Douzième numéro des Possibles, la revue éditée à l’initiative du Conseil scientifique d’Attac

mardi 21 février 2017, par Conseil scientifique d’Attac France

Le douzième numéro de la revue trimestrielle Les Possibles, éditée à l’initiative du Conseil scientifique d’Attac, est disponible. Retrouvez ci-dessous le sommaire de ce numéro et inscrivez-vous pour recevoir la revue.

Retrouvez le sommaire de ce douzième numéro.

Les précédents numéro sont disponibles en ligne Numéro 1 ; Numéro 2 ; Numéro 3 ; Numéro 4 ; Numéro 5 ; Numéro 6 ; Numéro 7 ; Numéro 8 ; Numéro 9 ; Numéro 10, Numéro 11.

Restez informés des actions et analyses d’Attac France, inscrivez-vous à notre liste de diffusion !

Vos abonnements :


Voir Venise et mourir ? (Jean-Marie Harribey, Jean Tosti)

Le 22 janvier, un jeune réfugié gambien âgé de 22 ans s’est noyé à Venise, dans les eaux du Grand Canal où il avait visiblement choisi de se suicider. Il pourrait s’agir là d’un fait divers certes dramatique, hélas trop banal. Mais ce qui rend cette noyade particulièrement insupportable, c’est qu’elle s’est produite sous les yeux d’une centaine de spectateurs qui n’ont rien fait pour sauver le jeune homme : certains riaient, d’autres lui lançaient des insultes racistes, d’autres encore filmaient la scène sur leur téléphone portable. Personne n’a eu la volonté ou le courage de se jeter à l’eau. « Est-ce ainsi que les hommes vivent ? », pourrait-on dire en paraphrasant le vers d’Aragon. Est-il acceptable qu’en ce début de XXIe siècle les notions d’entraide et de solidarité fassent place à un individualisme, un égoïsme et une indécence aussi débridés ?
Un tel événement nous semble étroitement lié au thème évoqué dans le dossier de ce numéro des Possibles, la droitisation des politiques et des esprits – on aurait pu même parler d’extrême droitisation.

Lire la suite

Dossier : La droitisation des politiques

L’UKIP et le racisme post-Brexit (Nick Dearden)

Quelles que soient les raisons qui ont poussé les gens à voter pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne en juin 2016, le résultat a été un changement brutal dans le débat national vers une droite autoritaire et anti-immigrants. Le débat lui-même était sous-tendu par une division profonde et ancienne au sein du parti conservateur. Ce parti est fondamentalement en désaccord sur le point de savoir si le Royaume-Uni doit être tourné vers l’Europe, ou vers l’ancien empire (Commonwealth) et les États-Unis. Ce dernier groupe, dont certains ont rejoint l’UK Independence Party (UKIP), à la droite du parti conservateur – rassemble un mélange d’ultra-libéraux et de passéistes autoritaires avec des convictions anti-immigrants.

Traduit de l’anglais par Dominique Plihon

Lire la suite

Trump : les raisons d’une défaite (Janette Habel)

Il est surprenant de voir que la victoire de Donald Trump suscite plus de contributions et de polémiques statistiques que d’analyses et de conclusions politiques examinant les causes et les conséquences de l’onde de choc américaine. Comme chacun sait qu’on peut faire dire aux chiffres et aux statistiques beaucoup de choses, notamment lorsqu’il s’agit, comme c’est le cas jusqu’alors, de statistiques fondées sur des enquêtes à la sortie des urnes ou par téléphone (cf. par exemple l’enquête publiée dans le New York Times -14 novembre 2016 - basée sur des questionnaires complétés par 24537 votants dans 350 centres électoraux répartis dans tout le pays, incluant également 4398 interviews téléphoniques, y compris auprès de certains abstentionnistes). Ces données sont certes intéressantes et utiles, mais la répartition démographique, qu’elle soit urbaine ou rurale, par âge, par sexe, par niveau culturel, par « ethnie », est une grille d’analyse insuffisante pour rendre compte des évolutions politiques et sociales que connaît le pays.

Lire la suite

L’élection de Donald Trump (Paddy Quick)

L’élection de Trump en tant que 45e président des États-Unis a été perçue avec horreur par ceux qui l’ont combattue, et qui continuent à la combattre sur différents fronts. Ceci inclut ceux qui agissent afin de défendre les droits des travailleurs (migrants inclus), de mettre un terme à l’incarcération de masse des Afro-Américains et autres minorités, d’arrêter les discriminations basées sur la race, le sexe ou le statut LGBTQ (Lesbienne, Gay, Bisexuel, Transgendered and Queer), de défendre le droit à l’avortement et autres méthodes de contrôle des naissances, de promouvoir une couverture santé universelle ou encore de relever le défi du changement climatique. Ceci inclut aussi ceux et celles qui s’opposent aux interventions politiques et militaires à travers le monde et le soutien des États-Unis aux régimes totalitaires.

Traduit de l’anglais par Tom Roberts

Lire la suite

L’investiture de Donald Trump : l’accomplissement du néo-libéralisme états-unien (Claude Calame)

On connaît désormais la composition du cabinet de Donald Trump, qui accède au pouvoir aujourd’hui. Elle rend aisées les prédictions sur la politique intérieure et extérieure que le Président conduira de concert avec ses ministres. Pour Secrétaire d’État, le nouveau Président a donc choisi le directeur général de la société pétrolière et gazière ExxonMobil, Rex Tillerson ; proche du pouvoir russe, il fut un temps directeur de Neftegas, une filiale russo-américaine d’ExxonMobil installée dans un paradis fiscal aux Bahamas. Pour l’orientation générale de la politique il pourra compter sur le « haut conseiller » et idéologue, Stephen Bannon, homme d’affaires versé dans les médias et ex-patron du site ultra-conservateur « Breitbart News ». Comme Secrétaire au Trésor et par conséquent comme ministre des finances, on trouve Steve Mnuchin, un investisseur et banquier de Wall Street, un ancien cadre de Goldman Sachs. Pour le Département du commerce, le choix s’est porté sur un autre milliardaire, Wilbur Ross, un ancien de collaborateur de la Banque Rothschild et un investisseur à Wall Street où il s’est spécialisé dans les faillites et les rachats lucratifs des sociétés liquidées.

Lire la suite

Droites radicales russes : histoire et actualité (Jean Marie Chauvier)

La Russie bascule-t-elle « à droite » comme le reste de l’Europe ; est-elle même une inspiratrice de ce basculement ? La question vaut-elle d’être posée ? L’URSS était-elle « à gauche » et dès lors le basculement « à droite » a-t-il eu lieu dès 1989-91 ? Il y a manifestement plusieurs façons d’être « à droite ». Mais le recours à la terminologie occidentale « droite-gauche » est source de malentendus. Les mots n’ont pas le même sens ni la même histoire.

Lire la suite

« La majorité des Hongrois sont apathiques, indifférents et sans espoir » (Gáspár M. Tamás)

Personne ne peut dire que la démocratie libérale n’a pas libéré quelques peuples et que certains types de servitudes n’ont pas été effacés. Mais le système actuel est traversé par de nombreuses contradictions. Nous connaissons une grave crise de la démocratie libérale, qui coïncide avec la « mort » du socialisme. La condition nécessaire de la démocratie libérale était l’existence d’un mouvement des travailleurs. Elle était le résultat d’un compromis dans lequel, en échange d’une paix intérieure et de la stabilité, la social-démocratie a abandonné quelques-unes de ses exigences révolutionnaires et est devenue un élément de l’État bourgeois.

Lire la suite

La révolution de droite en Pologne (Michal Kozlowski)

La Pologne avait une réputation méritée d’être un pays de droite depuis bien longtemps. Les post-communistes puissants dans les années 1990 étaient qualifiés de conservateurs modérés, leurs adversaires du camp « anticommuniste », aussi bien libéraux que nationalistes, se caractérisaient par un sincère zèle droitier… Et pourtant, en 2015, la Pologne a vécu encore une révolution de droite, certainement la plus extrême. Le gouvernement élu avec 37 % des voix a supprimé la Cour constitutionnelle, a imposé des lois draconiennes dans le domaine de la sécurité et de la surveillance « antiterroriste », et a organisé les unités paramilitaires en guise de la garde nationale.

Lire la suite

La droitisation en Allemagne : pas seulement l’AfD (Peter Wahl)

La droitisation est un phénomène international. Il se développe – avec l’exception intéressante de quelques pays méditerranéens – dans presque tous les pays industrialisés, y compris les États-Unis. Jusqu’à ces derniers temps, il paraissait que l’Allemagne ne serait pas, ou peu affectée par la tendance générale. Mais à présent les choses sont en train de changer rapidement.

Lire la suite

Québec et Canada : la droite en catimini (Claude Vaillancourt)

On pourrait croire que le Canada, depuis les dernières élections législatives, échappe à la droitisation du monde. N’avons-nous pas maintenant, avec Justin Trudeau, un Premier ministre qui se dit progressiste, féministe, défenseur de l’environnement ? Ne s’est-il pas fait élire en annonçant de nouveaux investissements publics et en mettant fin à l’austérité budgétaire ? Mais le mécanisme de droitisation est en réalité si profondément enclenché qu’il se poursuit, malgré les dires de Justin Trudeau.

Lire la suite

Après le Brexit et Trump : confusionnisme à gauche et extrême droitisation idéologique (Philippe Corcuff)

L’année 2016, avec la victoire du Brexit au Royaume-Uni et celle de Donald Trump aux États-Unis, a donné un nouveau coup de pouce, en France et dans d’autres pays, à l’aimantation du débat public par une extrême droitisation idéologique : intolérance identitaire, xénophobies, nationalisme donnant une tonalité ultra-conservatrice à la mise en cause du « système », à la référence au « Peuple » ou à la critique des médias dans une dynamique que l’on qualifier provisoirement de « post-fasciste ».

Lire la suite

Considérations sur le populisme de gauche (Samy Johsua, Roger Martelli)

On ne discutera pas ici de la notion générale et approximative de « populisme », dont l’usage s’est accru régulièrement depuis les années 1990. Désignant principalement les droites radicalisées, elle touche aujourd’hui à la fois la droite et la gauche. Péjoratif dans la plupart des cas, le terme a toutefois été repris de façon positive, jusque dans la gauche la plus « radicale ». C’est de ce « populisme de gauche » qu’il sera question.

Lire la suite

La souveraineté populaire est-elle possible ? La question du populisme (Pierre Khalfa)

Le thème de la discussion traduit d’évidence la crise qui traverse actuellement nos sociétés. C’est aujourd’hui devenu une banalité de dire qu’il s’agit non seulement d’une crise économique et sociale, mais aussi, de mon point de vue surtout, d’une crise démocratique qui se traduit par une perte de légitimité de tous les pouvoirs institués.
5. Le populisme de gauche, une réponse en trompe-l’œil à ces difficultés.

Lire la suite

Débats

À propos du livre d’Emmanuel Terray, « Penser à droite » : du conservatisme libéral à la mondialisation capitaliste (Claude Calame)

Qu’est-ce donc que « penser à droite » ? Les réponses proposées par l’anthropologue Emmanuel Terray sont d’ordre historique et politique. Elle partent d’un principe énoncé d’emblée : « La pensée de droite est d’abord un réalisme : elle accorde un privilège à l’existant, et tend à s’incliner “devant la force des choses“, la puissance du fait acquis ».

Lire la suite

À propos de l’ouvrage Contre l’allocation universelle (M. Alaluf, D. Zamora, dir.) (Christiane Marty)

À l’heure où le revenu universel occupe le débat public, un petit ouvrage paru fin 2016, Contre l’allocation universelle vient en éclairer les enjeux, à partir d’une évaluation résolument de gauche. Versée de manière inconditionnelle à chaque citoyen, l’allocation universelle vise à lutter contre la pauvreté, la précarité et le chômage. Paradoxalement, la proposition séduit à gauche comme à droite.

Lire la suite

La théorie du sans emploi : un pas dans la sociologie néolibérale (Jean-Marie Harribey)

Les publications sur le travail et l’emploi abondent. Elles viennent de tous côtés. De celui des gouvernants, des idéologues du patronat, et de la majorité des prétendus experts académiques ou des officiants grassement payés dans les organismes internationaux prônant la baisse des salaires et l’abaissement des protections sociales. Du côté aussi de ceux qui dénoncent les « emplois de merde » ou qui continuent à défendre un code du travail protecteur, la réduction du temps de travail pour endiguer le chômage et concevoir un modèle non productiviste, et la réduction des inégalités de revenus.

Lire la suite

Sortir de la crise qui dure – ou d’un capitalisme barbare ? (Catherine Samary)

Les questionnements que je veux soulever à propos de ce très opportun ouvrage collectif Par ici la sortie, Cette crise qui n’en finit pas s’inscrivent dans l’essentiel de la problématique proposée. Résumons d’abord brièvement le diagnostic : la crise de 2007/2009 n’est que l’échec patent des pseudo-réponses néolibérales à la crise structurelle des années 1970. Celle-ci touchait aux conditions de la croissance des dites Trente Glorieuses : les gains de productivité d’après-guerre. Le rétablissement des taux de profit s’est fait en comprimant la part des salaires dans la valeur ajoutée – la financiarisation permettant de compenser par un endettement colossal la compression des débouchés.

Lire la suite

La Sécu et les mutuelles (André Grimaldi )

François Fillon a affirmé clairement dans son programme qu’il faut : 1) « redéfinir les rôles respectifs de l’assurance maladie et de l’assurance privée, en focalisant l’assurance maladie notamment sur les affections graves ou de longue durée » ; 2) « introduire une franchise médicale universelle, fonction des revenus dans les limites d’un seuil et d’un plafond, le reste à payer étant pris en charge par les assurances complémentaires  », c’est-à-dire, en bon français, mettre fin à la prise en charge à 100 % par la Sécurité sociale de 10 millions d’assurés ayant des affections de longue durée (ALD).

Lire la suite

L’Argentine dévisse (Pierre Salama)

L’Argentine dévisse depuis plusieurs décennies. Aujourd’hui, elle est de nouveau en crise. La croissance de son produit intérieur brut (PIB) est négative. Une crise prononcée, une inflation en hausse, une politique économique erronée suivie par la nouvelle présidence pour tenter de sortir du piège de la stagflation, accroissent les inégalités, augmentent la pauvreté, peinent à faire revenir la confiance des investisseurs. Le diagnostic sur l’héritage Kirchner est erroné. Ce n’est pas une contention de la demande interne qui peut résoudre la crise laissée par la présidence Kirchner et réduire l’inflation. Les remèdes mis en œuvre sont inefficaces et aggravent la situation. C’est la thèse développée dans cet article.

Lire la suite

Revue des revues

Il n’est jamais trop tôt pour mal faire ! (Jacques Cossart)

Paul Nizan n’avait pas même atteint la trentaine quand il publia son célèbre Aden Arabie, qu’il ouvrait par cette phrase mille fois citée « J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. » Que pourrait-il écrire aujourd’hui, 85 ans après ?
L’Organisation internationale du travail (OIT), dans sa série consacrée à l’emploi et aux questions sociales dans le monde, publie Youth. En une sorte d’écho à l’apostrophe de Nizan, l’OIT présente son rapport 2016 avec cette alarme « Dans un climat de regain d’inquiétudes au sujet de la croissance économique mondiale, le chômage des jeunes est à la hausse ». Pourtant, ne nous rebat-on pas les oreilles, à satiété à gauche et à droite, avec le slogan de la croissance indispensable pour tout résoudre ?

Lire la suite

Signez l’appel : « M.Macron, pas de fausses promesses pour la taxe sur les transactions financières ! »

11477 personnes se sont engagées !

Prochain objectif : 25000 signataires.

45.91%

Lire le texte complet de la lettre ouverte.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulgées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.