Non à REDD, non à la financiarisation de la nature

jeudi 24 septembre 2015, par Attac France, Collectif

Depuis de nombreuses années, des organisations de populations indigènes, paysannes, écologistes, altermondialistes, mènent campagne contre les projets de type REDD, développés dans le cadre des négociations de l’ONU sur le changement climatique, et expérimentés dans de nombreux pays, au détriment des droits des populations locales et de la protection de l’environnement. À l’approche de la COP 21, le Réseau contre REDD en Afrique (« No REDD in Africa Network ») et l’Alliance mondiale contre REDD (« Global Alliance against REDD ») invitent les organisations du monde entier à se solidariser d’une déclaration publique (signatures jusqu’au 30 novembre) visant à exiger des gouvernements, des Nations Unies et des institutions financières de mettre fin à l’expérimentation désastreuse de REDD+.

Nous, communautés locales, mouvements paysans, peuples autochtones et organisations de la société civile africaine et mondiale, appelons les Nations Unies, le Congrès forestier mondial, la FAO, la Banque Mondiale et les États à rejeter les formes de développement imposées par le haut, en particulier les fausses solutions au changement climatique et à la préservation des forêts et de la biodiversité, qui servent uniquement l’économie de marché dominante.

Nous sommes unis pour combattre et rejeter la marchandisation, la privatisation et le pillage de la nature, notamment REDD+1 et d’autres mécanismes de marché - dont la compensation biodiversité et écologique - qui placent le profit au-dessus du bien-être de l’humanité et de la planète.

Ces mécanismes incluent la « financiarisation de la nature », c’est à dire la marchandisation, la séparation et la quantification des cycles et du fonctionnement naturel du carbone, de l’eau, des forêts, de la faune et de la biodiversité en les transformant en « unités » à vendre sur les marchés financiers et spéculatifs. La Planète Terre est source de vie et a besoin d’être protégée plutôt que d’être considérée comme une ressource à exploiter et à échanger comme « capital naturel ».

REDD+ est le pilier de l’économie verte. REDD+, qui inclut déjà les forêts, les plantations et l’agriculture dans le marché du carbone, est faussement présenté comme une solution pour sauver les forêts et le climat mondial. C’est aussi le principal résultat attendu de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Paris, en décembre 2015.

Des rapports montrent que la déforestation et les émissions qui y sont liées se poursuivent et que REDD+, au lieu de les réduire, porte atteinte aux communautés qui dépendent des forêts pour vivre et à celles qui produisent la majorité de la nourriture dans le monde : les petits agriculteurs. De plus :

  • REDD+ encourage la monoculture d’arbres et les arbres génétiquement modifiés
  • REDD+ exacerbe l’accaparement des terres et la violation des droits humains
  • REDD+ restreint l’accès aux forêts, ce qui menace les moyens de subsistance des communautés et leurs pratiques culturelles
  • REDD+ est associé à d’autres mécanismes de compensation, dont les paiements pour services environnementaux (PSE)
  • REDD+ impose une économie de marché néo-libérale sur les forêts, qui conduit à l’affaiblissement et la monétarisation de la conservation communautaire et des processus sociaux et culturels et à la création d’inégalités
  • les projets REDD+ ont tendance à obliger les communautés locales à entrer dans l’économie de marché et à devenir de la main-d’oeuvre exploitée
  • REDD+ empêche de nombreuses politiques nécessaires de soutien des approches bioculturelles internes pour préserver et restaurer la biodiversité

C’est pourquoi nous nous joignons au Réseau contre REDD en Afrique (No REDD in Africa Network) et à l’Alliance mondiale contre REDD (Global Alliance against REDD) pour demander aux gouvernements, aux Nations Unies et aux institutions financières de mettre fin à l’expérimentation désastreuse de REDD+ et de commencer enfin à s’attaquer aux véritables causes de la déforestation et du changement climatique !

Déclaration proposée par le Réseau contre REDD en Afrique (No REDD in Africa Network) et l’Alliance mondiale contre REDD (Global Alliance Against REDD), acceptée et soutenue par les organisations suivantes. Elle sera présentée au Congrès forestier mondial 2015, à la COP 21 de la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC) et au-delà.

Signataires

Organisations

  1. No REDD in Africa Network
  2. Global Alliance Against REDD
  3. Indigenous Environmental Network
  4. JA !/Justica Ambiental - Friends of the Earth Mozambique
  5. All India Forum of Forest Movements/India
  6. Carbon Trade Watch
  7. CENSAT Agua Viva – Friends of the Earth Colombia
  8. Womin (Womens in Mining)
  9. Foundation Help/Tanzania
  10. Centre for Civil Society/University of KwaZulu-Natal,Durban
  11. Democratic Left Front
  12. Health of Mother Earth Foundation- Nigeria
  13. Fundaexpresion – Colombia
  14. Vasundhara- India
  15. SRDS Subdarban -India
  16. Envirocare-Tanzania
  17. COECOCEIBA - FoE Costa Rica
  18. The Development Institute – Ghana
  19. Censat Agua Viva - Amigos da Terra Colombia
  20. Afrikagrupperna , Sweeden
  21. Grassroots Global Justice Alliance (US)
  22. Just Transition Alliance, United States
  23. Border Agricultural Workers Project Border, El Paso, Texas
  24. The Institute for Agriculture and Trade Policy
  25. CLEAN (Coastal Livelihood and Environmental Action Network)
  26. Khulna, Bangladesh
  27. ETC group (international)
  28. Oakland Institute, USA
  29. Community Alliance for Global Justice, Seattle WA
  30. Family Farm Defenders
  31. Indian Social Action Forum - INSAF
  32. All India Union of Forest Working People AIUFWP
  33. WILPF US Section, Boston MA
  34. Geasphere
  35. Leave it in the Ground Initiative (LINGO)
  36. Indigenous Perspectives-India
  37. Global Justice Ecology Project
  38. Khulna, Bangladesh
  39. Biowatch South Africa.
  40. Timberwatch
  41. All India Union of Forest Working People AIUFWP
  42. Focus on the Global South
  43. The Corner House (UK)
  44. Friends of the Earth International
  45. PLANT (Partners for the Land & Agricultural Needs of Traditional Peoples)
  46. Environmental Rights Action/Friends of the Earth Nigeria
  47. Attac France
  48. FoE France
  49. Friends of the Siberian Forests,Russia.
  50. Indigenous Perspectives-India
  51. EcoNexus UK
  52. Biofuelwatch US and UK
  53. Maendeleo Endelevu Action Program (MEAP)
  54. Fundación Solon
  55. WRM (World Rainforest Movement)
  56. Groundwork
  57. FOEAfrica
  58. TCOE ( Trust for Community Outreach and Education) South Africa.
  59. Rural Women’s Assembly (Southern Africa)
  60. People’s’s DialogueInternational
  61. Development Exchange (IDEX)
  62. Marea Creciente Mexico - Rising Tide Mexico
  63. Marea Creciente Ecuador - Rising Tide Ecuador
  64. Caravana Climatica por America Latina
  65. Center for Earth Jurisprudence
  66. Other Worlds (USA)
  67. Finnish Asiatic Society
  68. Accion Ecologica
  69. Soil Generation,of Philadelphia, Pa
  70. Ammesty International, Durban
  71. We Love This Coast – Vancouver, BC,
  72. CanadaAlliance for Democracy (U.S.)
  73. Ecohermanas
  74. NAPE/FoE Uganda
  75. Afrika Kontakt.
  76. Kilusan para sa Pambansang Demokrasya ( KILUSAN) – Philippines
  77. Centar za životnu sredinu/FoE Bosnia and Herzegovina

Invididus

  1. Peter Newell, Professor of International Relations, University of Sussex UK
  2. Pascoe Sabido,Researcher and Campaigner
  3. Dr. Michael K Dorsey
  4. Ruben Solis, University Sin fronteras, San Antonio Tx and Atlanta Georgia-USA
  5. Reynaldo padilla (Puerto Rico-San Juan)Caribbean Institue of Social Movements
  6. Michelle Pressend, South Africa.
  7. Brian Tokar, Institute for Social Ecology (Vermont USA)
  8. Elizabeth Henderson, organic farmer – Peacework Organic CSA, New York USA
  9. Leon Spencer, former Executive Director, Washington Office on Africa.
  10. Joshua Dimon, researcher
  11. Peter Steudtner, Germany,
  12. Lucia Jofrice, Moçambique
  13. Kirtrina Baxter. USA
  14. Jim Kirkwood, Africafiles
  15. Cristian Guerrero- Quito, Ecuador
  16. Ruth Nyambura, Kenya
  17. Boaventura Monjane, Moçambique
  18. Hasan Mehedi
  19. Mareen Getse
  20. Christine Karstens
  21. Jeanetta Lattering
  22. Sarah Paff
  23. Charmaine Jacobs
  24. Dirk Boonzarier
  25. Theresa Falats
  26. Maggie Jacobs
  27. Mary Keyster
  28. Sharon Filander
  29. Andrew Kortze
  30. Ricardo Bhotsha
  31. Zelrene Luiters
  32. Linda Minnaar
  33. Elsie Muller
  34. Andrew Laletin
  35. Anatoly Lebedev
  36. Vanessa Meintjies
  37. Elizabeth Olivier
  38. Maria Palenova
  39. Karel Pietersen
  40. Henry De Villiers
  41. Fezeka Mndaweni
  42. Thabang Nkozela
  43. December Molhborn
  44. Mzame Dlamini
  45. Bongeka Nhota
  46. Karewn Read – Biowatch
  47. Sibuya BS
  48. Khumalo MH
  49. Mena Ayanda
  50. Mkhungo Nomusa
  51. Nobuhle Mbothwe
  52. Mariann Bassey Orovwuje