Évadez-vous avec la BNP, Attac vous attrapera

« l’argent de la transition écologique et sociale existe, il est dans les paradis fiscaux ! Allons le chercher. »
jeudi 10 septembre 2015, par Attac France

Ce 9 septembre, les militants d’ Attac déguisés en conseillers financiers « Air Finance » ont infiltré la Rentrée Cinéma BNP Paribas des cinémas MK2 Quai de Loire / Quai de Seine à Paris. Ils ont ainsi rappelé aux cinéphiles que la banque continue à détenir le record absolu du nombre de filiales dans les paradis fiscaux. Le plaisant mécénat de BNP Paribas ne nous fait pas oublier sa contribution à l’industrie de l’évasion fiscale internationale, qui coûte environ 50 milliards par an au budget de l’État. BNP Paribas doit quitter les paradis fiscaux, à commencer par les îles Caïmans !

De fausses offres promotionnelles BNP furent distribuées sous le slogan « Volez avec nous, évadez-vous ! », ceux-ci entendaient faire réagir le public face au double jeu de la plus grande banque française, qui se veut bienfaitrice par ses actions en faveur du cinéma, mais qui d’autre part est l’une des plus impliquées dans l’évasion fiscale.

Rappelons quelques chiffres
Avec 170 filiales, BNP Paribas est la banque française la mieux implantée dans les paradis fiscaux. Elle reconnaît détenir 6 filiales dans les Îles Caïmans et réaliser 26 millions d’euros de chiffre d’affaires sans aucun salarié sur place, ce qui tend à indiquer que celles-ci jouent un rôle de sociétés écran. Elle prend ainsi part à un système qui permet à plus de 60 milliards d’euros d’échapper à l’État français chaque année, une somme à comparer aux 81 milliards de déficit budgétaire pour l’année 2014 (ou aux 75 milliards d’impôts sur le revenu payés par les citoyens français en 2014).

Depuis 2 ans, Attac France dénonce l’évasion fiscale, notamment de la BNP Paribas et lui demande de fermer ses filiales dans les Îles Caïmans. L’association pointe par ailleurs du doigt les investissements potentiels de la banque dans les énergies fossiles, en particulier les projets de mine de charbon dans le bassin de Galilée en Australie. À l’approche de la COP 21 qui aura lieu à Paris en décembre 2015, Attac entend faire entendre son message : « l’argent de la transition écologique et sociale existe, il est dans les paradis fiscaux ! Allons le chercher ». Un message qu’elle porte depuis le lancement de ses actions le 7 mars 2015 par la réquisition citoyenne de chaises dans des agences bancaires.