#iPhoneRevolt : Attac fête 10 ans d’évasion fiscale devant l’Apple Store Opera

vendredi 3 novembre 2017, par Attac France

Ce vendredi 3 novembre à 8h, 40 militant·e·s d’Attac ont fêté à leur manière les 10 ans de l’iPhone et la sortie de l’iPhone X. Devant l’Apple Store d’Opéra, dans le 9e arrondissement de Paris, ils ont planté le décor à l’aide d’un gâteau d’anniversaire géant, d’un MacMan et de iPompoms à l’effigie d’Apple. Mais derrière cette mise en scène festive, ils dénonçaient les « 10 ans d’évasion fiscale » pratiquée par Apple, avec la complicité de l’Irlande.

Les méthodes d’optimisation fiscale d’Apple lui ont permis d’accumuler plus de 230 milliards de dollars dans les paradis fiscaux. La multinationale utilise notamment ses filiales irlandaises pour y délocaliser les profits générés par son activité dans toute l’Europe. Par divers accords fiscaux passés avec l’Irlande, Apple a réussi l’exploit de ne payer que très peu d’impôts, allant jusqu’à seulement 0,005 % d’impôt sur ses bénéfices. En 2016, cette situation lui a valu d’être condamnée à une amende de 13 milliards d’euros par la Commission Européenne. Mais cette amende est encore loin du compte, car elle est calculée sur la base du taux normal d’imposition sur les sociétés en Irlande de 12,5%.

Pour Annick Coupé, secrétaire générale d’Attac, « Apple doit cesser de nier les pratiques fiscales mises en évidence par l’enquête de la Commission européenne, retirer son recours auprès de la Cour de Justice de l’UE et payer son amende de 13 milliards d’euros. De plus, nous devons être en mesure de vérifier que les impôts payés par Apple sont en adéquation avec ses activités réelles. Pour cela, nous exigeons qu’Apple prouve sa bonne foi en publiant son reporting pays par pays dès maintenant et de manière rétroactive sur les dernières années ».

Au delà du cas d’Apple, ce sont les pratiques fiscales abusives des multinationales qui doivent être remises en cause. Les sommes colossales qu’elles détournent chaque année manquent cruellement aux pouvoirs publics pour répondre aux urgences sociales et écologiques. Pour y mettre un terme Attac défend la mise en place du reporting public pays pays, le renforcement de l’ensemble des maillons de la chaine de lutte contre l’évasion fiscale (administratif, judiciaire et politique) et la taxation des multinationales comme entreprises unitaires sur la base d’indicateurs de leur activité réelle dans chaque pays.

Cette action menée par Attac s’inscrit dans le cadre de la campagne #iPhoneRevolt, initiée par des organisations citoyennes, associatives et syndicales avec le soutien d’intellectuels, de scientifiques et d’artistes [1]. Ce collectif souhaite mettre en évidence les pratiques de la marque à la pomme : évasion fiscale, mais aussi extraction polluante de métaux, exploitation des travailleurs·euses, course à la consommation, obsolescence programmée… Attac appelle à multiplier les actions pour faire plier la première multinationale du monde, et l’obliger à adopter des politiques écologiques, sociales et fiscales exemplaires.

P.-S.

crédits photos : Mélanie Poulain et Wladislas Aulner

Notes

[1Retrouvez l’appel de la coalition publié dans Le Monde, et en accès libre sur le site d’Attac France.

#ParadisePapers : appel pour l’instauration d’une taxe globale sur les multinationales

8669 personnes se sont engagées !

Prochain objectif : 10000 signataires.

86.69%

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulgées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org