La fabrique de la peur / Le féstival de cinéma d’Attac / 11-20 nov. 2011 au Cinéma LA CLEF

Qui a décrété que nous vivions dans l’« insécurité » ? La crainte de la délinquance, puisque c’est de cela qu’il s’agit, passe pour la première de nos préoccupations. Ce terme qu’on nous répète en boucle dans les médias et les discours politiques, à grands renforts de statistiques et de faits divers bien sentis, finit par créer la peur qu’il est censé décrire.

La menace prend différents visages : le « jeune de banlieue » toujours plus ou moins délinquant et violent, l’immigré surtout s’il est musulman, les gitans, Roms et autres voleurs de poules, les militants, activistes et autres terroristes... Les enfants sont suspectés dès la crèche d’être de la graine de voyou. Et à ce qu’on refuse de voir comme l’expression d’un mal-être légitime, on oppose systématiquement la répression bête et méchante. Comme si d’un coup de Kärcher® on pouvait nettoyer la misère.

En effet, la véritable insécurité, n’est-ce pas l’insécurité sociale, celle qui va grandissant, au fur et à mesure qu’on démantèle l’ensemble des protections sociales et que triomphe la loi du marché ?

La pensée unique que nous impose le système néolibéral avec son arsenal médiatico-politique va de pair avec un discours sur l’ordre et la sécurité.

Entendons-nous bien, si on nous promet le maintien de l’ordre, il s’agit en fait de maintenir l’ordre établi, de défendre les intérêts des riches et des puissants, de faire accepter au peuple les moyens de sa coercition, de son contrôle, de sa répression, de le rendre frileux à la révolte et même à la protestation.

On canalise ainsi nos peurs vers certains domaines – sécurité, immigration – qui semblent être les seuls sur lesquels les politiques aient encore une prise ; et ce faisant, on détourne notre attention d’autres menaces – finance, nucléaire, environnement – qui sont présentées comme des fatalités d’autant plus inéluctables que le système n’aurait pas d’alternative, personne n’étant supposé être au dessus des lois du marché.

La 9e édition du festival « Images mouvementées » s’appliquera à déconstruire le discours de la peur et à ouvrir le champ de la réflexion. Avec plus de 50 films (fictions et documentaires, courts et longs-métrages), des débats sans concessions, des rencontres avec les réalisateurs, des partenariats ciblés, une table de presse et une librairie bien fournies, nous aurons de quoi garder la tête froide et nous prémunir contre ceux qui cherchent à nous effrayer pour mieux nous manipuler. L’équipe du festival

 

Téléchargez le programme complet...



À propos du comité local organisateur

Attac Paris Nord Ouest

Signez l’appel : « M.Macron, pas de fausses promesses pour la taxe sur les transactions financières ! »

10191 personnes se sont engagées !

Prochain objectif : 25000 signataires.

40.76%

Lire le texte complet de la lettre ouverte.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulgées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

Notre agenda

> 23 août
ESU 2017 : Université d’été européenne des mouvements sociaux

Toulouse, Université Toulouse – (...)

> 27/07 L’AlterVillage met le cap sur la Bretagne !

Arradon, La Cidrerie du Golfe