Assemblée citoyenne contre l’évasion fiscale

A l’attac des banques, et plus particulièrement de la BNP !
lundi 21 novembre 2016, par Attac Pays d’Aix

Qui fait quoi dans cette assemblée ? Y a t il un responsable ?

Nous sommes tous des irresponsables devant vous, Monsieur l’agent des Renseignements Généreux

Mais il y a eu tout de même :

  • ceux qui ont organisé le rendez-vous clandestin ;
  • ceux qui ont bricolé les panneaux, banderoles et sacs d’euros ;
  • ceux qui brandissaient les panneaux ;
  • ceux qui ont conçu les saynètes ;
  • ceux qui les ont interprétées ;
  • ceux qui avaient le contact avec la direction de la banque ;
  • ceux qui avaient le contact avec les personnels ;
  • ceux qui avaient le contact avec la presse ;
  • ceux qui avaient le contact avec la police ;
  • ceux qui photographiaient ;
  • ceux qui filmaient ;
  • ceux qui distribuaient des billets aux passants ;
  • ceux qui twittaient ;
  • ceux qui criaient ;
  • ceux qui riaient ;
  • et les passants qui passaient et riaient avec nous (ou parfois râlaient, mais on n e peut pas faire plaisir à tout le monde !).

Arrivée à 15 heures 31 (en retard !!!) dans la rue Venture
Les sacs d’euros et les pancartes sont dans les jolis sacs poubelles

PNG - 604.3 ko

En deux clics nous occupons la banque (agence BNP de la rue Saint Ferréol), et annonçons la couleur : c’est l’évasion fiscale qui nous occupe, nous occupons donc la BNP...

JPEG - 280.9 ko

A l’intérieur on a bloqué la grille, on prépare les panneaux et les accessoires de la mise en scène

JPEG - 252.1 ko

Cette action vise à préparer les esprits au procès de Jon, faucheur de chaises, qui aura lieu en janvier à Dax. (inscrivez vous au bus organisé au départ des Bouches-du-Rhône)

Le scénario concocté par l’équipe d’Aix peut démarrer dans les locaux de la banque :

Assemblée citoyenne contre l’évasion fiscale
L’assemblée citoyenne contre l’évasion fiscale est ouverte – 1re séance

- Monsieur présentez vous
- Je suis PdG de BNP Paribas ( Le banquier bombant le torse) : j’aide Mes Riches Amis à ne plus payer d’impôts ! Ah ah ah !
- Hou ! Hou ! Hou !
Mais c’est 60 milliards d’euros volés à l’État et aux citoyens !
- Rendez-nous notre argent, rendez-nous notre argent, rendez-nous notre argent
- Cet argent on le vole légalement, c’est de l’optimisation fiscale
- Arrêtez l’enfumage, l’évasion fiscale, c’est du pillage
en tapant avec les panneaux :
- Évasion fiscale, pillage social
- Évasion fiscale, pillage social
- Évasion fiscale, pillage social

(...)

L’assemblée citoyenne contre l’évasion fiscale est ouverte – 3e séance

- Madame présentez-vous
- Je suis chargée de communication pour Engie (ex GDF Suez)
Je viens soutenir mon ami banquier qui fait un travail remarquable pour nous les multinationales.
- Expliquez-vous
- Grâce aux banques, nous avons transféré 27 milliards d’euros au Luxembourg pour échapper à l’impôt.
- Hou hou hou. Mais vous volez l’État !
- Oui, mais il le sait puisqu’il est actionnaire à 33%
Engie voleur, État ,complice !
Engie voleur, État complice !
Engie voleur, État complice !
En tapant avec les panneaux stop
Stop stop stop évasion fiscale

JPEG - 362.1 ko

Dehors, les passants passent
Et les activistes s’activent, distribuant les milliards d’euros détournés dans les paradis fiscaux.

Ici on ne fait pas la manche à la porte des banques, on distribue l’argent aux citoyens lésés...
Et pour ceux qui ne connaissent pas Marseille, sachez que la BNP de la rue Saint Ferreol est tout près de la Préfecture de police...

Mais que fait la police ? se demandent certains activistes un peu inquiets, car ils doivent récupérer leur gamin à l’école, et qu’il est 16 h 30, et les flics sont toujours pas là ! Font ils encore grève ?

Mais non, ils arrivent là, de l’autre côté, mêlés aux passants.

PNG - 479.8 ko

Et notre négociatrice en charge des contacts avec la police, entre en action, leur explique notre action qui vise à leur permettre d’avoir de meilleures conditions de travail si l’argent détourné du service public grâce aux paradis fiscaux revient au budget de l’État.

Lorsque le chef arrive, il prend la situation en main, nous donne un quart d’heure pour filer, entre dans la banque pour discuter avec le directeur, ressort de la banque et fait entrer les policiers (car nous a t il été expliqué, ils n’ont pas le droit de rentrer dans la banque sans l’autorisation des occupants légitimes).

Pendant ce temps nos activistes ont dégagé le hall, et campent devant la banque en chantant

Enfin, il nous est donné de voir la banque occupée par la police : les banquiers seraient ils malhonnêtes ?

Et cela se termine par des chansons !

JPEG - 484.2 ko

Pour aller plus loin