La société Panama Wash est intervenue à Vichy pour nettoyer la Société Générale

mardi 30 août 2016, par Attac Vichy

Dans la suite de la lettre ouverte aux Sénateurs, une opération « banque propre » a été menée à Vichy. La société de nettoyage « Panama Wash » montée pour l’occasion est donc intervenue gratuitement auprès de l’agence de la Société générale de Vichy.

Il y avait en effet fort à faire car en mai 2012, le directeur de la Société générale, Frédéric Oudéa, a menti devant la commission d’enquête sur l’évasion fiscale en affirmant que la Société générale n’avait aucune activité au Panama. Or, les « Panama Papers » ont démontré qu’en mai 2012, 415 sociétés écran créées par la Société générale étaient encore en activité dans ce paradis fiscal ainsi que deux fondations, Valvert et Rousseau, également créées par le cabinet Mossack Fonseca pour la Société générale et ses clients. Malgré la demande pressante de la société civile, le Bureau du Sénat a refusé de saisir la justice pour ce parjure manifeste.

Le désherbage (sans pesticide) du pied du mur de la banque à Vichy n’a pas pu être mené à son terme car les agents de la police nationale - rapidement alertée par le directeur l’agence bancaire locale - n’ont pas souhaité que nous menions jusqu’au bout cette tâche. Nous avons remis aux passant·e·s, à quelques employés de la banque et aux agents de police des « billets » de 60 milliards, représentant l’estimation du coût annuel de l’évasion et de la fraude fiscale.

Mais aussi un document avec au recto la copie de la lettre ouverte envoyée aux Sénateurs de l’Allier et au verso une proposition « changer de banque » pour privilégier les banques éthiques ou celles qui ne participent pas à l’évasion fiscale en ouvrant des comptes dans les paradis fiscaux.

Document disponible ici > La majorité sénatoriale empêche qu’un banquier se retrouve pour la première fois devant la justice pour s’expliquer sur son rôle dans l’évasion fiscale...

Que faire de ces 60 milliards si nous les récupérions ?

C’est ce que nous avons demandé aux passant·e·s. Ils et elles pouvaient faire leurs propositions… Écrites sur une feuille, ces propositions ont été suspendues sur un fil à linge face à la banque.

Nous avons proposé aux policiers de nous accompagner pour faire le ménage des autres banques… ou même d’arrêter Oudéa. Mais ce n’était pas pour l’instant les ordres donnés par leur hiérarchie. Nous avons donc du partir non sans remettre au directeur de l’agence locale un cadeau dans son bolduc, le Livre noir des banques, un beau livre plein d’enseignements.

Si des responsables locaux d’autres banques en ont marre d’être associés à l’évasion fiscale et à la fraude fiscale, notre société « Panana Wash » est prête à intervenir à leur demande. Pour l’instant le nettoyage est offert.