Usine SNEM à Montreuil : Attac demande la libération immédiate des deux gardés à vue

jeudi 28 septembre 2017, par Attac France

Deux parents d’élèves sont en garde à vue depuis hier au commissariat de Montreuil car ils exigeaient des pouvoirs publics que des mesures soient prises dans les plus brefs délais.

Nous demandons leur libération immédiate et qu’aucune charge ne soit portée à leur encontre.

En effet la SNEM est une entreprise classée ICPE, spécialisée dans le traitement de pièces métalliques et utilisant des produits cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques. Elle travaille notamment pour les groupes AIRBUS et SAFRAN. A Montreuil, elle exploite une usine vétuste située 34 rue des messiers, dans une zone densément peuplée, juste à côté des écoles Jules Ferry et Anne Frank, à proximité d’un futur collège et en bordure du parc des Guilands.

Depuis plus de 10 ans les riverains et parents d’élèves, dénoncent en vain les conditions dans lesquelles se poursuit l’exploitation de ce site et alertent régulièrement les pouvoirs publics sur les dysfonctionnements et sur la pollution de l’air et de l’environnement : odeurs âcres, déversements d’acides sur les trottoirs, fenêtres de toit des ateliers grandes ouvertes alors que l’usine est censée filtrer toutes les vapeurs toxiques qu’elle produit avant de les rejeter vers l’extérieur...

Après avoir bloqué le fonctionnement de l’usine 3 jours à la rentrée des classes, et devant l’absence de réponses aux questions que nous posons depuis plusieurs semaines, nous avons décidé d’appliquer nous-mêmes le principe de précaution (constitutionnel depuis le 1er mars 2005) en empêchant le fonctionnement de la SNEM, interrompant la production et limitant ainsi l’intoxication du quartier, notamment par le chrome 6.

Le mercredi 27 septembre, dès 7h, plus d’une centaine de parents d’élèves et de riverains se sont réunis devant le portail de l’usine, aux cris de “Fermez l’usine !”et “Pas de chrome pour nos mômes !”.