Les citoyen⋅e⋅s d’Europe se mobilisent pour le procès en appel du « LuxLeaks »

Lundi 12 décembre 2016 s’est tenue la première journée du procès en appel d’Antoine Deltour, Raphaël Halet et Edouard Perrin, les trois protagonistes du scandale « LuxLeaks ». Des militant·e·s venus de plus de 20 pays différents étaient présent·e·s pour les soutenir et réaffirmer l’importance de lutter contre l’évasion fiscale. Retour sur une mobilisation internationale sans précédent, coordonnée par les organisations de la Plateforme contre les Paradis Fiscaux et Judiciaires (notamment Attac France, ActionAid France - Peuples Solidaires et le CCFD-Terre Solidaire), Tax Justice Europe et les comités de soutien luxembourgeois et français.

Partis de Paris en début d’après-midi, une soixantaine de militant·e·s français·e·s sont arrivés à Luxembourg dans la soirée du 11 décembre pour assister à un meeting de soutien aux prévenus du « LuxLeaks » organisé par le comité de solidarité luxembourgeois.

Le lendemain matin, c’est en centre-ville que plus de 150 militant·e·s venant de plus de 20 pays européens se retrouvent pour une explication sur le contexte et le programme de la mobilisation. Tout le monde est venu pour la même chose :

  • Soutenir les trois inculpés et demander une meilleure protection des lanceurs d’alerte,
  • Exiger plus de justice fiscale et notamment plus de transparence.

Le matin le matin, les militant·e·s ont participé à un « safari fiscal », organisé en anglais et en français, pour découvrir les hauts lieux de l’évasion fiscale dans la ville. Le groupe est ainsi parti sur les traces des filiales d’Engie, de McDonald’s, de la Société générale, d’Amazon ou encore du cabinet de conseil PriceWaterhouseCoopers, ancien employeur d’Antoine Deltour et Raphaël Halet à l’origine de la plainte à leur encontre.

Dès 13 h 30, elles et ils étaient des centaines sur le parvis de la Cité judiciaire en soutien aux inculpés, après qu’un bus du comité de soutien à Antoine Deltour venant de Lorraine les a rejoint. Des représentant·e·s de la société civile, des syndicats, des élu·e·s du Parlement Européen et des membres des comités de soutien ont tou·te·s pris·e·s la parole sur le parvis pour rappeler l’injustice que représente ce procès et dénoncer les pratiques d’évasion fiscales abusives. Peu avant l’arrivée des inculpés, une banderole de 20 mètres a été déployée le large de l’esplanade avec un seul message : « Protégez les lanceurs d’alerte, pas les évadés fiscaux ». Dans la foule des « Merci », « Thank you », « Gedankt » brandis sur des pancartes dans les langues de tous les pays mobilisés montrent l’ampleur du mouvement de soutien.

Protégez les lanceurs d’alertes, pas les évadés fiscaux.

Les présent·e·s ont ensuite formé une haie d’honneur et chanté pour remercier Antoine Deltour, Raphaël Halet et Edouard Perrin à mesure de leur arrivée au tribunal. La mobilisation s’est poursuivie tout au long de l’après-midi et jusqu’à la fin des audiences où des militant·e·s ont attendu la sortie des prévenus pour les remercier une dernière fois.

D’autres journées d’audience attendent les lanceurs d’alerte. La date du délibéré sera connnue le 21 décembre prochain.

Ces deux jours ont témoigné d’un nouvel essor dans la mobilisation de la société civile européenne et marqueront l’histoire du mouvement pour la justice fiscale !