Brésil : un coup d’État néolibéral sur fond de crise globale

mardi 4 octobre 2016, par Attac France

Les Jeux olympiques (JO) qui se sont déroulés au Brésil n’ont pu masquer la grave crise économique, écologique, sociale, politique et institutionnelle que traverse le pays. Dans la continuité des mobilisations de 2013, de fortes critiques ont émergé concernant l’organisation des JO : dépenses titanesques au détriment des services publics et déplacements forcés d’habitants pour faciliter les travaux. Mais l’essentiel des mobilisations a eu lieu pour contrer l’offensive de la bourgeoisie, de la droite et de son gouvernement par intérim, de démettre Dilma Rousseff et de s’accaparer le pouvoir illégitimement.

Pour la droite, étouffer les affaires de corruption

Cinq mois après l’ouverture de la procédure d’impeachment, la destitution de Dilma Rousseff a été votée le 31 août par une très large majorité de sénateurs. Le clientélisme aura fini de convaincre les quelques indécis. Dilma Rousseff était accusée de transferts budgétaires réalisés sans l’aval du Congrès. Pratique courante de certains gouvernements antérieurs, de maires et de gouverneurs d’État, cette accusation n’était qu’un prétexte : deux jours à peine après le vote du Sénat, le nouveau gouvernement de droite a promulgué une loi qui autorise à procéder à ces manipulations comptables sans consulter le Congrès.

Avec l’aide du pouvoir judiciaire et des médias, l’oligarchie et la droite voulaient endiguer l’hémorragie provoquée par l’enquête « Lava jato » (« lavage express »), opération qui a révélé un énorme scandale de corruption triangulaire orchestrée entre le groupe public Petrobras, des sociétés du bâtiment et de nombreux dirigeants politiques de tous les partis, de droite comme de gauche. Une course de vitesse s’est engagée pour empêcher que les investigations anti-corruption n’arrivent à leur terme. Une loi scandaleuse, faite sur mesure, est actuellement en train d’être élaborée afin de justifier et normaliser les sources illégales de revenus. L’organe créé pour enquêter sur les cas de corruption au sein du gouvernement a été annexé à un nouveau « Ministère de la transparence, de la surveillance et du contrôle ». Les investigations sur les membres du gouvernement dépendront donc... du gouvernement !

Un coup d’État institutionnel pour amplifier l’offensive néolibérale

Le contexte est marqué par une profonde polarisation de la lutte des classes et une fragilité des gauches dans le continent sud-américain. La bourgeoisie brésilienne veut reprendre les rênes du pouvoir et mettre fin à la gouvernance et aux alliances avec le Parti des travailleurs (PT), en destituant Dilma Rousseff et en empêchant Lula de se présenter une nouvelle fois à la présidence de la République. Elle veut accélérer ses contre-réformes libérales et conservatrices. La procédure de destitution de Dilma Rousseff a compté sur l’appui des puissantes Églises évangéliques et sur le Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB), principal parti d’opposition au PT.

À peine réélue et pour faire vivre le sentiment anti-Dilma et anti-PT, des protestations de rue et des meetings en faveur de l’impeachment ont été orchestrés par la droite avant même la procédure de destitution. Le président par intérim Michel Temer, leader du PMDB, n’a pas attendu la fin de cette procédure pour appliquer un programme néolibéral d’urgence. Il a immédiatement reçu de la part du syndicat patronal une liste de « 36 mesures indispensables », dont l’objectif est de vider les caisses publiques et de transférer leur contenu à l’oligarchie en détruisant au passage les droits sociaux.

La dérèglementation et la libéralisation sont les piliers du programme du gouvernement actuel. Un projet d’amendement constitutionnel appelé « Mesure provisoire » est défendu par l’actuel ministre des Finances, Henrique Meirelles (Président de la Banque de Boston à la fin des années 90, puis Président de la Banque centrale du Brésil à l’époque de Lula). Cette mesure vise à geler des dépenses fédérales pendant 20 ans ! Elle officialisera la réduction du budget de l’État et donc des dépenses publiques. Le système des retraites en fera les frais : une mesure prévoit le recul de l’âge de départ à la retraite à 70 ans afin de réduire de 30 % les dépenses de ce secteur. Les budgets de la santé et de l’éducation – investissements pourtant garantis par la Constitution – seront aussi réduits, avec entre autre une coupe de 45 % des dépenses universitaires et une remise en cause du système unique de santé (équivalent de la Sécurité sociale). En contrepartie, le gouvernement augmente les investissements militaires, aéroportuaires et nucléaires. Il organise la privatisation du secteur pétrolier. Il favorise les négociations entre salariés et patrons, qui auront alors plus de poids que dans l’actuelle législation. La sous-traitance sera libéralisée.

Le ton conservateur et répressif est donné. Le Ministère des Femmes, de l’égalité raciale, des droits humains et de la jeunesse a été supprimé, ainsi que le Ministère du développement agraire, censé mettre en place la réforme agraire. Le chef de la police militaire de São Paulo a été nommé ministre de la Justice et de la citoyenneté. Il est connu pour la violence de ses moyens employés à l’encontre des mouvements sociaux. La répression bat son plein actuellement avec un pouvoir judiciaire complice.

L’offensive a aussi lieu sur le plan de la politique extérieure. Tout en cherchant une reconnaissance internationale en participant au G20, Temer et son ministre des Affaires étrangères, José Serra, font du Venezuela leur principale cible. En effet, une crise s’est ouverte au sein du Mercosur entre le Brésil et l’Uruguay. Ce dernier a occupé la présidence tournante de l’institution jusqu’en juillet dernier et devait être remplacé par le Venezuela. Le chancelier uruguayen accuse Serra d’avoir voulu « acheter le vote de l’Uruguay » afin d’empêcher le Venezuela d’accéder à la présidence. Les gouvernements de droite de Temer au Brésil, de Macri en Argentine, de Horácio Cartes au Paraguay font en effet pression sur les pays du Mercosur afin de réviser le protocole d’adhésion au détriment du Venezuela, offensive internationale pour déstabiliser un peu plus le successeur de Chávez. Ces montages de projets se déroulent bien entendu en bonne collaboration avec les États-Unis.

Des difficultés qui viennent de loin

Les classes dominantes brésiliennes n’admettent plus de mesures à caractère social, elles veulent prendre leur revanche comme dans le reste du continent. La pratique du coup d’État institutionnel semble être la nouvelle stratégie des oligarchies latino-américaines. Après le Honduras et le Paraguay, c’est au tour du Brésil.
Cependant la crise vient de loin, car l’insatisfaction de la population dépasse largement les rangs traditionnels de la droite. La société brésilienne traverse une crise globale inédite depuis la fin de la dictature. Malgré des mesures sociales au début de la présidence Lula, comme l’augmentation du SMIC et dans une moindre mesure la Bolsa familia, la politique pétiste du gouvernement s’est rapidement convertie à l’extractivisme, à la mise en œuvre de méga-projets inutiles dans le cadre du programme d’accélération du développement (PAC), au développement de l’agro-business et à la libéralisation des transgéniques aux dépens de la réforme agraire et de l’agriculture paysanne. Elle n’a jamais remis en cause le paiement des intérêts de la dette extérieure.

Ces dernières années, la présidente Dilma Rousseff et son gouvernement de coalition ont sacrifié les investissements sociaux et publics, en diminuant au passage la fiscalisation des plus riches. La flexibilité et la précarité au travail n’ont cessé d’augmenter. Pendant les douze années de gouvernement pétiste, la moitié des emplois existants est restée informelle et 95 % des emplois créés l’ont été avec des niveaux de salaire très bas. Le PT a été pris dans une spirale d’alliances de plus en plus ouvertes à la droite, acceptant au gouvernement des représentants du grand capital. Les ambitions sociales et idéologiques prévues à sa création en 1980 ont disparu au fur et à mesure que les ambitions électorales ont augmenté. Malgré le discours pétiste de justice sociale, la politique menée a été « un réformisme presque sans réformes » selon Valério Arcary [1].

Dilma est ainsi la victime de cette situation. Son impopularité s’est approfondie au fur et à mesure qu’elle a appliqué des mesures anti-sociales, approuvées par les alliés de la droite, qui à leur tour ont contribué à ternir sa réputation. Gel des salaires dans les services publics, suspension d’une grande quantité de concours publics, coupes budgétaires dans le secteur de la santé et de l’éducation, multiplication des privatisations, augmentation de la sous-traitance dans les services publics, et adoption d’une « loi anti-terroriste » dont le but a été de criminaliser les luttes de résistance.

Perspectives des mouvements

Les mouvements sociaux, les syndicats et toutes les forces progressistes du Brésil caractérisent la destitution de Dilma Rousseff de coup d’État institutionnel. Le retour de la droite au pouvoir signifie une grande régression démocratique, une offensive contre les acquis sociaux et une intensification de la criminalisation de la résistance et de la mobilisation. Les mouvements populaires réunis au sein du Front Brésil Populaire, du Front peuple sans peur et de l’Espace unité d’action se sont mobilisés contre le coup d’État. Les manifestations appelées par ces fronts, soutenant le PT ou critiques vis-à-vis de lui, ont rempli les artères des grandes villes du pays. En septembre, des milliers de personnes sont descendus dans les rues de São Paulo et des principales villes du pays sous le mot d’ordre « Fora Temer ! » (Temer dégage !) et réclamant des élections anticipées, des « Diretas ja ! » (élections directes immédiatement !) reprise d’un mot d’ordre employé à la fin de la dictature militaire. Ces manifestations ont été particulièrement réprimées.

Le rapport de force sera-t-il à la hauteur ? La solidarité internationale s’amplifiera-t-elle à l’exemple de la pétition « Contre le coup d’État constitutionnel au Brésil » lancée pour soutenir les mouvements sociaux brésiliens ? La campagne municipale a commencé et la gauche brésilienne doit se repositionner là où ces dernières années les alliances entre partis de centre-droit et de gauche étaient devenues monnaie courante. Avec la fin du gouvernement du PT, des bilans doivent être tirés. Doit émerger une nouvelle gauche, radicale et rassemblée, mobilisant massivement, portant un nouveau projet de rupture, écologiste et féministe, défendant le droit du travail, l’agriculture paysanne, intégrant les revendications des populations indigènes, noires et LGBT. L’enjeu est vital pour les forces progressistes.

Article de Flavia Verri et Beatrice Whitaker.

P.-S.

Photo : Fernando Frazão/ABr, CC 3.0.

Notes

[1Arcary,Valério, « Um reformismo quase sem reformas », éd. Sundermann, São Paulo, 2014