Altermondialiste, donc solidaires des migrant⋅e⋅s et des réfugié⋅e⋅s

mardi 25 avril 2017, par Attac France

Attac est engagée dans des actions communes avec associations, syndicats et partis pour exiger une politique ouverte de l’immigration. Dans ce combat, Attac a un rôle spécifique d’éducation populaire à jouer. En effet, la question des réfugié·e·s s’inscrit dans le cadre de la crise globale d’un monde dominé par le capitalisme financier, thème fondateur d’Attac. Son combat altermondialiste est intimement lié à la lutte pour la liberté d’aller et venir, à la solidarité avec les migrants afin d’arrêter la déshumanisation à l’œuvre dans le monde.

Les USA, la France, le Royaume-Uni sont parmi les cinq principaux exportateurs d’armes. Des conflits sont instrumentalisés par des grandes puissances, dont la nôtre, pour le contrôle de régions stratégiques. Ils dévastent des pays entiers et déstabilisent des États où, maintenant, des bandes armées font la loi. Beaucoup de conflits sont liés au contrôle des réserves pétrolières. La fin de l’exploitation des éner- gies fossiles et l’utilisation d’énergies renouvelables accessibles à tous permettraient de réduire certains conflits avec des effets bénéfiques sur le climat, la pollution, la santé. Les multinationales cherchent également à mettre la main sur les matières premières minérales et végétales. Le commerce équitable peut être un outil contre l’émigration contrainte si les paysans sont maintenus sur leurs terres avec des conditions de vie dignes. Ainsi se résoudrait un grand nombre de problèmes d’accès à l’eau, à l’énergie, à la santé et à l’éducation.

Attac combat les accords de libre-échange (TAFTA, CETA) et, en Afrique, les Accords de partenariat économique (APE), entre l’Union européenne et les pays africains, qui ont une grande responsabilité dans la destruction de ces économies, en particulier des agricultures.