BNP Paribas annonce la fermeture de ses filiales aux îles Caïmans : première victoire des faucheurs de chaises !

La direction de BNP Paribas a annoncé le 3 mai dernier au Comité central d’entreprise la fermeture de ses filiales dans les îles Caïmans. C’est le résultat direct de la pression des Faucheurs de chaises sur les banques impliquées dans les paradis fiscaux, avec, en moins d’un an, plus de quarante actions de réquisitions citoyennes de chaises dans toute la France. Cette première victoire en appelle d’autres : elle prouve qu’avec des actions de désobéissance civile non-violentes, les citoyen·ne·s peuvent faire céder un mastodonte dont le bilan équivaut au PIB de la France.

Philippe Bordenave, Directeur général délégué de la banque, qui recevait la délégation des Faucheurs de chaises le 24 novembre dernier, avait pourtant refusé d’accéder à la demande citoyenne de fermeture des filiales aux îles Caïmans, prétendant que BNP Paribas n’y avait aucune activité répréhensible. Selon lui, les motifs de la présence de la BNP Paribas aux Caïmans n’étaient pas fiscaux mais réglementaires, s’agissant d’un « paradis réglementaire » (sic) moins contraignant que les États-Unis ou l’Union européenne. Les 1 310 milliards de dollars de capitaux abrités aux Caïmans, première place offshore mondiale en terme de dépôt par des non résidents, y seraient donc venus par hasard, sans la contribution des banques qui y sont implantées ?

Pour faire cesser ce scandale, en amont de la COP 21, de nombreuses personnalités lançaient un appel à la réquisition de chaises dans les banques pour « répondre à la menace grave et imminente que représente l’évasion fiscale » et appeler à financer la transition écologique et sociale. Depuis, plus de 40 actions ont eu lieu dans de nombreuses villes, les Faucheurs ont « assiégé la BNP Paribas » le 3 décembre 2015 [1], organisé le Sommet des 196 chaises pendant le Village mondial des alternatives de Montreuil le 6 décembre 2015 [2] et remis à la justice une partie des chaises réquisitionnées lors de l’ouverture du procès Cahuzac [3]. Le scandale « Panama Papers » a sans doute achevé de convaincre BNP Paribas du danger de rester aussi exposée dans les paradis fiscaux, à commencer par l’un des premiers d’entre eux, les îles Caïmans.

Sur plus de quarante actions de réquisition de chaises et des dizaines de plaintes déposées par les banques (la première d’entre elles BNP Paribas) pour « vol en réunion », aucune poursuite n’a à ce jour été engagée contre les Faucheurs de chaises : le recul de BNP Paribas sur ses filiales aux îles Caïmans achève de démontrer la légitimité et l’efficacité de ces actions citoyennes. BNP Paribas, comme les autres banques françaises impliquées dans les paradis fiscaux, doit non seulement y fermer toutes ses filiales mais réellement y cesser toutes ses activités, directes, indirectes ou de sous-traitance organisées comme celles qu’ont révélés les « Panama Papers ». Les pouvoirs publics doivent s’en assurer par un contrôle effectif et des sanctions exemplaires en cas de manquement. L’argent de la transition écologique et sociale existe, il est dans les paradis fiscaux !

Pour aller plus loin

BNP Paribas contre Nicole Briend : signez l’appel pour sa relaxe

6915 personnes se sont engagées !

Prochain objectif : 10000 signataires.

69.15%

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulgées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org