État d’urgence climatique, nous sommes assignés à résistance

mercredi 16 décembre 2015, par Attac France

Le 12 décembre a été une journée historique : 30 000 citoyen·ne·s venu·e·s des quatre coins du monde ont pris la rue et se sont emparés des plus grands symboles de Paris, de l’avenue de la Grande armée, entre l’Arc de Triomphe et La Défense, au Champ-de-Mars en passant par le Trocadéro et la Tour Eiffel. Nous avons occupé ces lieux en marchant, en dansant et en chantant pour exprimer notre colère et notre détermination. Notre colère, face à l’absence de volonté politique des gouvernements pour s’attaquer aux causes profondes des dérèglements climatiques, notre détermination à poursuivre et amplifier le mouvement pour la justice climatique.

L’avenue de la Grande Armée débute avec l’Arc de Triomphe et la tombe du soldat inconnu. Samedi 12 décembre à 12 h, plus de 10 000 personnes ont occupé pacifiquement cette voie militaire pour rendre hommage aux victimes passées et à venir des dérèglements climatiques. Dans son axe, le quartier de la Défense, siège de nombreuses multinationales, véritables responsables des crimes climatiques : nous les avons dénoncées en traçant, tout le long de l’avenue, les « lignes rouges » franchies par l’accord signé au Bourget.

Ces milliers de personnes ont ensuite organisé une marche spontanée et festive en direction du Trocadéro et se sont retrouvées au pied de la Tour Eiffel. Sur le Champ-de-Mars d’immenses chaînes humaines se sont alors formées et ont convergé vers le Mur pour la Paix où l’état d’urgence climatique a été proclamé, alors qu’au même moment l’accord de Paris entérinait un réchauffement de la planète de plus de 3 °C.

L’Accord de Paris est en effet très insuffisant. Les gouvernements ont franchi les lignes rouges pour une planète juste et vivable. Les égoïsmes nationaux déterminés par les élites et le pouvoir des lobbies sont les principaux responsables de cette situation. L’avidité des multinationales, les énergies fossiles et l’obsession de la croissance sont encore considérés comme des données intouchables.

Retrouvez la réaction d’Attac France à l’Accord de Paris

Et maintenant ?

En prenant l’initiative des chaînes humaines, Attac a permis à des milliers de personnes de se mobiliser le 29 novembre dernier partout en France malgré l’interdiction des manifestations. En ne relâchant jamais nos efforts, nous avons joué un rôle majeur dans la prise des plus grands symboles de Paris ce samedi 12 décembre. Nous sommes désormais "assignés à résistance" et à désobéissance afin d’amplifier le mouvement pour la justice climatique.

Car ce n’est pas l’accord de Paris qui garantira une planète juste et vivable pour tou·te·s, mais notre capacité collective à dénoncer les lobbies et le pouvoir de la finance et des banques, à stopper la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et des autres projets nuisibles et imposés, à faire échouer les négociations du TAFTA, du CETA et des autres accords de libre-échange, à nous opposer, massivement et avec détermination aux crimes climatiques, à agir pour tourner la page des énergies fossiles, et à porter et démultiplier les alternatives qui répondent réellement aux défis de notre temps.

Paris 2015 n’est qu’une étape, une étape qui nous propulse vers d’autres mondes possibles.

À voir : photos, vidéos et revue de presse de la mobilisation d’Attac et de ses partenaires en amont et pendant la COP 21

Soutenez Attac, faites un don

Soutenir Attac, c’est faire avancer le mouvement pour la justice climatique, faites un don pour nous permettre de poursuivre nos actions.

Les riches détruisent la planète : qui les arrêtera ?

Campagne de dons

  • Compte tenu des dispositions fiscales, pour les personnes imposées sur le revenu, le coût effectif des cotisations est de 34 % des versements effectués.

  • Informations complémentaires

    Ces informations sont nécessaires en vue de l’établissement du reçu permettant une déduction fiscale qui vous sera envoyé

Rappel
Les adhésions et dons en ligne auprès d’Attac France avant le 31 décembre 2015 bénéficient d’un abattement de 66 % via une réduction d’impôts pour l’année 2015. Pourtant, Attac n’est pas une niche fiscale ! Notre association est en effet reconnue d’utilité publique dans sa mission d’éducation populaire. La dépense fiscale liée à cet abattement contribue à financer ces activités d’éducation populaire, qui pourraient relever d’un service public, à travers des réunions publiques dans toute la France, des publications, et des initiatives… notamment sur la thématique de la justice fiscale. L’abattement pour les associations d’utilité publique représente une dépense fiscale pour l’État, mais elle n’est rien comparée aux 80 milliards d’euros que va coûter en 2015 l’optimisation fiscale. Des sommes qui, elles, ne contribuent en rien à l’intérêt général !