Pôle financier public  ? De l’utopie sonnante et trébuchante  !

jeudi 25 avril 2019, par Nicolas Galépides

Sur fond de contestation sociale, le gouvernement Macron développe allègrement son programme de réformes néolibérales, dont la dernière en date est la loi PACTE (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises).

Cette loi fourre-tout remet une nouvelle fois le business au cœur du débat, avec une série de mesures en faveur du patronat  : réformes de seuils sociaux, «  simplification  » des procédures, défiscalisation tous azimuts  ; et un volet qui s’attaque directement à l’épargne règlementée (livret A, livret de développement durable et solidaire).

Pour le gouvernement, et la place bancaire française qui suit le projet de près, il s’agit de créer un «  pôle financier public  », composé de la Banque postale, de la Caisse nationale de prévoyance, sous le contrôle de la Caisse des dépôts et consignations. La loi Pacte impose à cette dernière de fonctionner comme une banque ordinaire, selon les standards des marchés financiers. Autant dire que les défenseurs du logement social, de l’inclusion bancaire, de la stabilité de l’épargne règlementée et des placements «  sanctuarisés  » comme le fonds retraites ont rapidement réagi. Un collectif s’est monté, rassemblant des syndicats et des associations. Il a publié un appel portant sans ambigüité le refus d’une réforme au service des intérêts financiers, et donnant la priorité absolue aux projets d’intérêt général et à la satisfaction des besoins sociaux.

Ce collectif défend un projet alternatif, celui de pérenniser les investissements au service des infrastructures collectives, du logement social, du maintien dans les territoires et les quartiers des services publics, des transports avec en fil conducteur la question de la transition écologique. On parle ici de centaines de milliers d’emplois à la clé, en cohérence avec la campagne «  1 million d’emplois pour le climat  ». Le collectif sera bien sûr sur le front lors du passage de la loi à l’Assemblée nationale en ce mois d’avril  !

P.-S.

Nicolas Galépides est secrétaire général de la fédération SUD-PTT

Texte de l’appel et liste des premiers signataires sur le site d’Attac France  : france.attac.org/6616
Tribune du 13 mars 2019 publiée sur LeMonde.fr  : https://www.attac.org/l/cdc19

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulgées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org