L’opposition aux paradis fiscaux et aux accords de libre-échange sort renforcée au terme du Forum social mondial de Montréal (FSM) aux yeux d’Attac Québec

vendredi 19 août 2016, par Attac Québec

L’opposition aux paradis fiscaux et aux accords de libre-échange sort renforcée au terme du Forum social mondial de Montréal (FSM) aux yeux d’Attac Québec, qui accueillait des représentant·e·s d’Attac de divers pays.

Attac Québec et les groupes Attac présents au FSM - qui ont tenu deux réunions pendant le FSM - se rallient à l’appel de l’assemblée de convergence « Désarmer la finance et atteindre la justice fiscale » qui a décidé de tenir et de rendre annuelle une journée internationale d’action contre les paradis fiscaux dès 2017 (date à confirmer). Cette assemblée était co-organisée par Attac France et Attac Québec avec la Global Alliance for Tax Justice avec d’autres partenaires. Elle fera connaître prochainement d’autres projets découlant de cette rencontre.

La volonté des participant·e·s du FSM d’accroître la mobilisation contre les paradis fiscaux a été très palpable lors de la conférence très courue sur les paradis fiscaux - où Nick Dearden représentait Global Justice Now (Attac UK) - ainsi que lors des ateliers d’Attac sur les paradis fiscaux, la finance et les faucheurs de chaises.

Le libre-échange au cœur des enjeux et des luttes

Le réseau Attac s’est aussi mobilisé contre les accords de libre-échange pendant ce FSM, notamment au sein de l’initiative de convergence intitulée« Les peuples et la planète avant le profit ! Sortir du libre-échange et de l’extractivisme pour en finir avec le pouvoir des multinationales ». Ces accords nourrissent la crise climatique et écologique ainsi que la croissance des inégalités en permettant, entre autres, aux multinationales d’accroître leur pouvoir et leur mainmise sur les ressources, et en menaçant aussi les services publics. Dans une perspective de solidarité entre les peuples et les travailleurs du monde, campagnes et journées internationales d’action sont à l’horizon. Au sein d’Attac, il est clair qu’il est urgent de se mobiliser tant contre l’AÉCG/CETA, par exemple, qui pourrait être ratifié au cours des prochains mois, que contre les Accords de partenariat économique (APE) entre l’Europe et les pays du Sud.

Ce FSM a aussi été l’occasion pour Attac Québec d’attirer l’attention sur le problème de la dette lors d’une grande conférence et alors que paraît ces jours-ci son nouveau livre La dette du Québec : vérités et mensonges (M Éditeur, 2016).

Accessibilité au FSM

Le problème des visas et les coûts élevés qu’un séjour à Montréal occasionnaient pour de nombreuses personnes qui souhaitaient participer au FSM, ont certainement constitué tout un défi et empêché que la participation à l’événement ressemble à celle des éditions passées et soit davantage représentative des différentes régions du monde. Attac Québec déplore à nouveau vivement que plus de 200 demandes de visas aient été refusées (lire ce communiqué).

Malgré ces difficultés, et comme dans les éditions précédentes, ce FSM a été une occasion pour une multiplicité de luttes sociales de s’organiser et de se renforcer. Attac Québec se réjouit de l’excellente fréquentation observée aux activités d’Attac, et du travail commun réalisé au cours de ce forum avec plusieurs partenaires. Les militant·e·s d’Attac présents venaient des pays suivants : Allemagne, Argentine, Espagne, France, Japon, Maroc, Royaume-Uni (Global Justice Now), Suisse, Tunisie et Togo.

P.-S.

Photo : Mélanie Poulain