ZAD de Notre-Dame-des-Landes : des voisin·e·s s’expriment

mercredi 24 février 2016, par Voisin·e·s de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes

Nous relayons le texte lu par des voisin·e·s de la ZAD le 23 février dans le bourg de Notre-Dame-des-Landes. Une cinquantaine d’habitant·e·s des bourgs alentours étaient présent·e·s au point presse.

Nous, résident·e·s, voisin·e·s de la ZAD,

Sommes outré·e·s par la propagande quasi quotidienne des « va-t’en guerre » qui se permettent en plus de parler en notre nom : « les habitant·e·s excédé·e·s » disent-ils.elles. Cela suffit ! Nous ne voulons plus être spectateurs des mises en scène anti-ZAD de M. Retailleau et du couple Lamisse qui d’ailleurs n’habite plus là depuis des années, ni des mensonges grossiers de M. Valls et consorts sur les soi-disant activistes ultra violents qui rackettent volent et détruisent.

Nous ne bénéficions pas des 60 000 euros d’encart publicitaire payé par le conseil régional mais nous pouvons néanmoins témoigner de notre réalité d’habitant·e·s. Déambulations champêtres ponctuées de rencontres enrichissantes, petit café offert ou simple bonjour, on se sent chez nous et en sécurité sur la ZAD. Pour beaucoup d’entre nous c’est l’occasion de redécouvrir notre bocage et sa richesse, de renouer avec un territoire et ses habitant·e·s.

La ZAD ce n’est pas une forteresse isolée mais au contraire un lieu foisonnant où se construisent des projets de vie basés sur l’échange solidaire et les valeurs humanistes. En ce sens, pour nous, la ZAD fait partie de la dynamique et de la vie de nos communes.

A ce titre nous sommes heureux d’accéder aux productions faites sur place : pain, légumes, fromages, lait ; d’accéder aux projets culturels qui y germent, aux rencontres où l’on réfléchit sur l’avenir de notre territoire avec ceux qui y vivent et qui luttent pour le préserver.

Pour nous il est urgent de dénoncer les stigmatisations orchestrées par ceux qui veulent nous diviser et décrédibiliser notre lutte.

Sachez que nous « des habitant·e·s indigné·e·s » nous serons aux côtés de tous ceux que l’on veut expulser de la ZAD. C’est pourquoi le 27 février nous serons présent·e·s dans la mobilisation contre l’aéroport et contre toutes les expulsions.

Plus d’informations