COP 21 : ratifier c’est bien, changer de politique, c’est mieux

mercredi 9 mars 2016, par Attac France

Trois mois après la clôture de la COP 21, Ségolène Royal soumet au Conseil des ministres, ce mercredi 9 mars, le projet de loi de ratification de l’Accord de Paris. Cette célérité contraste avec l’inertie et les reculades du gouvernement : refus d’abandonner l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, non-respect des objectifs fixés par loi de transition énergétique, incertitudes sur les hydrocarbures de schiste et de couche et le financement de la transition. Ces tergiversations illustrent le manque de sérieux climatique de ce gouvernement.

Scellé aux forceps le 12 décembre dernier au Bourget au prix de l’élimination de toute contrainte, l’Accord de Paris n’entrera en vigueur qu’en 2020, à la condition que 55 pays représentant 55 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre le ratifient. La ministre de l’Environnement affirme « s’activer » pour « qu’un maximum de pays viennent signer l’accord » le 22 avril à New-York, lors d’une séance officielle à l’ONU. «  La dynamique de l’accord de Paris doit se transformer en action  » a-t-elle déclaré avant sa récente tournée express en Afrique.

Agir est en effet urgent, comme le montrent les dernières études publiées : la montée du niveau des mers n’a jamais été aussi rapide, les anomalies de température en Arctique s’amplifient et nous venons de connaître l’hiver le plus chaud jamais enregistré. «  Pour résoudre la crise climatique (…), les bons sentiments, les déclarations d’intention ne suffiront pas, nous sommes au bord d’un point de rupture  » avait déclaré François Hollande en ouverture de la COP 21, souhaitant que la conférence de Paris pose les jalons d’une «  révolution climatique  ».

Le gouvernement français n’en prend clairement pas le chemin : de Notre-Dame-des-Landes au torpillage du préjudice écologique en passant par l’allongement de la durée de vie des centrales nucléaires, les signaux envoyés sont ceux d’un gouvernement sans cap écologique ni volonté de sobriété énergétique. Si Ségolène Royal s’agite pour faire ratifier l’Accord de Paris, elle vient d’illustrer à nouveau l’inconsistance du gouvernement. Au Conseil européen de l’environnement du 4 mars, la ministre ne s’est pas prononcée sur la nécessité de donner plus d’ambition aux objectifs européens de réduction d’émission de gaz à effet de serre (-40 %) pour 2030. Ce que refuse la Commission.

Pourtant, le point 2.17 de la décision de la COP 21 est extrêmement clair à ce sujet : «  les niveaux d’émissions globales de GES en 2025 et 2030 estimés sur la base des contributions [nationales] ne sont pas compatibles avec les scénarios […] prévoyant une hausse de la température de 2 °C  ». Avec le consentement du gouvernement français, l’Union européenne est sur le point de bafouer un engagement clef de l’Accord de Paris : réviser au plus vite les engagements de réduction d’émissions pour limiter le réchauffement de la planète en deçà de 2 °C, et si possible en deçà de 1,5 °C. En repoussant à plus tard ce qui devrait être fait aujourd’hui, elle inviterait tous les grands pollueurs de la planète, des États-Unis à la Chine, à faire de même !

François Hollande et le gouvernement ont le choix : bifurquer pour revoir à la hausse les ambitions françaises et européennes en matière de lutte contre les dérèglements climatiques. Et éviter ainsi de ratifier un Accord de Paris vidé de sa (maigre) substance. Ou persévérer dans le déni.
Comme l’ont montré les manifestations réussies de Notre-Dame-des-Landes et de Barjac, ils trouveront face à eux une population de plus en plus déterminée à bloquer les projets climaticides et inverser les priorités des politiques publiques : nous ne braderons pas notre avenir au nom de la compétitivité et du productivisme.