Réquisition citoyenne et non-violente de 3 sièges à l’agence BNP Paribas à Lyon 7e

L’argent pour sauver le climat existe : il est dans les paradis fiscaux !

Avis de réquisition citoyenne pour cause d’évasion fiscale adressé à BNP Paribas relatif à la présence de 7 de ses filiales dans les Îles Caïmans paradis fiscal mondialement reconnu.

À 14 h, ce jeudi 12 novembre 2015, une douzaine militants d’Attac Rhône et différents mouvements et organisations ont procédé à la réquisition citoyenne et non-violente de 3 sièges à l’agence BNP Paribas (Jean-Macé) à Lyon 7e.

Cette réquisition contribue à une action de désobéissance civile, engagée par Bizi ! puis Attac France, visant à réquisitionner 196 sièges d’ici la COP 21 (196 pays représentés) dans des banques impliquées dans l’organisation du système d’évasion fiscale.

Ces chaises serviront de support à une grande action symbolique en pleine COP 21, afin d’inciter les citoyen·ne·s du monde à entrer en action.

Alors que le dérèglement climatique est déjà une tragédie pour des millions de personnes et qu’il menace les conditions mêmes d’une vie civilisée sur Terre, les 196 pays membres des Nations-unies sont incapables de trouver 100 milliards d’euros par an pour alimenter leur Fonds vert pour le climat, destiné à aider les pays du Sud à réduire leurs émissions et à s’adapter au changement climatique.

Pourtant l’argent ne manque pas : il est dans les paradis fiscaux, qui abritent pas moins de 20 000 milliards de dollars selon Tax Justice Network.

Rien qu’au niveau de l’Union européenne, l’évasion fiscale coûte 1 000 milliards € par an aux budgets publics. Elle est organisée en grande partie par les banques. Les banques françaises ne sont pas en reste : la première d’entre elles, BNP Paribas, détient 171 filiales dans les paradis fiscaux, dont 7 aux Îles Caïmans !

Les sièges seront rendus à la BNP lorsqu’elle aura fermé les 7 filiales qu’elle détient aux Îles Caïmans (26 millions d’euros de chiffre d’affaires sans aucun salarié sur place).