Commission Juncker : la finance aux manettes

mercredi 10 septembre 2014, par Attac France

Pierre Moscovici aux Affaires économiques,un conservateur anglais aux Services financiers : la composition de la nouvelle Commission européenne est pain bénit pour les banques et l’industrie financière. Mais c’est un camouflet pour les peuples européens, qui continuent à payer le prix de la crise de 2008 et ne sont pas à l’abri d’une prochaine crise financière.

Pierre Moscovici a été nommé commissaire européen aux Affaires économiques ; il sera notamment en charge de faire respecter la « rigueur » budgétaire et de mettre en œuvre la taxe sur les transactions financières.

Cette nomination n’est pas une bonne nouvelle pour tous ceux qui souhaitent que la finance soit enfin mise sous tutelle. A Bercy, Pierre Moscovici, autoproclamé « ministre des entreprises », n’a cessé de défendre les intérêts des banques. Il a notamment concocté une réforme bancaire dérisoire, bien en deçà des projets pourtant modestes de la Commission. Il s’est aussi employé à torpiller le projet européen de taxe sur les transactions financières. Il pourra achever le travail à Bruxelles si la société civile n’intervient pas.

Pierre Moscovici a été un des ministres symboles du reniement de François Hollande, qui appelait, alors candidat, à museler la finance et à stopper l’austérité en Europe. Le nouveau commissaire sera en charge d’appliquer voire d’imposer l’austérité sous la tutelle du très orthodoxe Vice-Président finlandais Jyrki Katainen.

Moscovici sera bien entouré, avec Jonathan Hill en charge des services financiers. Hill est le fondateur d’une entreprise de lobbying spécialisée dans la finance, Quiller Consultants, qui travaille notamment pour HSBC ou la City [1].

La proximité avec les milieux d’affaires semble être une condition d’appartenance à la Commission Juncker, lui-même ancien dirigeant d’un paradis fiscal notoire. Le nouveau commissaire en charge du climat et de l’énergie, Miguel Arias Canete, a ainsi des parts dans deux entreprises pétrolières – Petrolifera Ducor SL et Petrologis Canarias SL, toutes deux domiciliées dans un paradis fiscal – les îles Canaries. Le nouveau commissaire maltais en charge de l’environnement, de la mer et de la pêche est un homme d’affaires qui était, jusqu’à 2013, en responsabilité dans une multinationale du tourisme [2].

Enfin c’est Cecilia Malmström, ancienne ministre libérale en Suède, le pays le plus favorable au libre-échange parmi les 28 aux côtés de la Grande-Bretagne, qui sera en charge de faire passer l’accord UE-Canada récemment conclu et de négocier le projet d’accord transatlantique.

La composition de la commission Juncker annonce le renforcement des politiques néolibérales qui entraînent l’Europe dans le gouffre. Pour Attac France, il s’agit d’une véritable insulte pour les millions de citoyens européens qui souhaitent rompre avec le dogme de l’austérité et la domination de la finance, pour engager la transition écologique et sociale.