80 villes européennes marcheront contre la Troïka !

jeudi 30 mai 2013, par Attac France

Près d’une centaine de villes dans plus de dix pays de l’Union européenne vont manifester le 1 Juin prochain contre les politiques de la Troïka, en criant "Nous ne devons rien, nous ne paierons pas." L’appel, qui est survenu après une réunion entre les " marées " de défense des services publics en Espagne et le mouvement « que se lixe  la troïka », au Portugal, aura des répliques dans des pays comme l’Italie, la Grèce, Chypre, Royaume-Uni ou en France.

"Les politiques de remise en cause les droits sociaux sont à l’origine de grandes souffrances parmi la population . Nous avons besoin de réponse de manière coordonnée au niveau européen ", a déclaré Francisco Segura, porte-parole des "marées citoyennes". L’appel a été également signé par les représentants des différentes "marées", des groupes comme Attac et même des partis politiques comme Equo ou Gauche Anticapitaliste.

"Ils se servent de la crise comme une excuse pour privatiser le service public de l’éducation, de sorte que seules les personnes disposant de ressources suffisantes peuvent avoir une éducation de qualité », se plaignit Fernando Rodriguez de la "marée verte". Et pendant ce temps, on donne 6.000 millions d’euros aux banques à fonds perdus". « Ce n’est pas une crise, c’est une arnaque " est l’un des slogans les plus scandés dans les manifestations.

Ramon Lin Equo co-portevoix de Equo à Madrid, a rappelé que « les organismes qui forment la Troïka n’ont été élus par personne et imposent des politiques néolibérales, condamnant des millions de personnes au chômage et à la précarité", c’est pourquoi il a appelé « à défendre la démocratie et les droits sociaux » à la manifestation du samedi.

Epicentre ibérique

Le germe de la mobilisation européenne le 1-J est née en Mars, quand un petit groupe de représentants du mouvement portugais « que se lixe troïka" sont venus en Espagne, invité par les "marées citoyennes".
Après cette première réunion, le 26 Avril, lors des célébrations en mémoire de la Révolution des Oeillets, une autre réunion a eu lieu avec la participation de militants d’autres pays et l’appel européen sur le thème "Les peuples unis contre laTroïka" a été lancé.

Cela fait des mois que les "marées", les mouvements sociaux et quelques partis politiques, comme Equo, Gauche anticapitaliste, IU ou le Parti Pirate essayent de créer des espaces de convergence. « Nous partageons des revendications concrètes et pour cela nous avons donc décidé de travailler ensemble, d’unir les voix pour que la mobilisation serve d’amplificateur contre les politiques qui nous font beaucoup de dégâts", a déclaré Segura, des "marées cotiyennes".

La coordination européenne est en cours

La première étape a été la mobilisation du 23-Février "frapper les marchés." Le 1er juin est une étape de plus dans un calendrier qui se poursuivra du 23 au 30 Juin, semaine pendant laquelle les "marées" et collectifs ont l’intention d’organiser une "votation citoyenne" , dont quelques questions ont déjà été finalisées . "Nous nous attendons à une participation massive dans tout l’État de millions de personnes", a annoncé Segura.

En ce qui concerne les actions futures au niveau européen, les organisations qui ont lancé le 1er juin croient qu’il est très important de les renforcer, mais avant, il faut voir avant si le premier appel est une réussite . À l’heure actuelle, le Portugal et l’Espagne, là où est née l’initiative, seront les plus actifs, avec environ 60 lieux où des manifestations sont prévues, et environ 30 lieux dans les autres pays.

Il ya déjà 80 villes européennes qui marcheront samedi contre la Troïka, responsable de la « misère » que vit la société.

Dénoncer les instances européennes qui condamnent "des millions de personnes au chômage, à la précarité, à la pauvreté et au désespoir"

MADRID, 29 mai. (IRIN) -

La plate-forme « Marée citoyenne » a annoncé mercredi qu’il y a déjà 80 villes d’Europe qui se manifesteront le samedi 1er Juin contre la Troïka et ses politiques, considérant qu’elles « approfondissent la crise et la misère dans l’ensemble de la société européenne ".

Lors d’une conférence de presse ce matin au siège de l’Union européenne à Madrid à laquelle ont participé près d’une dizaine de membres et porte-parole des différents groupes qui composent la « marée citoyenne », le représentant de "Écologistes en action", Paco Segura, a expliqué que l’événement aura lieu dans 80 villes dans les pays européens comme le Portugal, l’Italie, la Grèce, Chypre et le Royaume-Uni, entre autres, sous le slogan « Les peuples unis contre la Troïka » et « Nous ne devons rien, nous ne paierons pas ».

Dans la ville de Madrid, les organisateurs ont fixé comme point de départ la place de Neptune. La « marée citoyenne" en partira vers 18h30 pour arriver autour de 20h30 au siège de l’Union européenne à Madrid, place Emilio Castelar.

Comme l’a indiqué Segura, avec le slogan « Nous ne devons rien, nous ne paierons pas » vise à « souligner que la dette » qu’on veut faire payer à tous les citoyens n’est pas la leur. "C’est une dette qui a été contractée à des fins spéculatives, pour des raisons autres que le bien-être du peuple, et nous ne sommes pas prêts à payer », a-t-il dit.

À cet égard, il a estimé que "les politiques des politiques de la Troïka, c’est à dire la Banque centrale européenne (BCE), la Commission européenne (CE) et le Fonds monétaire international (FMI), conditionnent complètement les politiques que suivent les différents gouvernements nationaux ".

« Ces politiques sont celles qui nous mènent à des coupes drastiques des droits, des acquis sociaux sont ceux qui sont à l’origine de grandes souffrances parmi la population", a déclaré Segura, puis ajouter que l’appel a pour objectif de « répondre de manière coordonnée "à cela.

Lors de son discours, Pepe Mejía, membre de la Gauche anticapitaliste a souligné le« rôle »de la Troïka, « en collusion avec les gouvernements en Europe, et dans certains cas de corruption comme en l’Espagne à « sur- salaires » qui ne sont qu’un approfondissement de la crise et de la pauvreté dans l’ensemble de la société européenne". "Cette manifestation est un tournant, et la tendance est d’aller plus loin. Cela revêt une importance capitale parce que c’est la première fois qu’on va réunir autant de gens", at-il soutenu.

DÉMOCRATIE, « kidnappée » par la troïka

Le co-porte-parole de Equo-Madrid, Ramon Linaza, a affirmé que la démocratie en Europe "a été détourné par la Troïka." FMI, BCE, CE sont des organismes qui n’ont été élus par personne, et qui nous imposent des politiques néolibérales condamnant des millions de personnes à travers l’Europe au chômage, à la précarité, à la pauvreté et au désespoir ".

Représentant le monde de la culture, Iñaki Guevara a insisté les pertes d’emplois en continus, la baisse de « 70% des budgets pour les films, le théâtre, et la télévision" ces trois dernières années, ainsi que "le budget 0 dans les bibliothèques, centres culturels, etc. ». "Le dernier coup de poignard ou de vengeance ultime a été l’impôt TVA culturelle, qui n’existe dans aucun autre pays européen. C’est clairement une vengeance de ce gouvernement », a-t-il répété.

En outre, le membre de la "marée verte" Fernando Rodriguez a indiqué qu’il se joindrait aux manifestations ce samedi pour protester contre "les coupes dans le service public de l’éducation". « Il s’agit d’une arnaque, pas une crise, qu’ils utilisent comme une excuse pour privatiser l’enseignement public », at-il dit.

Rodriguez a affirmé que ces mesures ont comme conséquence que "seuls ceux dont les ressources économiques sont suffisantes peuvent avoir une éducation de qualité, tandis que le reste de la population aura une éducation "d’assistés", avec peu de possibilités", et qu’on les obligera, sur le marché du travail, à occuper des emplois « de main d’oeuvre pas chère, et sans qualification ".

Mariano Aragones, de l’Association pour la Taxation des Transactions financières pour l’Aide aux Citoyens (Attac), a déclaré que « tout ce qui se passe dans le domaine de l’éducation, de la santé, de la dépendance ainsi que toutes les privatisations en cours, tout cela figure dans le Traité de Maastricht ". "Les services publics essentiels sont offerts à des amis des dirigeants, c’est pourquoi aucun d’entre nous ne peut désormais espérer pouvoir se faire soigner », at-il souligné.

"Tous ceux qui vont avoir des postes pour une gestion privée des hôpitaux à Madrid ont une relation directe avec le pouvoir. Dans certains cas, c’est le mari de quelqu’un de très important au sein du parti au pouvoir", a dénoncé Aragones. C’est une des raisons pour laquelle Attac rejoint la mobilisation, dont une des « grandes valeurs est de s’organiser au niveau européen".

Nous CONTINUERONS le "combat"

Pendant ce temps, Maria Nieves Lozano, présente à la conférence de presse pour défendre la santé publique à Madrid , a assuré qu’elle était "totalement" contre le très mauvais plan de « privatisation » qui, à son avis, « est en train de détruire la santé publique à Madrid ". « Nous ne sommes pas prêts à l’accepter. Et nous allons continuer à nous battre", at-elle averti.

Le porte-parole des ’Pompiers brûlés’, Pedro Campos, a ajouté que sa position en tant que collectifs est "d’être à côté du peuple » et « en défense des services publics" parce que "seulement" ainsi "que le personnel peut travailler efficacement ". « En donnant de l’argent aux banques et en le refusant aux citoyens, tout ce qu’ils font est tout simplement revenir 30 ans en arrière », at-il dit.

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulguées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org