La dette contre la démocratie

mercredi 18 janvier 2012, par Thierry Brugvin

La dette publique : un pouvoir légal des financiers sur les états

Les banquiers privés placent leurs hommes au cœur des États et des institutions internationales (FMI, BM)
Les banques et les propriétaires des grandes banques représentent l’un des pivots du pouvoir mondial.

Banques, FMI, BM et paradis fiscaux, accélérateurs de la gouvernance néolibérale et adémocratique

Les paradis fiscaux favorisent les flux financiers illégaux et massifs
Les paradis fiscaux renforcent les détournements et le blanchiment par les banques.
Créer des sociétés écrans dans des paradis fiscaux et judiciaires permet d’échapper aux pouvoirs publics.
Les banques classiques sont les canaux de transmission de l’argent illégal et mafieux.
Les paradis fiscaux permettent d’échapper aux droits sociaux et à la justice.
Les délits d’initiés sont parfois au service d’opérations spéculatives sur la dette publique.
Le système des prêts gagés sur une production future permet de s’enrichir sur le dos d’un État.
Les banques (privées, FMI et BM) ont une part de la responsabilité des dettes de corruption.
L’État de droit à la Banque Mondiale, est-il une condition oubliée de la démocratie ?
Le FMI et la Banque Mondiale brisent la souveraineté des États grâce à la conditionnalité des prêts de la dette.
Les dettes d’élites représentent le coût de la mauvaise gestion et des intérêts de classe.
Les banques appuient parfois à la répression des populations et au soutien des dictateurs.
Certaines banques soutiennent des marchands d’armes à la guerre et la dette de guerre.

La dette : instrument de domination sur les pays en developpement

Le Franc-CFA contribue à la domination africaine.
La dette des PED sont un instrument d’enrichissement des pays industrialisés.
La dette gérée par la Banque mondiale est parfois illégale.
Les narcodollars permettent de rembourser la dette publique.
Les dettes de développement et le coût des projets dit « éléphants blancs » plombe les PED.

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulgées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org