De Trump à Macron : une collusion de plus en plus manifeste entre pouvoirs publics et grands intérêts privés

mardi 30 mai 2017, par Aurélie Trouvé, Fréderic Lemaire

Quel est le point commun entre le nouveau gouvernement Macron et l’administration Trump ? L’hégémonie de ministres et de conseillers issus du secteur privé dans le gouvernement. C’est le cas bien sûr avec Edouard Philippe, ancien d’Areva, mais également de son directeur de cabinet, venu de l’industrie pétrolière et gazière, de celui de la ministre de la Santé, venu du secteur des mutuelles privées, de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, passée chez Dassault et Danone… Sans oublier les autres ministres de droite, comme Bruno Le Maire, partisan de la suppression d’un demi-million de postes de fonctionnaires.

(article paru dans Basta ! le 30 mai 2017)

La composition du premier gouvernement Macron a été dévoilée le 16 mai. Elle ne laisse pas vraiment de place au doute. Composé en partie de cadres de la droite et d’anciens dirigeants du secteur privé, le nouvel exécutif se présente comme une équipe de choc pour mettre en œuvre une politique résolument favorable aux intérêts des grands groupes industriels et financiers.

En nommant Edouard Philippe à la tête de son premier gouvernement, Emmanuel Macron annonçait déjà la couleur. Ancien lobbyiste de la multinationale française du nucléaire Areva, le nouveau Premier-ministre s’est aussi avéré, au Havre, être un ardent défenseur des centrales à charbon. Député Les Républicains, il avait voté contre le projet de loi pour la transition énergétique de 2014 et celui sur la biodiversité de 2016 [1]. Son directeur de cabinet à Matignon, Benoît Ribadeau-Dumas, vient de l’industrie pétrolière et gazière [2]. On savait que les ambitions d’Emmanuel Macron en matière de transition écologique étaient maigres, mais la nomination d’Edouard Philippe laisse présager du pire à cet égard. Le nouveau Premier ministre avait par ailleurs, en tant que député, refusé de fournir certaines informations sur sa déclaration de patrimoine de 2014, pourtant exigées par la loi, comme le rappelle Mediapart. On fait mieux en matière d’exemplarité.

Bruno Le Maire : du CPE aux « jobs à 5 euros »

Un autre cadre des Républicains, Bruno Le Maire, obtient un poste clé, celui de ministre de l’Économie. Ancien directeur de cabinet de Dominique de Villepin, Bruno Le Maire fut un des « inventeurs » du contrat première embauche (CPE), projet finalement abandonné à la suite d’une mobilisation sociale exceptionnelle. Lors de la primaire de la droite, son programme économique comptait parmi les plus radicaux, avec, par exemple, la création de « jobs à 5 euros » ou la suppression des fonctionnaires (500 000 postes en cinq ans). Il y a finalement obtenu 2,4% des suffrages.

Dans son premier discours en tant que ministre, Bruno Le Maire a défendu une politique austéritaire : « Dans une famille on ne dépense pas plus d’argent qu’on en gagne. Je souhaite qu’en France, ce soit exactement la même chose. » Passons sur la comparaison rebattue et erronée – une erreur plutôt inquiétante de la part d’un ministre de l’économie. La start-up nation, voulue par Emmanuel Macron, s’apprête donc à se priver des investissements publics d’avenir pourtant tellement nécessaires face aux enjeux écologiques et sociaux. Une telle orientation est confirmée par la nomination du sarkozyste Gérald Darmanin au ministère de l’Action et des Comptes publics.

Report de la taxe sur les transactions financières

Le programme d’Emmanuel Macron compte un certain nombre de mesures très favorables aux banques françaises. On gage que Bruno Le Maire n’aura aucune réticence à les mettre en œuvre – certaines figuraient dans son programme. Il a d’ailleurs déjà commencé, en imposant in extremis, avant une réunion européenne prévue le 23 mai, un report de l’accord européen sur la taxe sur les transactions financières. Préfigurant un abandon de cette mesure emblématique, honnie des banques françaises ?

Il ne suffit pas de constater que la plupart des orientations du nouveau gouvernement sont largement conformes aux propositions portées par le Medef en amont des élections présidentielles – coupes dans les cotisations sociales, les postes de fonctionnaires, l’ISF… La start up nation d’Emmanuel Macron intègre non seulement les revendications des grands groupes privés, mais également certains de leurs anciens cadres au cœur même de l’action publique.

Au ministère de la Santé, Agnès Buzyn se voit ainsi attribuer Gilles de Margerie comme directeur de cabinet. Ce dernier était jusqu’alors directeur général adjoint chez l’assureur Humanis, troisième groupe français spécialisé dans la protection sociale. Un partisan des mutuelles privées au ministère de la Santé, voilà qui apporte de l’eau au moulin de ceux qui ont interprété le programme d’Emmanuel Macron, comme un premier pas vers un détricotage du régime assurantiel – notamment via le remplacement des cotisations d’assurance-maladie par la CSG. La nouvelle ministre avait quant à elle été épinglée par Mediapart, lorsqu’elle était à la tête de la haute-autorité de santé, pour sa complaisance vis-à-vis des conflits d’intérêts entre experts et laboratoires pharmaceutiques.

Hégémonie du secteur privé au gouvernement

Le cas de Gilles de Margerie n’est pas le seul exemple, loin s’en faut, de parachutage d’anciens cadres de grands groupes privés au gouvernement. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, est une ancienne directrice des ressources humaines (DRH) des multinationales françaises Dassault et Danone. Son directeur de cabinet, Antoine Foucher, est l’ancien directeur général adjoint du Medef en charge du social. Un tandem de choc pour mener une réforme du travail « à la hussarde », via des ordonnances, conformément aux revendications du Medef. Et ce, malgré l’opposition massive de la population à une telle réforme (estimée à 70 % par un sondage)…

L’hégémonie du secteur privé dans le gouvernement Macron se traduit également par la nomination au ministère de l’Éducation de Jean-Michel Blanquer, ex-patron de l’Essec, grande école de commerce privée, et chantre de « l’esprit d’entreprise ». Le nouveau ministre avait mis en œuvre, à la tête de l’administration centrale de l’enseignement scolaire (la Dgesco), les suppressions de postes dans l’Éducation nationale engagées par Nicolas Sarkozy (lire ici).

Hulot isolé

Et ce ne sont pas les nominations de personnalités de la « société civile », comme Nicolas Hulot, qui permettront de rétablir la balance entre intérêt général et intérêt des grandes multinationales françaises. Sur des sujets clés tels que l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, ou la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les positions du ministre écologiste, qui tranchent avec celles du reste du gouvernement, pourraient bien ne pas peser lourd.

Le nouveau gouvernement Macron témoigne d’une tendance : la collusion de plus en plus manifeste entre les pouvoirs publics et les grands intérêts privés. L’administration Trump, de l’autre côté de l’Atlantique, apparaît comme un autre pendant de cette tendance – dans un autre registre certes (lire : ExxonMobil, Goldman Sachs et compagnie : que signifie la nouvelle administration Trump ?). Au fond, quoi de plus logique de nommer aux postes clés d’anciens responsables de grands groupes privés, quand il s’agit de mettre en œuvre « leur » politique (en l’occurrence en France, celle préconisée par le Medef) ?

En route pour la start-up nation et l’« uberisation » ?

L’intégration dans le gouvernement des logiques et des cadres du secteur privé participe d’une transformation de l’État (déjà en grande partie entamée) en une véritable « entreprise » de l’action publique. Mais au-delà de cet aspect, le projet d’Emmanuel Macron est également un projet de transformation de la société. Dans la start-up nation, tout un chacun est appelé à se faire « entrepreneur de sa propre vie » – et accepter, notamment, l’« uberisation » du travail. Comme l’avait déjà noté Michel Foucault dans ses cours sur la naissance de la biopolitique, l’extension de la rationalité de marché à tous les domaines de la vie relève d’une véritable politique de société néolibérale.

Rien de surprenant à ce que la protection sociale ou le droit du travail se retrouvent clairement dans le viseur du gouvernement. Poussée à son extrême, cette idéologie entrepreneuriale s’oppose en effet frontalement aux solidarités et aux institutions qui l’organisent. On pourrait même dire qu’elle est une négation de ce qui fait société. C’est du moins ce que suggère le fameux « there is no such thing as society » (« la société, ça n’existe pas ») de Margaret Thatcher, championne du néolibéralisme… dont Emmanuel Macron semble reprendre le flambeau.

Dans ses paroles comme dans ses actes, le nouveau président a au moins le mérite de la clarté. La gauche, en pleine recomposition, aurait tort d’attendre quoi que ce soit d’un gouvernement qui se revendique résolument néolibéral. Elle doit s’organiser et se préparer à un combat frontal pendant les cinq années à venir.

Frédéric Lemaire et Aurélie Trouvé

Notes

[1Edouard Philippe, un chef de gouvernement pas très « vert », Le Monde, 17 mai 2017

[2Qui est Benoît Ribadeau-Dumas, ex Zodiac et Thales, devenu directeur de cabinet du Premier ministre ?, L’Usine nouvelle, 16 mai 2017

Signez l’appel : « M.Macron, pas de fausses promesses pour la taxe sur les transactions financières ! »

10118 personnes se sont engagées !

Prochain objectif : 25000 signataires.

40.47%

Lire le texte complet de la lettre ouverte.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulgées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.