Nouvelle initiative! Découvrez 👉 l'Observatoire de la justice fiscale 🔭

[Action] gouache sur la Samaritaine et banderole géante sur siège de LVMH

samedi 3 juillet 2021, par Attac France

A Paris, ce samedi 3 juillet 2021, une trentaine d’activistes d’Attac ont déployé une banderole géante sur le siège de LVMH où l’on peut lire « Le Gang des Profiteurs - Faisons payer les #ProfiteursDeLaCrise ». L’objectif : dénoncer l’enrichissement indécent des milliardaires pendant la crise sanitaire, avec la complicité du gouvernement, particulièrement celui de Bernard Arnault, troisième fortune mondiale. D’autres activistes ont projeté de la gouache noire sur les vitrines de la Samaritaine et ont déployé des banderoles à l’effigie du milliardaire.


Attac propose deux mesures d’urgence qui permettraient de faire payer les ultra-riches et les multinationales profiteurs de la crise.


Avec la fin à venir du « quoi qu’il en coûte », sous prétexte de rééquilibrer les finances publiques, le gouvernement prépare un grand chantier de casse sociale avec la réforme de l’assurance chômage et le report de l’âge légal de départ à la retraite de 2 ans.

Pourtant la crise n’a pas été dure pour tout le monde : la richesse des milliardaires français a augmenté de 68% depuis 2020. Au 1er juin 2021, ceux-ci totalisent 492 milliards d’euros de patrimoine, soit près d’un cinquième du produit intérieur brut français. [1]

En tête de gondole, Bernard Arnault, première fortune de France, a vu ses avoirs personnels augmenter de 62 milliards d’euros, ce qui représente bien plus que les dépenses des hôpitaux publics pour les salaires de ses 960 000 personnels soignants. [2] Épinglé dans plusieurs scandales d’évasion fiscale, l’un des plus récents étant « OpenLux », il a été prouvé qu’il possédait personnellement 31 sociétés offshore au Luxembourg et que LVMH en détenait 24. [3]

« Le monde s’émerveille devant l’inauguration de la Samaritaine, nouvelle vitrine de luxe du groupe LVMH, pendant que les premiers et premières de corvée attendent toujours que leurs professions et salaires soient revalorisés, que le système hospitalier et son personnel sont asphyxiés, que les petites entreprises souffrent, que les pauvres s’appauvrissent et les précaires se précarisent » déclare Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac.

Malgré la crise, les entreprises du CAC 40 ont versé 51 milliards d’euros à leurs actionnaires, soit une augmentation de 22 % des dividendes en 2020 [4] ; elles battent des records de valorisation boursière et s’apprêtent une nouvelle fois à verser des dividendes massifs alors qu’elles profitent toujours d’un soutien inconditionnel des pouvoirs publics. C’est le cas du groupe LVMH qui a bénéficié du chômage partiel, de la baisse des impôts de production et du rachat d’actifs par la Banque centrale européenne, tout en versant 3 milliards d’euros de dividendes à ses actionnaires.

« Il est inconcevable de vouloir faire payer la crise aux plus fragiles, pendant que les grandes entreprises versent des dividendes records, et que les milliardaires s’enrichissent à un rythme insensé » précise Raphael Pradeau, porte-parole d’Attac.

Attac propose deux taxes exceptionnelles : une sur le patrimoine des 1 % les plus riches et une sur le bénéfice exceptionnel réalisé par les multinationales pendant la crise. Ces mesures permettraient notamment de faire face aux coûts de la crise sanitaire et de répondre aux urgences sociales et écologiques.

Attac demande également l’abandon de la réforme des allocations chômage ainsi que celle des retraites, de revenir sur les cadeaux fiscaux faits aux plus riches (ISF, prélèvement forfaitaire unique) et que soit menée une vraie politique de lutte contre l’évasion fiscale.


Attac propose deux mesures d’urgence qui permettraient de faire payer les ultra-riches et les multinationales profiteurs de la crise.


Pour en savoir plus :


Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulguées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org