énergies fossiles. En plaçant la Conférence climat sous un tel patronage, le gouvernement français prouve que la porte est toujours grande ouverte aux lobbies des grands pollueurs, contre les intérêts des peuples. » déplore Florent Compain, des Amis de la Terre

« Le dimanche 6 décembre à midi, lors du Village Mondial des Alternatives à Montreuil (Seine Saint-Denis), les 196 chaises réquisitionnées ces derniers mois dans les banques impliquées dans l’évasion fiscale réapparaîtront lors d’un grand sommet des peuples pour le financement de la transition sociale et écologique. Communautés affectées par le changement climatique et représentants du mouvement pour la justice climatique venus des 5 continents siégeront à cette assemblée pour rappeler quelles sont nos propositions concrètes pour financer la lutte contre le changement climatique et ses conséquences. » annonce Pauline Boyer, d’Actions Non-Violentes COP 21.

Le mouvement des Faucheurs de Chaise appelle à poursuivre et amplifier la mobilisation, et donne d’ores et déjà rendez-vous au sommet des 196 chaises réquisitionnées, ce dimanche 6 décembre à midi devant la mairie de Montreuil.