Pourquoi les féministes se mobilisent face au G7  ?

mercredi 29 mai 2019, par Attac France

Emmanuel Macron a déclaré que l’une des priorités du Sommet 2019 du G7 est la lutte contre les inégalités «  en favorisant particulièrement l’égalité entre les femmes et les hommes  »(1). Tout le monde aura son mot à dire, est-il précisé. Alors, n’hésitons pas à prendre la parole pour dire ce que nous en pensons et pour exiger que la perspective féministe soit présente dans l’ensemble des enjeux économiques, sociaux et environnementaux. Conscientes de l’importance de ces enjeux, plusieurs associations féministes(2) sont en train d’élaborer un texte de positionnement dont voici quelques éléments.

Transition écologique et égalité femmes-hommes
Partout dans le monde, la dégradation de l’environnement menace l’humanité. Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) affirme l’urgence de stabiliser le réchauffement climatique à 1,5 °C et la «  nécessité de modifier rapidement, radicalement, tous les aspects de la société  ». La transition écologique est une urgence qui doit être appréhendée de manière globale et portée par l’ensemble des citoyen·ne·s. Mais elle est freinée par le poids des inégalités femmes-hommes. C’est pour cette raison que nous exigeons la mise en œuvre d’une perspective de genre dans les politiques de transition écologique internes aux pays du G7, ainsi que dans leur action de coopération à l’international. Concrètement, cela signifie que toutes les politiques publiques doivent être élaborées sous le double objectif d’égalité femmes-hommes et de transition écologique. Les secteurs de l’énergie, des transports, de l’habitat, de l’urbanisme, de l’agriculture et de l’alimentation sont par exemple porteurs de nombreux emplois, mais situés, pour l’instant, dans des branches à dominante masculine. Il faut donc   :

  1. veiller à ce que les femmes autant que les hommes puissent accéder à ces emplois, en adoptant des politiques volontaristes lors de l’orientation scolaire pour une vraie mixité des métiers ;
  2. développer des transports publics collectifs en intégrant les besoins des femmes ;
  3. engager, dans les pays du Sud, des réformes pour garantir l’accès des femmes à la propriété des terres et à leur gestion pour une agriculture durable, ainsi qu’une gestion durable de l’eau.

Enjeux économiques, progrès social et égalité femmes-hommes
Le chemin pour parvenir à l’égalité femmes-hommes est encore long. Au Sud parce que beaucoup de droits restent à conquérir, au Nord parce que des droits formels ont été acquis mais restent à appliquer. Les politiques néolibérales, au Nord comme au Sud, sont synonymes de coupes dans les services publics et pèsent plus durement sur les femmes qui se voient contraintes d’assumer les soins aux enfants ou aux proches malades dont la prise en charge par la collectivité n’est plus garantie. Nous exigeons l’adoption et la traduction en politiques publiques concrètes, par les pays du G7, des textes suivants, non encore signés par tous les pays riches  : Convention internationale sur les droits des travailleur·e·s migrants et leurs familles  ; Convention de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur les violences et le harcèlement au travail  ; Convention de l’OIT sur les travailleur-se-s domestiques.

Nous voulons dans chacun de ces pays  :

  1. la revalorisation des métiers à dominante féminine ;
  2. la revalorisation (ou l’instauration) du salaire minimum (à 1 600 € en France) et des minima de pension (à 85 % du Smic) ;
  3. la revalorisation (ou l’instauration) des minima sociaux permettant à toute personne n’ayant pas accès à un revenu – des femmes en majorité – de vivre décemment ;
  4. la disponibilité de modes d’accueil pour chaque enfant avant l’âge de scolarisation, pour permettre aux femmes de se maintenir en emploi ;
  5. une éducation à l’égalité tout au long de la scolarité pour combattre la culture des violences et du harcèlement.

Esther Jeffers, Christiane Marty, Yveline Nicolas

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulguées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org