Sous la pression citoyenne, BNP Paribas annonce enfin la fermeture de ses filiales aux îles Caïmans

mardi 1er avril 2014, par Attac France

Suite à l’interpellation d’Attac et aux actions citoyennes organisées le 15 mars dans plus de 40 villes en France, BNP Paribas nous a annoncé, dans un courrier parvenu le 28 mars, la prochaine fermeture de ses filiales dans les îles Caïmans.

Dans leur courrier, MM. Jean Clamon, Délégué général, et François Villeroy de Galhau, Directeur général délégué en charge de la RSE, rappellent que BNP Paribas dispose d’un « vaste dispositif de lutte contre la fraude et le blanchiment de capitaux ». Bien que les îles Caïmans « ne figurent pas sur la liste des territoires non coopératifs », les dirigeants de la première banque française reconnaissent qu’elles « méritent sans doute le terme de paradis fiscal  ».

BNP Paribas, dans un « souci de responsabilité sociale » au moment où « la population française est amenée à consentir des efforts importants », a décidé « d’engager un programme de fermeture de ces filiales à l’horizon 2018 et de réexaminer l’ensemble de nos implantations dans les places offshore à fiscalité réduite ». BNP Paribas espère que sa « démarche sera suivie par les autres établissements français et européens puis plus largement, et qu’elle servira à raffermir le lien de confiance qui existe entre le public et le système bancaire, indispensable au financement de l’économie et au développement de l’emploi ».

Attac félicite la direction de BNP Paribas de cette décision qui fera date : « l’annonce par BNP Paribas de la fermeture prochaine de ses filiales dans les îles Caïmans répond manifestement au lancement le 15 mars dernier de notre campagne Requins 2014 » a affirmé Thomas Coutrot, porte-parole de l’association. « C’est une première et importante victoire de cette campagne destinée à obtenir de substantiels changements de la part de trois multinationales, BNP Paribas, Société générale et Unilever ; nous espérons que la Société générale annoncera elle aussi rapidement l’arrêt du financement du projet de mines de charbon Alpha Coal en Australie et qu’Unilever cèdera prochainement la marque Lipton à la coopérative montée par les Fralib ».

P.-S.

Illustration : Par Tangopaso, Domaine publique, via Wikimedia Commons.