Revenu d’existence universel : un état des lieux

Le revenu universel refait surface en France dans le débat politique à l’occasion de l’élection présidentielle, alors que dans ce pays parmi les plus riches de la planète la pauvreté s’étend. Les minima sociaux sont très bas [1] et n’ont subi aucune revalorisation significative depuis le début du quinquennat de François Hollande. Le RSA est de 535,17 € par mois pour une personne seule, 802,76 € avec un enfant, 963,31 € avec deux enfants, et 214,06 € par enfant supplémentaire. Même s’il est cumulable avec l’allocation logement, le total reste inférieur au seuil de pauvreté équivalent à 1000 € par mois. Le RSA pour un couple sans enfant de 802,76 € est inférieur à deux fois le RSA pour une personne seule, en raison de sa non-individualisation. [2] Et plus du tiers des ayants droit au RSA n’y ont pas recours, tandis que les jeunes de 18 à 25 ans sont quasiment exclus du dispositif. Les inégalités ont augmenté tandis que le chômage a fortement progressé et que les pratiques d’ubérisation [3] sont apparues. Les politiques publiques construites sur la théorie de l’offre (cadeaux aux grandes entreprises sans contrepartie) ont donc aggravé la situation de millions de gens. Nous avons aujourd’hui en France et dans l’Union européenne une situation insoutenable. En France, 8,8 millions de personnes vivent avec moins de 1000 euros par mois, le nombre de personnes sans emploi est selon les statistiques entre 3,5 millions et 6 millions, et un très grand nombre de chômeurs sont des chômeurs de longue durée et ne perçoivent aucune allocation.

Note rédigée, à la demande du Conseil d’administration d’Attac, par Jean-Marie Harribey, Esther Jeffers, Huayra Llanque, Christiane Marty et Daniel Rome. Le CA du 25 février 2017 a approuvé sa diffusion.

Les associations de chômeurs et les syndicats sont alors sensibles à cette idée de revenu universel pour résoudre une partie des problèmes. L’idée rencontre aussi un écho croissant dans la société au fur et à mesure que grandit la perception d’un travail déshumanisé. Et Benoît Hamon en a fait un des thèmes principaux de sa campagne. Mais, au-delà de celle-ci, si l’on examine de plus près les différentes propositions, on y trouve beaucoup de flou à la fois sur le fond et sur le financement.

Appelé aussi revenu inconditionnel, revenu d’existence, revenu social, allocation universelle, revenu de citoyenneté, voire salaire à vie, cette revendication est donc maintenant dans l’air du temps, mais cette idée n’est pas nouvelle. Les prémices se trouvent dans l’Utopia de Thomas More (1516) et La justice agraire de Thomas Paine (1795). De 1795 à 1834, une loi sur les pauvres dite de Speenhamland avait instauré en Angleterre un revenu minimum versé par les paroisses, qui eut pour conséquence de faire baisser les salaires. Sa suppression donna le coup d’envoi du marché de l’emploi et du capitalisme industriel, comme l’a montré Karl Polanyi. Dans les années 1930, en France, Jacques Duboin, créateur de la revue La Grande relève proposa un revenu universel. Après la Seconde Guerre mondiale, des penseurs libéraux reprennent l’idée d’un revenu de base. Mais, depuis plusieurs décennies, elle est présentée comme une solution aussi bien par des économistes libéraux (Friedrich Hayek, Milton Friedman, Robert Solow, Herbert Simon) que par une partie de la gauche progressiste (Philippe Van Parijs, Yoland Bresson, Jean Marc Ferry, André Gorz, Tony Negri). Pour le BIEN (Réseau mondial pour le revenu de base), l’allocation universelle – ou revenu d’existence – est conçue comme un incitateur aux activités non marchandes, à condition qu’elle soit d’un montant suffisant pour échapper au chantage à l’emploi et permettre ainsi à l’individu de répartir son temps entre activités libres et travail hétéronome salarié ou subordonné.

Cependant, tout le monde n’y met pas le même contenu. Certains y voient une occasion inespérée de liquider définitivement toute forme de socialisation, d’individualiser les risques liés notamment au chômage et de privatiser les services publics, quand d’autres, pensant que nous serions dans l’impossibilité d’éradiquer le chômage, voire que nous serions dans une nouvelle ère marquée par la fin du travail, trouvent la solution dans le revenu universel pour lutter contre la misère et les inégalités sociales.

Mais n’est-ce pas un faux dilemme, voire un marché de dupes ? Pour nous permettre de mieux comprendre les enjeux nous avons mis tout d’abord en exergue les questions philosophiques, politiques et économiques qui sont soulevées à travers le revenu d’existence universel. Nous poursuivrons en étudiant les différentes propositions et leur financement possible. Enfin, nous réfléchirons au projet de société qui est en jeu, en particulier en ce qui concerne l’autonomie des femmes. Nous présenterons en outre cinq questions sous forme d’encadrés : le double sens de la valeur attachée au travail, les expériences du revenu universel dans le monde, la monnaie hélicoptère, une comparaison entre revenu d’existence et salaire à vie, et le choix entre familialisation ou individualisation du revenu.

Retrouvez ci-dessous le sommaire complet.

Vous pouvez télécharger la version PDF