Nucléaire, le colosse aux pieds d’argile

mardi 11 septembre 2018, par Attac France

La situation financière du secteur nucléaire en France est aujourd’hui particulièrement fragile : sauvetage d’Areva qui a coûté 4,5 milliards d’euros à l’État français, surcoût des travaux de construction de l’EPR, chiffre d’affaires d’EDF (dont l’État est actionnaire à 84%) en baisse et sous-estimation du coût de la maintenance des réacteurs et du démantèlement des sites les plus anciens…

Cette situation financière est d’autant plus grave que les centrales sont vieillissantes (dans dix ans, 46 des 58 réacteurs français auront atteint leur âge limite de fonctionnement, soit 40 ans), que la sous-traitance massive entraîne une perte des compétences techniques et que des failles techniques dans la construction des nouvelles centrales EPR sont avérées. Ces constats fragilisent cette industrie et mettent en doute la sûreté de l’exploitation.

Ce secteur “intouchable”, appuyé par une véritable technostructure au sein de l’appareil d’État et des réseaux de lobbying très actifs, toujours vanté comme filière d’excellence par les gouvernements successifs, est désormais une trop lourde charge, tant financière que sécuritaire, pour l’État, donc pour les citoyen·ne·s.

Aujourd’hui nous devons exiger l’arrêt de toutes les centrales nucléaires, l’abandon de l’EPR de Flamanville et du projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure.

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulgées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org