Attac en 2018 : vingt années de luttes, et ça va continuer de plus belle !

  • Juin 1998 : Attac est créée, à la suite de l’appel d’Ignacio Ramonet dans Le Monde Diplomatique en décembre 1997, pour s’opposer à la mondialisation financière et à la spéculation qui dévastent alors les pays dits « émergents » d’Asie.
  • Février 2018 : Attac fait face à un double procès devant les tribunaux contre deux multinationales, BNP Paribas et Apple, dont elle combat l’évasion fiscale, autre fléau de la mondialisation néolibérale.

Ces deux dates, séparées de vingt ans, marquent une forte continuité dans l’existence d’Attac, définie par ses fondateurs comme une « association d’éducation populaire tournée vers l’action ». Présente dans une trentaine de pays, Attac est devenue une composante majeure du mouvement altermondialiste, qui met l’accent sur la solidarité internationale pour lutter contre l’emprise de la finance à l’échelle internationale. Avec un mot d’ordre commun : « Un autre monde est possible ! », et la conviction que le mouvement social international tient un rôle central pour déjouer les pièges de la mondialisation néolibérale, et pour mettre en œuvre des alternatives au système dominant. La stratégie internationaliste d’Attac s’est manifestée par l’organisation et la participation aux temps forts de mobilisation du mouvement altermondialiste, à savoir les contre-sommets, les Forums sociaux mondiaux, les Universités d’été européennes, la marche internationale contre la guerre en Irak en 2003… Avec un objectif principal : défendre les biens communs de l’humanité que sont la paix, la stabilité financière, la planète et son climat.

Attac a été à l’avant-garde de nombreux combats contre le capitalisme mondialisé, qui conduit à la surexploitation des personnes et de la nature. Ce fut d’abord la lutte contre la finance, symbolisée par la taxe Tobin, instrument de lutte contre la spéculation sur les marchés internationaux. Très vite, les actions d’Attac se sont élargies pour s’opposer aux offensives des tenants de la « mondialisation heureuse ». Ce fut en particulier la lutte contre l’Europe néolibérale, notamment lors du référendum en 2005 pour refuser la constitutionnalisation des politiques économiques néolibérales ; l’opposition aux traités de libre-échange qui mettent en concurrence les peuples au plus grand bénéfice des entreprises multinationales ; la participation active aux mobilisations, notamment en 2015 à l’occasion de la COP 21 à Paris, pour faire de la lutte contre le réchauffement climatique une priorité pour l’avenir de l’humanité.

Attac a toujours cherché à marcher sur deux jambes : d’un côté, l’expertise et la pédagogie, comme l’attestent ses nombreuses publications destinées à un large public ; et d’un autre côté, l’action citoyenne, qui figure dans le nom d’Attac. Au-delà de son conseil d’administration, le fonctionnement d’Attac France repose sur une équipe de salarié·e·s, et sur plusieurs composantes qui en font son originalité : les comités locaux, au nombre d’une centaine ; le collège des fondateurs, qui regroupe des médias et des organisations partenaires du mouvement social ; le conseil scientifique et les commissions en charge des campagnes d’Attac. Une réflexion est en cours pour améliorer l’articulation de ces différentes composantes avec le double objectif de la démocratie et de l’efficacité.

L’étape des vingt ans, l’occasion pour Attac de se projeter vers l’avenir

L’année 2018 est l’occasion pour Attac de « fêter » ses vingt ans, et surtout de dresser un bilan afin de poursuivre son action avec une vigueur renouvelée. D’autant plus que la période actuelle recèle d’importantes menaces qui sont autant de défis pour le mouvement altermondialiste : la montée de la xénophobie face aux migrant·e·s, qui remet en cause le droit fondamental à la liberté de circulation des personnes, l’accroissement des inégalités dans le monde, le terrorisme et les guerres qui sont mises à profit par les gouvernements pour s’attaquer aux droits fondamentaux et à la démocratie.

Nous avons eu des victoires, mais celles-ci restent limitées. Le principe de la taxation des transactions financières est aujourd’hui reconnu, mais n’a pas encore été mis en application, de même que le renforcement de la régulation financière, face au pouvoir exorbitant des lobbys financiers. La victoire du « Non » au référendum européen de 2005 nous a été confisquée trois ans plus tard avec le Traité de Lisbonne, ce qui a été un véritable déni de démocratie.

Mais Attac n’a pour autant jamais baissé les bras. Nous avons décidé d’innover dans nos modes d’actions pour renforcer ces dernières face aux multinationales qui sont les acteurs dominants de la mondialisation néolibérale, et qui bénéficient le plus souvent du laisser-faire, voire de la collusion des gouvernements. C’est ce qui a motivé la décision d’Attac de mettre en œuvre une stratégie de désobéissance civile pour alerter les citoyen.ne.s et créer un nouveau rapport de force face à nos adversaires. Ainsi, la lutte contre l’évasion fiscale, objectif prioritaire d’Attac en raison de ses effets négatifs sur les politiques publiques et les inégalités, a récemment pris la forme d’actions de réquisition de chaises dans les agences de BNP Paribas, et d’occupation festive dans les « Apple stores ». Ce qui a donné lieu à deux actions en justice contre Attac.

Et nous venons de remporter une première victoire : la justice a débouté Apple de son action en référé, qui a été condamné à rembourser Attac de ses frais de justice. Cerise sur le gâteau : la justice a reconnu que nous menions une campagne « d’intérêt général ».

C’était la première fois qu’Attac était traînée devant les tribunaux au cours de ses vingt ans d’existence ! Cette victoire est hautement symbolique et nous encourage à poursuivre dans la voie de la résistance active face aux multinationales et aux défenseurs de la mondialisation néolibérale.

Aurélie Trouvé, Dominique Plihon, Raphaël Pradeau, porte-parole d’Attac France

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulgées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org